Home ACTUALITE Signature de Convention entre l’Etat du Niger et l’Agence Française de Développement : 32,8 milliards de F CFA pour le financement de la centrale hydroélectrique du barrage de Kandadji…

Signature de Convention entre l’Etat du Niger et l’Agence Française de Développement : 32,8 milliards de F CFA pour le financement de la centrale hydroélectrique du barrage de Kandadji…

L’Etat du Niger et l’Agence française de développement (AFD) ont signé mardi 30 avril dernier une convention de prêt concessionnel d’un montant de 50 millions d’Euros soit 32,8 milliards de FCFA. Ce financement rentre dans le cadre du financement partiel du barrage de Kandadji, en particulier la construction de la centrale Hydroélectrique.

C’est le ministre des Finances, M. Mamadou Diop et le Chargé d’Affaires de l’Ambassade de France M. Yves Manville qui ont procédé à la signature des documents de convention en présence du ministre délégué au budget, chargé du Budget; du Directeur général de l’Agence du Barrage de Kandadji et du Directeur général de l’AFD.

La signature de cette convention de prêt témoigne la détermination des autorités françaises d’accompagner le Niger dans son processus de développement économique et social et pour le programme Kandadji a révélé le ministre des Finances. M. Mamadou Diop a rappelé que la France a déjà accordé à l’Agence du Barrage de Kandadji à travers le Projet d’Appui au Développement Local du Programme Kandadji un appui de 14 millions d’euros sous forme de don.

« Je saisis également cette occasion pour saluer l’accompagnement de la coopération financière française, notamment en ce qui concerne le secteur de l’énergie pour le financement de la Centrale Hybride d’Agadez et de celle de Gourou Banda » a-t-il ajouté.

La présente convention « que nous venons de signer vise la concrétisation du projet de construction de la centrale Hydroélectrique de Kandadji, à travers l’octroi d’un prêt concessionnel de 50 millions d’euros, soit 32,8 milliards de FCFA » a précisé le ministre des Finances. Ce financement, a-t-il poursuivi, vient concrétiser l’objectif de renforcement des infrastructures énergétiques qui sont au cœur du programme de Renaissance Acte 2 du Président de la République, Chef de l’Etat, son excellence Issoufou Mahamadou.

« J’en appelle à toutes les structures impliquées dans la mise en œuvre de ces projets à ne ménager aucun effort pour la réussite de ces projets qui contribueront sans doute à l’amélioration du bien-être de nos populations » a exhorté le ministre des Finances M. Mamadou Dioup.

Intervenant à son tour, M. Yves Manville, Chargé d’Affaires de l’Ambassade de France a indiqué que la France est aux côtés du Niger pour la mise en œuvre du programme du barrage de Kandadji. « Le lancement des travaux du barrage par le chef de l’Etat Issoufou Mahamadou le 26 mars dernier a marqué le franchissement d’une étape importante de la mise en œuvre de ce programme phare pour le Niger qui aura un impact sur le quotidien de dix millions de Nigériens » a-t-il noté. M. Yves Manville a, en outre, soutenu que le barrage de Kandadji, véritable pôle de développement économique régional aura de forts impacts en termes d’irrigation, d’approvisionnement en eau et de production d’électricité.

« Il augmentera la capacité de production nationale hydroélectrique de 130 mégawatts additionnels, ce qui améliora significativement le taux de couverture des besoins du pays en électricité et permettra de réduire sa dépendance énergétique » a-t-il dit.

Le Directeur général de l’AFD pour sa part, s’est félicité de l’aboutissement de cette convention. « Je suis ravi d’être dans ce moment de l’histoire importante du pays » a-t-il déclaré. La signature de cette convention qui intervient après des échanges techniques et juridiques, a finalement tout son sens a-t-il ajouté.

Pour le Directeur général de l’AFD, ce prêt de l’AFD à l’Etat du Niger pour le financement de la centrale hydroélectrique du barrage, marque une nouvelle étape importante pour la réalisation et l’achèvement du programme de Kandadji à l’horizon 2021.

Par Issoufou Adamou Oumar (ONEP)

4 Comments

  1. Autrefois où le monde était hypocrite, il a suffit au Niger du Patriote Premier Président Diori Hamani de construire un petit pont sur le Goulbi’n Kaba pour voir la République sœur du sud, ériger de vastes projets de cultures en amont pour bloquer la régulière arrivée de la naturelle eau coulante à Yataoua/Tessaoua dans le simple but de ne pas permettre aux nigériens de cette partie du Département de Maradi de développer l’agriculture et du coup, empêcher l’accroissement de l’élevage; bref, le décollage socioéconomique de notre pays. C’était un autre temps lorsque l’on ignorait l’agissement des malveillants qui nous divisait et nous appauvrissaient pour nous maintenir sous leur dépendance et mieux régner.

    Aujourd’hui, la force du bien est entrain de vaincre celle du mal quand l’Agence Française de Développement (AFD) et notre République du Niger sous la guidance de SEM le Président Issoufou Mahamadou, signe une Convention d’un montant de 32,8 milliards de F CFA pour le financement de la centrale hydroélectrique du barrage de Kandadji. Quant à l’importance socioéconomique de ce gigantesque ouvrage, tout le monde le sachant, l’attendait avec impatience depuis l’indépendance de notre pays. Il est clair à n’en point douter que le Républicain en Marche du jeune novateur mondialisant Emmanuel Macron Président de la France Libre et l’infatigable pragmatique, clairvoyant Président Issoufou Mahamadou du Niger Renaissant, ont ensemble vu l’angle parfait pour la trajectoire du tir au pénalty marquant le point de la victoire et voir le développement de la coopération entre nos deux pays vaincre la pauvreté de notre peuple. Du reste, les fondateurs de l’Alliance d’Appui au Développement des Énergies Renouvelables et Réseau d’Accès Rural – ADER & RAR – Niger, l’affirmaient quand aujourd’hui, les dirigeants de nos deux pays le confirmèrent en magnifiant cette intelligente manière d’endiguer la misère des peuples africains en général et du Niger en particulier qui dormaient sur des richesses expropriées, exploitées et exportées ailleurs d’où, les bras valides des corps les plus jeunes et saints de notre continent sont forcés d’épouser la migration de toute sorte et sous toute condition en traversant le Cimetière Sahara avant d’emprunter des pirogues-cercueils à la traversée du mouroir dans la Méditerranée. C’est exactement comme au temps de l’ignoble traite négrière quand moins de 30% des migrants arrive aux cotes américaines pendant que le reste eut servi de nourriture aux requins et autres animaux carnivores voraces ou morts des maladies et autres fluctuations du temps. Au refuge dans l’une des trois façons certaines de mourir entre le charognard perché sur un arbre au bord de la frontière en attente de la charogne humaine du migrant illégal, le rugissant lion poursuivant le migrant illustrant la pauvreté et l’impiété de certains insouciants dirigeants des peuples africains quand un crocodile à gueule béante et crocs acérés, attendait l’impuissant migrant candidat à la mort assurée. Cette véritable Coopération franco-nigérienne est la pure forme de l’honnêteté et probité magnifiées et matérialisées de nos deux dirigeants SEM Emmanuel Macron et SEM le président Issoufou Mahamadou tous deux de véritables Hommes de la Renaissance de l’Humanité à travers la globalisation et la mondialisation où nos pays émergents commencent à comprendre que la Mère Nature ne pouvait nous assurer le développement que de l’acceptation par tous de la biodiversités dans l’écosystème pour un équilibre bio-économique dans un environnement bio-sécurisé afin de vivre dans des espaces bio-alimentés. BONNE CONTINUATION DE TOUTE FORME DE CONVENTION GAGNANT-GAGNANT où chacun se sent bio-protégé pour vivre bio, bio, bioMonde.

  2. le Niger + France sont comme un couple politique unie à vie dans le meilleur + pire et Mr Philippe saura l’illustrer mieux que nous , les tensions montent sur les CFA + descendent sur les centrales électriques AFD avant de prendre l’équilibre dans le soutient + suivi du développement globale de notre cher patrie [le monde ] .
    En effet , toujours dans un horizon de Bonis bipolaire prometteur d’un même but renaissant ISSOUFFOU MAHAMADOU , nous souhaitons pour ses vieux enn€mi$ historique un climat d’harmonie sociale + stratégique afin que les générations avenirs des deux parties pussent retrouver le restant d’ un monde politique multi sectoriel réunit – divisé .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Hama Amadou à Niamey…

L’ancien président de Lumana Monsieur Hama Amadou est arrivé cet après-midi à Niamey en co…