Accueil / ACTUALITE / Signature de convention entre l’Etat du Niger et le groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc: le groupe BCP du Maroc actionnaire majoritaire de la BIA- Niger

Signature de convention entre l’Etat du Niger et le groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc: le groupe BCP du Maroc actionnaire majoritaire de la BIA- Niger

Le Maroc est l’un des pays africains les plus dynamiques ces dernières années. Son économie est florissante et son savoir-faire est envié un peu partout sur le plan international.  Pour de nombreux pays africains, comme le Niger qui veulent décoller et se développer, l’expertise marocaine est d’un appoint indéniable.
C’est ainsi qu’après avoir permis à Atlantique Banque Niger d’être à l’avant-garde au Niger, la Banque Centrale Populaire du Maroc a pris hier, les rennes de la BIA-Niger avec une participation de près 70%.

Une cérémonie grandiose a eu lieu hier, à Niamey. Cette cérémonie, présidée par le ministre nigérien des Finances, M. Massoudou Hassoumi, en présence du Président Directeur Général du groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc M. Mohamed Benchaaboun , a été rehaussée par la participation de plusieurs membres du gouvernement ; de l’Ambassadeur du Maroc au Niger ; du président du conseil d’administration de la BIA ; des cadres centraux du ministère des Finances, des responsables des sociétés partenaires de la BIA-Niger et des invités de marque.

Le Ministre des Finances du Niger, Massoudou Hassoumi, et le Président Directeur Général du groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc M. Mohamed Benchaaboun ont solennellement procédé à la signature de convention à travers laquelle l’Etat du Niger cède ses actions au niveau de la Banque Internationale pour l’Afrique (BIA-Niger) au profit du groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc.

Désormais, l’essentiel des actions de la BIA sont désormais contrôlées par le groupe BCP du Maroc via sa filiale Atlantic Business International.

Aujourd’hui, après cette convention, le groupe BCP Maroc est non seulement l’actionnaire majoritaire de cette banque, mais aussi et surtout, il vient de se hisser au premier rang des institutions financières qui opèrent dans notre pays.

C’est donc un grand jour pour le Niger, pour les banques, mais aussi pour la coopération sud-sud ; une coopération toujours beaucoup plus dynamique et gagnante pour nos deux pays et nos deux peuples.

Une nouvelle page s’est ouverte hier, dans l’histoire de la BIA Niger désormais contrôlée par le groupe BCP du Maroc via sa filiale Atlantic Business International. En effet, cette cérémonie marque l’entrée du groupe BCP dans le capital social BIA-Niger en consacrant la session des action détenues par l’Etat du Niger et la consolidation du capital de la BIA qui est désormais porté à plus de 19 milliards de Franc FCA.

Pour le ministre des Finances, Massaoudou Hassoumi, « la présente convention permet d’ouvrir une nouvelle page de la coopération économique et financière entre nos deux pays et au-delà entre les peuples nigérien et marocain ».
Le Ministre Hassoumi a rappelé, que c’est conformément aux directives du Président de la République, que le gouvernement a décidé de sauver la BIA-Niger en rachetant en avril 2012, les actions acquises par un partenaire privé qui s’est retiré après juste quelques mois d’exploitation de la Banque.

Il a souligné les menaces que font peser sur nos économies et nos pays, les contingences du moment, la crise économique et financière qui sévit sur le plan international.

« Ainsi, face à l’impérieuse nécessité de sauvegarder une fois de plus la BIA-Niger, a reconnu le Ministre des Finances, de stabiliser le secteur financier national et de préserver de centaine d’emplois et des ménages nigériens, le gouvernement s’est évertué pour identifier un repreneur stratégique doté de compétences et de ressources nécessaires pour donner une nouvelle impulsion à la BIA-Niger ».

Aujourd’hui, Dieu merci, cet objectif est atteint. La BCP rachète les parts de l’Etat du Niger. Mieux, elle injecte de nouvelles liquidités permettant de rehausser le capital de BIA-Niger à plus de 19 milliards de FCFA.

Ces ressources permettront à la Banque d’être en conformité avec la réglementation bancaire ; de satisfaire aux demandes de concours de la clientèle ; d’élargir son réseau d’agence et de développer la gamme de services et produits mis à la disposition des agents économiques du Niger.

Ce nouveau souffle de bancarisation, se fera avec une plateforme technologique moderne. Le Ministre Hassoumi a enfin demandé au nouveau partenaire stratégique, qu’est la BCP, de conduire l’institution financière en bon père de famille. Je vous exhorte à faire plus qu’un transfert de compétence, un partage de technologie, de savoir-faire et d’innovation permettant de rehausser de manière durable le taux de bancarisation et de promouvoir la finance inclusive au Niger ».

« Je n’ai aucun doute que toutes les promesses de cette opération seront réalisée » a ajouté le ministre des Finances.

Intervenant à son tour, le Président Directeur Général du groupe BCP du Maroc, M. Mohamed Benchaaboun, a indiqué que cette signature de convention marque la prise de participation de près 70% par le groupe BCP dans le capital de BIA-Niger. Ce rachat des parts de l’Etat du Niger dans le capital de la BIA-Niger marque un nouveau jalon dans le développement du groupe BCP dans la région. Il confère au groupe BCP une position de leader dans le secteur bancaire nigérien. C’est un travail qui a été réalisé à travers Atlantic Business International, la filiale du groupe BCP du Maroc.

« Ce nouveau positionnement de notre groupe permettra de soutenir plus efficacement le développement économique du Niger et de contribuer de manière optimale au financement de l’ensemble des segments de la clientèle, quelle soit publique ou privée, particulier ou entreprise, de revenus faibles, moyens ou élevés.

Nous sommes convaincus du potentiel du développement économique du Niger. Et nous faisons confiance aux initiatives de reformes qui sont menées. La dynamique agricole est bien installée et l’inflation maitrisée au Niger.

À l’issue de la signature de convention, un point de presse a été co-animé par le ministre des Finances ; le président directeur général du groupe BCP Maroc et le directeur général du groupe BCP à l’International M. Kamal Mokdad.
Les points saillants de ce point de presse, c’est la volonté politique réaffirmée du côté du Niger, de sauver la BIA-Niger, de sauver les emplois et sauver la clientèle et stabiliser le système financier.

De son coté, le Directeur général du groupe BCP à l’International, M. Kamal Mokdad a expliqué que du coté de la BCP, l’ambition est de continuer le processus de développement dans le cadre de tous les pays de la CEDEAO.

‘’Le Maroc a l’ambition d’intégrer la CEDEAO dans les mois à venir, cela permettra de faire en sorte que l’on puisse jouer à travers cette banque un rôle de travail entre ces différents pays pour promouvoir les échanges de manière générale et l’intégration régionale ».

En ce qui concerne les populations, « nous allons mettre en place des mécanismes pour nous adresser à toutes la population et avoir un réseau étendu afin d’atteindre un niveau de bancarisation extrêmement important à l’image du Maroc qui a un taux de bancarisation de 70%» a-t-il assuré.

A noter que la Banque Centrale Populaire (BCP) est un établissement de crédit, sous forme de société anonyme à Conseil d’Administration. Elle est cotée en bourse depuis le 8 juillet 2004.

La BCP, qui assure un rôle central au sein du Groupe, est investie de deux missions principales entre autres « Etablissement de crédit habilité à réaliser toutes les opérations bancaires et Organisme central bancaire des BPR ».

A ce titre, elle coordonne la politique financière du Groupe, assure le refinancement des BPR et la gestion de leurs excédents de trésorerie ainsi que les services d’intérêt commun pour le compte de ses organismes.

À propos de l'Auteur

Abdoul Aziz Ibrahim Souley (Tamtam Info News)

À propos Administrateur

5 plusieurs commentaires

  1. il y aune ruée des banques marocaines sur le Niger. il se surssure que l’une des filières de trafic de drogue serait contrôlée par des marocains notamment celle du chanvre indien qui serait cultive dans le rift. au cas ou l’information s’avererait exacte, je ne suis pas loin de penser les banques marocaines sont derrière leur magot . un des de leur représentant local serait devenu célèbre en ….

  2. Qu’est qui vous dit que ce n’est pas un sous-couvert. on peut se cacher derrière l’étranger pour financer la Banque et nous on ne comprend rien!!!!

  3. Un gouvernement et un ministre des finances qui doivent avoir honte.
    Les autres pays achètent nos entreprises parce qu’ils en connnaissent le potentiel. Pas vous !
    Vous n’êtes même pas capables d’organiser les hommes d’affaires Nigeriens pour racheter cette banque.ayez le courage de le racheter avec les milliards volés à l’état Nigerien au lieu de brader cette banque. Au moins cette institution restera Nigérienne .

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*