Accueil / ACTUALITE / Situation de crise à la DGI : pourquoi ?

Situation de crise à la DGI : pourquoi ?

La situation de crise née de la nomination des Receveurs des Administrations Financières (RAF) auprès de la DGI a suscité des réactions diverses ayant amené des cadres du Trésor à s’interroger si le Ministre des finances, ordonnateur principal des recettes publiques a le droit de nommer des receveurs des impôts érigés en comptables publics.

A notre avis, poser le problème en ces termes serait une démarche délibérée de déplacer le problème d’autant plus que les receveurs des impôts ont toujours été nommés par le Ministre des Finances sans aucune protestation. Par contre, c’est la nomination de certains responsables de la DGI sur proposition d’un Directeur Général autre que celui des Impôts qui provoquent des polémiques dans certains milieux.

Rappelons que, depuis le 1er janvier 2001, le recouvrement des impôts, taxes, redevances de toute nature institués au Niger par le Régime Fiscal et Domanial puis le Code Général des Impôts est transféré de la Direction Général du Trésor à la Direction Générale des Impôts sur proposition d’experts du FMI et de la Banque Mondiale conformément aux standards internationaux. Cette réforme vise essentiellement deux (2) objectifs : (a) rentabiliser le recouvrement des recettes internes ; (b) permettre au Trésor de concentrer ses efforts sur sa mission principale notamment la dépense et la tenue de la comptabilité publique.

Depuis lors, la DGI a assuré efficacement la mission à elle assignée en témoigne l’accroissement soutenu des recettes enregistrées. En dépit de ce succès, il existe encore des conservateurs qui rêvent de voir le recouvrement retourner au Trésor juste pour assouvir des objectifs corporatistes, même au prix d’une baisse des recettes publiques.

Ainsi, ces conservateurs, tapis dans l’ombre du Ministre des Finances (à l’entourage duquel on ne compte aucun agent de la DGI pouvant rétablir la vérité contextuelle) abusent de la confiance de celui-ci pour atteindre leurs fins en initiant à sa signature des artifices réglementaires contreproductifs.

Autrement, comment comprendre l’obstination de certains responsables à conduire le Ministre des Finances à signer un arrêté portant nomination de Receveurs des Administrations Financières (RAF) auprès de la DGI nonobstant plusieurs incongruités légales et réglementaires.

D’abord rappelons que la notion de Receveur des Administrations Financières (RAF) n’est consacrée que par l’Instruction n° 00004 du 20/09/2002 portant Instruction Générale  sur la Comptabilité des Receveurs des Administrations Financières abrogée par le Code Général des Impôts (CGI) se référant toujours à la notion de Receveur des Impôts et le Décret n° 2013-083/PRN/MF du 1er/03/2013 portant Règlement Général de la Comptabilité Publique ne faisant mention que de Comptables des Administrations Financières (CAF) au lieu de Receveurs des Administrations Financières (RAF), par transposition de la Directive de l’UEMOA portant Règlement Général de la Comptabilité Publique.

En effet, le Code Général des Impôts précise en son article 1036 que « Les Receveurs des Impôts ont la qualité de comptable des administrations financières. » Aussi, le décret portant Règlement Général de la Comptabilité Publique a prévu en son article 20 alinéa 2 la mise en place d’un réseau comptable de la DGI comprenant les Receveurs des impôts, seuls habilités à exercer des poursuites en vue du recouvrement des impôts et taxes (art. 1036, 1112, 1113, 1117 du CGI).

Le droit positif nigérien a donc consacré les concepts de Receveurs des impôts et de Comptables des Administrations Financières (CAF) au lieu de Receveurs des Administrations Financières (RAF) portés sur l’arrêté de nomination querellé. Alors, les actions de recouvrement menées par des « RAF » ne seraient-elle pas susceptibles d’être attaquées pour défaut de qualité ?

Au-delà de la mission principale de recouvrement, les Receveurs des impôts sont assimilés à des comptables secondaires de l’Etat. A ce titre, ils utilisent les mêmes types de comptes que les comptables non centralisateurs du Trésor ; ils ne sont nullement pas des assignataires d’opérations comptables et ne constatent aucune imputation définitive. Ainsi, leurs opérations sont reprises mensuellement dans la comptabilité du comptable principal des opérations de l’Etat.

Cette charge subsidiaire des Receveurs des impôts pourrait-elle fonder qu’ils soient placés sous la coupe du Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) qui n’a aucune responsabilité dans la réalisation des objectifs de recouvrement de recettes assignés au Directeur Général des Impôts ?

Bref, à notre sens, la solution à court terme de la crise serait la régularisation de la situation des Receveurs des Impôts par la mise en place du réseau comptable de la DGI prévu par l’article 20 alinéa 2 du Décret n° 2013-083/PRN/MF du 1er/03/2013 portant Règlement Général de la Comptabilité Publique au Niger et la nomination des Receveurs des Impôts comme par le passé.

Par M. ISSA KANGA, Inspecteur Principal des Impôts à la DGI

À propos Administrateur

181 plusieurs commentaires

  1. « La situation de crise née de la nomination des Receveurs des Administrations Financières (RAF) auprès de la DGI a suscité des réactions diverses ayant amené des cadres du Trésor à s’interroger si le Ministre des finances, ordonnateur principal des recettes publiques a le droit de nommer des receveurs des impôts érigés en comptables publics ».
    Menteur! Où est-ce que tu as entendu un agent du Trésor poser (ou se poser) une telle question? Faites vos combines, mais « n’empruntez pas la bouche des autres pour bouffer de l’oignon ». Sinon, c’est quoi, ces bêtises? Au Trésor, nous sommes légalistes, nous respectons les lois de la République, et acceptons courageusement les réformes qui en émanent. Nous ne sommes des hors-la-loi comme vous.

    • Il faut simplement lire les premières phrases de l’article de votre vedette Kado. C’est malheureux que tu n’aies pas lu cela. Tous les internautes qui suivent cet élément sont d’accord avec nous que Kado a dit cela.

  2. Finalement le chantage honteux de la DGI et son bras armé, le SNAI n’a pas marché. Le ministre des finances a été inflexible !
    Pour sauver la face les deux complices se retrouvés pour signer un simulacre de protocole d’accord.
    Nous saluons cette détermination du ministre à faire respecter l’autorité de l’Etat.

  3. Si toute fois ces rigolots, prébendiers persistent dans les revendications fantaisistes, le ministre Massaoudou n’a qu’à les décharger et confier le recouvrement des impôts à un cabinet privé comme c’est le cas dans certains pays de la sous-region, notamment le Sénégal. Ça coûtera moins cher et sera plus rentable.
    Il faut que l’autorité reste à la loi.

  4. Finalement les grands prébendiers, les chasseurs des remises, sont revenus à la raison par crainte d’être isolés par la base.
    Ils se sont réunis entre eux pour trouver un terrain d’entente. Par crainte de perdre les remises, ils sont revenus aux meilleurs sentiments.
    Bravo monsieur le ministre des finances pour votre fermeté !

    • Article 5 Dan Maimassa

      Maikinga ! Ils ont fait croire non , qu’ils allaient faire plier le gouvernement ?
      Toute honte bue, eux et leurs complices de la direction ont fini par comprendre qu’ils n’ont aucun intérêt à chercher à défier l’autorité de l’Etat du Niger.

  5. Pauvre article 8 ! , ignorant article 20 !
    Ces petits délinquants ne sont fiscalistes que de nom ! Tout ce qu’ils savent faire, insulter et dénigrer les honnêtes gens .
    Développer des analyses bien soutenues, c’est pour eux une grande faiblesse .
    Les vrais fiscalistes soucieux de l’intérêt général sont présentement au travail .
    Les reversés de la secte maléfique sont à la maison en train de préparer des tracts et complots pour semer la discorde, distiller le mensonge, insulter leurs aînés. Ils n’ont aucune éducation. Ces sont des véritables voyous.
    Ils sont à la maison et ils prétendent de bénéficier des remises fruits du travail des autres. Le ministre des finances saura com ment les mettre aux pas sans faiblesse.

  6. Ces sont des gens mal éduqués, ils sont formés que pour insulter. Ils ne connaissent pas les débats d’idées. Si non ils auraient dû apprendre beaucoup auprès de monsieur KADO qui est un homme d’expérience et lutte syndicale.

  7. Le débat est en train de se polluer en effet, des voyous se cachent derrière le web pour dénigrer, insulter au lieu de débattre sainement ! C’est dommage !

  8. Abdou Adamou issa

    Ce qui article 8 ? Il n’a pas le courage de décliner ton identité et il débattre sur le web !
    Ça ne peut être qu’un mercenaire qui mange à deux sauces. Un petit voyou mal éduqué !

  9. Si au sens de l’article 5, la DGI ne peut pas recouvrer, le Trésor n’a pas le droit de le faire non plus car l’article 8 ci-dessous définit l’ordonnateur comme étant toute personne ayant qualité au nom de l’Etat de prescrire l’exécution des recettes et/ou des dépenses inscrites au budget. Dans ce cas en tant qu’ordonnateur de dépenses, le Trésor ne peut pas avoir des comptables. Kado, il faut simplement te recycler. Sinon, tu risques de connaître le même sort qu’au syndicalisme avec ton « Protocole de la Honte » digne d’un traître

    Article 8

    Est ordonnateur toute personne ayant qualité au nom de l’Etat de prescrire l’exécution des recettes et/ou des dépenses inscrites au budget.

    Les ministres et les présidents des institutions constitutionnelles sont ordonnateurs principaux des crédits, des programmes et des budgets annexes de leur ministère ou de leur institution, sous réserve du pouvoir de régulation des crédits budgétaires et de gestion de la trésorerie de l’Etat du ministre chargé des finances, et du pouvoir du contrôleur financier définis dans la Directive relative aux lois de finances.

    Les ministres et présidents d’institutions constitutionnelles exercent leurs attributions d’ordonnateur par le moyen d’ordonnateurs délégués au niveau des administrations centrales et d’ordonnateurs secondaires au niveau des services déconcentrés de l’Etat.

    Les ordonnateurs peuvent déléguer tout ou partie des crédits dont ils ont la charge à des agents publics dans les conditions déterminées par les règlementations nationales.

    Les directeurs des établissements publics nationaux sont ordonnateurs principaux des recettes et des dépenses de ces établissements. Ils peuvent déléguer leurs pouvoirs dans les conditions prévues par les lois et règlements régissant les établissements publics.

    Les ordonnateurs peuvent également être suppléés en cas d’absence ou d’empêchement.

    • Quelle chimère de l’article 8 !
      Tu n’as même pas le courage de décliner ton identité, et tu veux débattre avec KADO !
      Tu n’es pas sûr de ce que tu racontes.
      Tu fais de la diversion.
      Nous sommes dans un débat d’idées.
      Que vient chercher le protocole d’accord USTN-GOUVERNEMENT, qui date de 1993 ?
      Ce qui sous-tend que tu n’est pas sérieux.
      La poignée des gens comme toi qui ont combattu cet accord sont où maintenant ?
      Qu’est-ce qu’ils ont fait pour les travailleurs ?
      Kado a fait ses preuves ! Et toi tu n’as même le courage de décliner ton identité ! Et tu veux te comparer à un baobab comme KADO !
      Certains sont chargés de mission, ministre conseiller, auprès de la présidence.
      Soyez conctret et précis. Tu ne comprends même pas ce quoi un service de l’assiette et un service comptable. Tu fais du coq à l’âne ! Tu ne comprends rien des finances publiques arrêtes ton charabia.

      • Aucun de vous n’a pu se defendre face à la teneur des articles 8 et 20. Foutez-moi le camp. Pensez-vous que c’est en insultant que vous allez convaincre. Bande des tarés. Espèce des KadO.

        • Calmos! Ce n’est pas, à mon avis, l’opinion qu’il importe de convaincre au travers de ce débat, au demeurant inutile, mais la hiérarchie, et, au besoin, les juridictions compétentes. Tes agitations et autres diarrhées verbales sur fond d’injures ne te serviront, in fine, à rien du tout! Garde donc tes arguties et tes insultes pour la hiérarchie que le SNAI et la DGI (deux faces d’une même pièce) aiment à défier (on ignore jusqu’à quel niveau) et à tes prochains juges.

  10. Issoufou Boubacar Kado Magagi

    La directive N0 07/2009 de l’UEMOA stipule à son article 5 que les fonctions d’ordonnateur et celle de comptable public sont incompatibles.
    Ça veut dire on ne peut ordonnancer un impôt ou une taxe, et revenir procéder au recouvrement. On ne peut pas être juge et partie.
    La DGI de par ses attributions s’occupe de l’ordonnancement des impôts et taxes.
    Le receveurs des administrations financières qui prennent le titre de comptable public du Trésor, s’occupe des recouvrements des impôts et taxes conformément aux règles de la comptabilité publique. Il peuvent cohabiter avec les services de l’assiette mais dans leur fonctionnement, ils relèvent du Trésor public principal centralisateur qui apure leurs opérations en vue de confectionner le compte de gestion qui sera soumis au contrôle juridictionnel de la cour des comptes.
    Je pense pour éviter tout goulot d’étranglement, il serait souhaitable que des spécialistes de la comptabilité publique, c’est à dire les cadres du Trésor public soient placés auprès de la DGI pour exécuter les opérations de recouvrement.
    Apparemment, malgré les quelques semaines de formation, il reste beaucoup à faire.

    Un autre alinéa de l’article 20 précise que les opérations des receveurs des administrations financières sont centralisées dans les écritures du Trésor public.
    Et ça ne peut être que dans les écritures du receveur général de recettes, comptable principal public centralisateur du Trésor.
    En comptabilité publique quand un comptable centralise les opérations d’un autre comptable, il devient son supérieur hiérarchique, car il apure ces opérations et le note .
    Je pense qu’il faudrait lire entièrement le corps de la directive pour bien comprendre , les principes de la comptabilité publique.
    On ne devient pas comptable du jour au lendemain. Arrêtez de spéculer, lisez bien entièrement la directive.elle est claire à cet effet. Essayons de débattre sans passion, dans la sérénité.

    • Si au sens de l’article 8, la DGI ne peut pas recouvrer, le Trésor n’a pas le droit de le faire non plus car l’article 8 ci-dessous définit l’ordonnateur comme étant toute personne ayant qualité au nom de l’Etat de prescrire l’exécution des recettes et/ou des dépenses inscrites au budget. Dans ce cas en tant qu’ordonnateur de dépenses ne peut avoir des comptables. Kado, il faut simplement te recycler.

      Article 8

      Est ordonnateur toute personne ayant qualité au nom de l’Etat de prescrire l’exécution des recettes et/ou des dépenses inscrites au budget.

      Les ministres et les présidents des institutions constitutionnelles sont ordonnateurs principaux des crédits, des programmes et des budgets annexes de leur ministère ou de leur institution, sous réserve du pouvoir de régulation des crédits budgétaires et de gestion de la trésorerie de l’Etat du ministre chargé des finances, et du pouvoir du contrôleur financier définis dans la Directive relative aux lois de finances.

      Les ministres et présidents d’institutions constitutionnelles exercent leurs attributions d’ordonnateur par le moyen d’ordonnateurs délégués au niveau des administrations centrales et d’ordonnateurs secondaires au niveau des services déconcentrés de l’Etat.

      Les ordonnateurs peuvent déléguer tout ou partie des crédits dont ils ont la charge à des agents publics dans les conditions déterminées par les règlementations nationales.

      Les directeurs des établissements publics nationaux sont ordonnateurs principaux des recettes et des dépenses de ces établissements. Ils peuvent déléguer leurs

      3

      pouvoirs dans les conditions prévues par les lois et règlements régissant les établissements publics.

      Les ordonnateurs peuvent également être suppléés en cas d’absence ou d’empêchement.

  11. La directive 07 de l’UEMOA ne peut changer et remplacer la loi organique relative aux lois des finances au Niger.
    Le principe de l’unité de caisse unique du Trésor public est consacré par certaines texte de l’UEMOA. Il est dit que ces administrations financières peut se constituer en réseau, se constituer en raison ne veut nul dire que la DGI est un réseau parallèle à celui du Trésor public. Cette directive a fait l’objet d’une étude approfondie par les différents techniciens en la matière afin de lever certaines équivoques. Les experts de l’UEMOA étaient présents. Une directive ne peut ignorer les princes de la règle de l’universalité budgétaires de laquelle découle le principe de l’unité de caisse unique du Trésor public.
    Dans tous les pays membres de l’UEMOA le principe de séparation des pouvoirs entre ordonnateurs et comptables publics est observé. Évitez de continuer tête baissée à croire à partir d’une lecture erronée de cette directive que vous pouvez défier l’Etat du Niger. Je vous conseille de rester tranquilles et de vous confirmer aux décisions du pouvoir politique nigérien. Ce n’est pas un petit fonctionnaire de l’UEMOA qui va imposer des choses à l’Etat du Niger. Une note de l’interprétation de cette directive, existe ,conformez- vous à défaut dégagez et laissez la place aux vrais patriotes.

    • Pourtant l’article 20 de cette directive dit que le réseau est distinct de celui du Trésor. C’est bien beau de dire qu’il y a des experts qui ont mené des études approfondies sur la question. Mais quels experts? Les experts en mensonges comme Kado?

      Article 20

      Les comptables des administrations financières des Impôts et des Douanes sont des fonctionnaires ou agents ayant qualité de comptables deniers et valeurs et chargés en particulier du recouvrement d’impôts, de droits, de redevances et de recettes diverses, ainsi que des pénalités fiscales et des frais de poursuites dans les conditions fixées par le Code général des impôts, le Code des douanes, le Code du domaine de l’Etat, ainsi que les lois et règlements.

      Les comptables des administrations financières peuvent être organisés en réseaux de postes comptables comprenant des comptables supérieurs ou subordonnés, principaux ou secondaires, distincts du réseau du Trésor dans les conditions fixées par les réglementations nationales.

      Les opérations des comptables des administrations financières sont centralisées dans les écritures du Trésor.

      • Écoute, pauvre ignare: Kado ne fait que donner son point de vue sur la question, mais il ne l’arbitre pas, d’après ce que nous, internautes, comprenons. Donne un avis différent, si ça te chante, mais évite de proférer des insultes! Dans tous les cas, cette question, au vu des arguments développés de part et d’autre, sera examinée ailleurs, et un verdict sera rendu de la façon la plus objective qui soit. Je ne vois, par conséquent, pas de raison à ce que des « cousins » comptables et fiscalistes continuent de s’écharper comme ça.
        Maintenant, si tu peux répondre à la question de savoir pourquoi les douaniers, eux, ne s’agitent pas pour ce « problème » qui les concerne pourtant au même titre que vous, cela enrichirait d’autant le débat.

        • Merci beaucoup. Toi au moins tu es honnête. J’ai insulté parce qu’on m’a insulté. Et aucun de ceux qui m’insultent n’a pu se défendre face à la teneur des deux articles que j’ai postés. Si vous avez des questions pour les douaniers posez-les-leur. En tout cas, aux impôts nous ne pouvons pas cautionner cette imposture.

          • Ok, mais en attendant que je puisse poser la question à un douanier, j’ai comme l’impression que si la mesure prise par le MF (et qui vous concerne au même titre) était si inique que ça, la Douane l’aurait combattue aussi. Ce qui me laisse donc penser qu’à la DGI, vous êtes, comme d’habitude, des hors-la-loi. Vous êtes toujours crus supérieurs à vos autres collègues du MF, et avez toujours voulu faire tourner un litige à votre avantage. J’ignore votre secret, mais les nigériens constatent que vous êtes une vraie terreur pour le gouvernement et le régime tout entier.

  12. Banqueroute du Niger

    Dès qu’on parle de redressement fiscal, c’est que quelqu’un, quelque part, a mal fait son boulot (ou ne l’a pas fait du tout). Les agents du fisc nigérien ont deux tares monumentales: d’abord ils se font soudoyer par de grosses entreprises dans le cadre d’arrangements fiscaux au terme desquels l’Etat perd des montants colossaux, de l’argent dont il a pourtant besoin pour la mise en oeuvre de ses différentes politiques. De ce point de vue, ces gars du fisc sont donc de hauts traîtres, et des ennemi du Niger et de son peuple. Ensuite ils tendent de vraies souricières fiscales aux contribuables ignorants et innocents, afin que ceux-ci se retrouvent en infraction fiscale et tombent sous le coup de la loi, avec, au bout du processus, de faramineux gains issus des pénalités à eux infligées. Entre nous, chers compatriotes, où est-ce qu’on a déjà vu une médiocrité aussi bien récompensée qu’à la DGI du Niger? Qu’est-ce que ce principe aberrant en vertu duquel, une clique d’agents se frottent les mains lorsque l’Etat – pour lequel ils travaillent – se retrouve perdant? Parce que le principe est simple: moins ils recouvrent à temps, moins l’Etat rentre dans ses droits dans les délais, et plus le montant des pénalités engrangées par la DGI monte en flèche. Quel paradoxe! Et les autorités regardent (et surtout laissent) faire. C’est donc vrai ce qui se dit, qu’un mécontentement des agents du fisc du Niger garantit une banqueroute certaine et inéluctable pour notre pays? Si c’est vraiment le cas, alors les nigériens (autorités et citoyens lambdas confondus) aurions vraiment intérêt à continuer de caresser ces « princes du ministère des finances » dans le sens du poil. La survie du pays n’a pas de prix!

    • Tu es pardonné pour ton ignorance parce qu’on comprend aisément que tu ne sais pas ce qu’est le redressement fiscal. Sinon, il est lié au caractère déclaratif du système fiscal et se fait partout au monde y compris dans les pays les plus développés. S’agissant de la corruption, il faut tout simplement apporter tes preuves sinon ce ne sont que des mensonges grossiers. Les contribuables ne sont pas ignorant, mais toi tu l’es.

      • Banqueroute du Niger

        Lesdits contribuables te lisent, et sentent sûrement que tu te fous royalement de leur gueule. Et malgré tout ce que vous engrangez en termes de ristournes, pénalités et autres, vous rançonnez ces pauvres contribuables. Même pour de simples déclarations de TVA, vous rackettez les contribuables. Honte à vous!

      • Banqueroute du Niger

        Par ailleurs, je persiste et signe que le redressement fiscal est toujours la conséquence d’un travail mal fait! Le vôtre!!!

        • Argumente-toi car c’est facile de dire mais explique-toi. Tu ne connais rien en fait. Sinon tu allais donner tes arguments. On ne convainc personne avec ces petites affirmations gratuites.

          • Banqueroute du Niger

            Je n’ai pas besoin de « m’argumenter », comme tu dis. Mais la nation entière a compris que c’est parce que certains contribuables vous soudoyaient (c’est ça que tu appelles « faire bien son travail »?) qu’ils se sont retrouvés, au bout d’un moment, redevables de dizaines de milliards à l’Etat. Ils vous corrompent contre des magouilles fiscales que vous leur faites, et quand les choses foirent, un redressement s’ensuit, générant de faramineuses pénalités. En amont comme en aval, vous êtes toujours gagnants, vous du fisc! Vous être trop forts, décidément!

            • En même temps que tu nous insultes tu insultes aussi les contribuables car tu les accuses gratuitement d’être corrupteurs sans aucune raison valable. Dire je n’est pas d’arguments, je préfère insulter, ce n’est pas honteux de la part de quelqu’un qui semble avoir été à l’école. Quel fruit d’une mauvaise éducation!

              • Banqueroute du Niger

                Je n’ai pas été à l’école, et c’est sans doute ce qui explique mon manque d’arguments. Mais je vais te dire une chose: si le fait d’appeler les agents des impôts par le vocable qui les définit le mieux, c’est-à-dire CORROMPUS, et certains contribuables CORRUPTEURS, a valeur d’insulte à tes yeux, alors je n’aurai jamais de cesse de vous insulter car, avec les pratiques qui ont cours à la DGI, je vais toujours vous traiter de corrompus, et ceux pour qui vous faites des « arrangements fiscaux », des corrupteurs. Tiens-le donc pour dit, mon ami!

  13. République bananière

    Mais c’est quoi, cette versatilité dont font montre les agents du fisc? Il paraît que tous les agents de la DGI ont récemment été formés, dans les locaux du Trésor, sur la réforme comptable, et qu’ils ont été informés qu’à partir du 02 janvier 2019, leurs recettes vont dorénavant relever du réseau comptable du Trésor. Ils ont semblé l’avoir compris et l’avoir accepté (ont-ils d’ailleurs le choix?). La comptabilité publique d’un pays est unique, tout comme le réseau comptable à travers lequel elle se déploie. Mais pour quelle raison les agents du fisc tiennent-ils mordicus à créer leur propre réseau comptable, comme s’ils avaient à gérer des recettes privées? Depuis quand des agents prennent des décisions en lieu et place de leur hiérarchie? En tout cas, si tout ce qui se dit ici sur la DGI, ses agents, son syndicat et même ses hauts dirigeants est fondé, c’est donc que notre pays est pire que n’importe quelle République bananière!

    • Puisque toi au moins tu as avoué ton ignorance de la Directive N° 07 /2009 /CM/UEMOA portant règlement général sur la comptabilité publique au sein de l’UEMOA, j’ai le devoir de t’instruire pour débusquer les fausses idées que des gens comme Kado ont introduites dans ta tête. Lis l’article 20 ci-dessous. Et je jure par Allah, je n’ai rien enlevé ou augmenté à cet article même pas un espace.

      Article 20

      Les comptables des administrations financières des Impôts et des Douanes sont des fonctionnaires ou agents ayant qualité de comptables deniers et valeurs et chargés en particulier du recouvrement d’impôts, de droits, de redevances et de recettes diverses, ainsi que des pénalités fiscales et des frais de poursuites dans les conditions fixées par le Code général des impôts, le Code des douanes, le Code du domaine de l’Etat, ainsi que les lois et règlements.

      Les comptables des administrations financières peuvent être organisés en réseaux de postes comptables comprenant des comptables supérieurs ou subordonnés, principaux ou secondaires, distincts du réseau du Trésor dans les conditions fixées par les réglementations nationales.

      Les opérations des comptables des administrations financières sont centralisées dans les écritures du Trésor.

      • République bananière

        C’est vrai que je suis ignorant de pas mal de choses. N’étant ni comptable, ni financier, ni fiscaliste, ni même juriste, je reconnais ne pas être assez bien outillé pour faire des analyses profondes sur cette question qui, d’après ce que j’ai compris, devient un vrai cauchemar pour les agents du fisc. Ainsi, les avis que je donne là-dessus ne sont fondés que sur les commentaires des autres internautes, et parmi lesquels il doit immanquablement y avoir quelques avertis de la question en débat. C’est un peu comme ton cas, en fait, avec « l’éclairage » que tu viens de me donner à travers un article de la fameuse directive. Et même si cet article semble clair, il n’empêche pas que la directive dont il relève soit mise en rapport avec d’autres textes nationaux l’ayant précédée, pour évaluer leur degré de compatibilité …. ou d’incompatibilité. Et ça, c’est ailleurs que ça doit être arbitré …. et tranché!

        • Merci beaucoup mon ami. C’est comme ça comme fait une analyse scientifique des choses en regardant les pour et les contre. Tu es vraiment objectif et j’ai pu décelé cela dès ton premier commentaire.

      • Le Ministre Massaoudou a raison.

        Sur la question des nominations des receveurs sur proposition du Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique.
        Quoi de plus logique !
        Quoi de plus normal !
        En effet faut il le rappeler que la DGT/CP compte 5 comptables principaux dont le Receveur Général du Trésor (RGT). Ce dernier est l’unique comptable assignataire des recettes publiques. À ce titre il prend en charge les recettes budgétaires, en justifie les restes à recouvrer, mieux produit un compte de gestion annuel qu’il envoie à la cour des comptes aux fins de certification.
        En ce qui concerne la DGI même si les textes autorisent qu’ils créent leur propre réseau comptable, le Directeur Général des Impôts ne sera jamais comptable principal car il y’en à un seul et il n’y en aura jamais deux dans deux structures différentes d’un même ministère. Quelle confusion diriez-vous !
        Pour ce qui est du réseau auquel ils(les agents de la DGI) prétendent avoir droit, il n’existe pas encore.
        Si même il arrive que ce réseau est créé ce serait en totale incompatibilité avec le rôle que la DGI joue actuellement. En effet il est important de savoir que la DGI joue le rôle d’ordonnateur du budget en matière de recettes par délégation du Ministre des Finances. Je n’ai pas besoin de rappeler qu’ en tant que tel la DGI est chargée de déterminer les bases imposables et de liquider les impôts dus. Et comme si cela ne suffisait pas la DGI est également chargée d’en recouvrer les montants ceci en violation flagrante du principe sacro-saint de séparation de fonctions d’ordonnateur et de comptable(le recouvrement devant relevé du seul comptable qu’est le RGT) . Du reste nous savons ce qu’il s’est passé s’agissant du transfert du recouvrement que les agents de la DGI lient au fallacieux prétexte que le Trésor n’était pas performant en la matière ( nous en parlerons à l’occasion pour éclairer l’opinion publique sur cette affaire).
        À mon avis personnel, le Ministre Massaoudou doit revenir sur son arrêté pour régler la question de logique structurelle pour demander au Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique de soit reverser les receveurs nommés au Trésor ou proposer des cadres du Trésor et de l’administration centrale pour des questions de commodité.

        Alors qui de la DGI et de la DGT/CP est mieux placée pour proposer au Ministre la nomination des receveurs?
        Je vous laisse le soin d’analyser ce texte avec minutie et de répondre par vous même à cette question.

        • L’article 20 de la Directive N° 07 /2009 /CM/UEMOA portant règlement général sur la comptabilité publique au sein de l’UEMOA débusque cette fausse idée.

          Article 20

          Les comptables des administrations financières des Impôts et des Douanes sont des fonctionnaires ou agents ayant qualité de comptables deniers et valeurs et chargés en particulier du recouvrement d’impôts, de droits, de redevances et de recettes diverses, ainsi que des pénalités fiscales et des frais de poursuites dans les conditions fixées par le Code général des impôts, le Code des douanes, le Code du domaine de l’Etat, ainsi que les lois et règlements.

          Les comptables des administrations financières peuvent être organisés en réseaux de postes comptables comprenant des comptables supérieurs ou subordonnés, principaux ou secondaires, distincts du réseau du Trésor dans les conditions fixées par les réglementations nationales.

          Les opérations des comptables des administrations financières sont centralisées dans les écritures du Trésor.

          Au vu de cela, je ne vois pas pour quelle raison la DGI doit lier son sort à celui de la DGTCP.

  14. Issoufou Boubacar Kado Magagi

    Que dit la directive N° 07 /2009 /CM/UEMOA portant règlement général sur la comptabilité publique au sein de l’UEMOA. ?
    Nous devrions garder notre sérénité et débattre en toute objectivité et responsabilité, sans insultes. Nous sommes tous de la même famille , le Niger .

    Que dit la directive N° 07 /2009 /CM/UEMOA portant règlement général sur la comptabilité publique au sein de l’UEMOA ?

    Cette directive dit bien que les comptables des administrations financières peuvent se constituer en réseaux. Mais les opérations des dits comptables sont centralisées dans les écritures du Trésor public.
    Cela veut que les comptables des administrations financières ou des régies financières sont des comptables secondaires qui dépendent du comptable public principal du Trésor qui centralise leurs opérations. Les opérations des comptables des administrations financières sont arrimées aux opérations du comptable public principal centralisateur du trésor.
    En terme technique ces comptables dépendent du comptable centralisateur principal du Trésor. Ils sont notés par ce dernier. C’est comme les contrôleurs financiers placés auprès des ministres dépensiers qui dépendent hiérarchiquement du ministre des finances.
    Dans tous les pays membres de l’UMOA le problème de dépendance des comptables des régies financières au comptable public principal centralisateur du trésor ne se pose pas.
    Les règles de la comptabilité publique ont des subtilités que seuls les initiés peuvent comprendre. Evitons donc une lecture très erronée de la directive de l’UEMOA, une directive se transpose en tenant compte des réalités juridiques de chaque pays membre. La directive donne l’orientation aux Etats membres à eux de se conformer chacun selon son rythme.
    Au Niger, la douane s’est déjà conformée, seule la DGI tarde à se conformer, d’où les difficultés à bien centraliser les recettes fiscales en vue de confectionner les comptes de gestion .
    Le code général des impôts actuel est promulgué avant l’adoption de la loi N° 2012-09 du 26 mars 2012, portant loi organique relative à la loi des finances. C’est pourquoi ce code n’est pas conforme à la dite loi.
    Le principe de l’unité de caisse unique de l’Etat, le principe de séparation de pouvoir entre ordonnateurs et comptables, sont consacrés par la loi organique, charte des textes qui régissent les finances publiques au Niger.
    Cette loi consacre bien le régime de séparation de fonction entre les services de l’assiette et les services des comptables publics du trésor. Seul un audit sérieux des services fiscaux pourrait permettre de comprendre les motivations réelles d’une telle défiance à la règlementation nationale.
    Dans certains pays membres de l’UEMOA, ce débat est dépassé, certains pays sont au stade des Offices des recettes, des commissaires des impôts, des commissaires des douanes, et commissaires des recettes diverses , d’autres ont créé des directions générales des finances. La majorité des dits directeurs et leurs collaborateurs sont recrutés sur concours, avec des contrats aux taux d’objectifs à atteindre.

    L’ordonnance du référé N° 41 du 12 décembre 2018, a suspendu l’arrêté N°497/MF/DGT/ du 2 novembre 2018, du fait de l’ignorance d’un arrêté N° 0346/MF/DGI/DRH/LF du 6 aout 2018 qui autorise le directeur général des impôts à proposer la nomination des receveurs des administrations financières. Le ministre des finances a pris acte de la suspension du dit arrêté, il l’a abrogé.
    Pus il a également abrogé l’arrêté N°0346/MF/DGI/DRH/L/F du 6 août 2018, pour se conformer au parallélisme de forme, à la doctrine et aux règles de la comptabilité publique qui précisent bien que les receveurs des administrations financières, de par leur qualité de comptables publics , sont placés sous la responsabilité du comptable public principal centralisateur du Trésor, donc du Directeur Général du trésor et de la Comptabilité publique .
    Ensuite Le ministre a procédé à la nouvelle nomination des receveurs des administrations financières, RAF, conformément à la nouvelle règlementation. En fin, il a clos le débat en revoyant les comptables nouvellement nommés dans l’exercice de leur fonction.
    A notre humble avis un audit s’avère nécessaire, pour déterminer les goulots d’étranglement qui empêchent que la comptabilité des recettes fiscales ne soit bien tenue depuis 2001 à nos jours , ce qui permettrait d’apporter des corrections nécessaires .
    Issoufou Boubacar Kado Magagi.

    • Mr. Kado. Si tu veux d’un débat franc, ne dit pas ce que la directive n’a pas dit. Je t’invite à lire attentivement l’article 16 de al Directive. Je suis d’accord avec toi que les insultes ne nous amènent nulle part. Mais ne profite pas de l’aura de Kanga pour dire des choses totalement absurdes. Nous pouvons revenir au fond au besoin.

      • Vous appelez ça aura? J’aimerai savoir ce qu’on appelle détestation.
        Ne vous moquez pas des nigériens.SVP

      • Toi, le guignol (ça me semble mieux te seoir que ton loglog, là!), t’as intérêt à retourner sur les bancs, puisque tes enseignants t’ont, de toute évidence, mal expliqué le sens du mot « aura ». Bon, à moins, bien sûr, que ce ne soit ta tête qui est impénétrable au vocabulaire.

        • Kado. Il a écrit un article oui ou non. Est-ce que cet article a suscité d’engouement. Personne ne s’y intéressé parce que c’est du charabia. Ce qui n’est pas le cas de l’article de Kanga. Acceptez tout simplement la vérité parce qu’elle justement vérité.

          • Pathétique et lamentable fisc

            « Qui ne dit rien consent ». J’espère que tu connais au moins le sens de cet adage. Pour dire qu’en général, lorsqu’on est d’accord avec une opinion exprimé sur ce forum, on peut bien se contenter de se taire. Le silence, dans ce cas, rime donc avec acquiescement. Mais dans le cas du torchon de ton Kamga – et j’espère que tu t’en es rendu compte – la foison de réactions qu’il a suscitées sont toutes défavorables à la DGI. Les internautes ont vomi la bassesse, la lâcheté, la gloutonnerie, le manque de patriotisme, l’inconscience, l’inconséquence, bref tout le côté hideux (en ont-ils d’autres, d’ailleurs?) des agents de la DGI. Et je n’y vois rien dont tes pillards de collègues et toi-même puissiez vous réjouir.

            • En fait, si nous n’avons rien sur Kado, ce n’est pas parce que nous consentons ce qu’il dit. Le silence peut aussi exprimer un mépris. Nous connaissons le passé de Kado dans la CDTN en qu’artisan principal de ce qu’on a appelé alors « Protocole de la Honte » qui lui a valu l’exclusion. Les gens ne doivent donc pas s’attarder sur cette petite personne. Je l’ai invité à aller au fond de la Directive, il n’a jusqu’à présent pas répondu sachant qu’il ment simplement.

              • Vivement un arbitrage objectif

                Vous tous du Ministère des finances, vous nous gonflez avec vos histoire de directive. Vivement qu’une juridiction bien habilitée à le faire dise aux nigériens là où réside la vérité. Comme cela, on saura s’il existe des fonctionnaires au MF qui spolient le peuple, et qui ils sont. Mais il paraît que la mafia de la DGI excelle dans les pratiques corruptives. Et lorsqu’on connaît les faiblesses de la justice de notre pays, ça craint vraiment. Tiens, il paraît que la DGI a déjà « payé » pour remporter un premier round contre le Trésor, au niveau du Conseil d’Etat. C’est vous dire!

                • Maintenant que les gens du Trésor vous n’avez aucun argument de droit, vous attaquez la justice. Lamentable. Apportez votre preuve de cette corruption si vous êtes véridiques.

                  • Vivement un arbitrage objectif

                    Sorry! Je suis fonctionnaire de l’Etat, mais pas du Trésor, ni même de votre ministère, d’ailleurs. Je suis, en fait, un « sous-mendiant », puisque n’étant pas de « chez vous » où les agents répartis entre des « riches et aisés » (DGI) et des « crève-la-faim » (au Trésor et à l’Administration centrale). Je me permets juste de donner mon opinion sur la question, c’est tout. Maintenant si la Toute Puissante DGI l’interdit, tu peux me le dire.

                    • La DGI ne peut empêcher à qui que ce soit de donner son avis sur une question. Mais soyons objectifs, des accusations gratuites genre il paraît que, il semblerait que ne peuvent convaincre personne. Je t’ai simplement demandé d’apporter ta preuve et de la publier ici.

        • Je pense que c’est à moi que tu t’adresse.
          J’ai posé une question. On apprend toujours. Soyez mon enseignant et répondez-moi.
          Merci d’avance pour votre modestie.

      • Issoufou Boubacar Kado Magagi

        La directive de l’UEMOA n’est pas une supra loi nationale.
        Combien des pays membres de l’UEMOA se sont conformés à cette directive.?
        Rappelez de la taxe de coopération régionale instituée par la CEAO, ancêtre de l’UEMOA. Certains pays voisins jusqu’à l’avènement de l’UEMOA ne sont pas confirmés à la dite directive parce qu’elle n’est pas conforme à leurs intérêts. Évitons de faire un mauvaise interprétation de la directive. La directive donne des indications aux pays membres, chacun va à son rythme.

        • Issoufou Boubacar Kado Magagi

          Lire : Rappelez vous de la taxe de coopération régionale instituée par la CEAO . Combien des pays membres se sont conformés ?

      • Vivement un arbitrage objectif

        Vous vous targuez, à la DGI, de pouvoir acheter (corrompre) n’importe qui dans ce pays. Moi, j’avais longtemps pensé que vous bluffiez, jusqu’à ce que j’apprenne que vous disposez d’une « caisse noire » régulièrement alimentée des revenus provenant des pénalités, et dont le montant global dépasse les 3 milliards. Dans vos pratiques corruptives, vous distribuez des villas, des voitures, et, bien sûr, de grosses sommes d’argent aux personnes bien placées dans les différentes sphères de décision de notre pays, contre leurs appuis décisifs dans le cadre des différents différends qui vous opposent à vos challengers de la Douane, du Trésor, de l’Administration centrale, et même des autres ministères, lorsque vos intérêts en arrivent à se retrouver en péril. Et c’est évident qu’avec des moyens aussi colossaux, vous êtes irrésistibles! Quand vos agents – chose rare – quittent la DGI, vous les déclarez « en mission » (laquelle? Vous seuls le savez), et en cette qualité, vous leur versez les ristournes et autres pénalités. Ainsi, qu’ils soient ministres, députés, Ambassadeurs, détachés à la Primature, à l’Assemblée nationale, à la Présidence ou dans n’importe quelle institution, ils bénéficient de cette manne, sans doute pour exercer leur influence dans les prises de décisions vous concernant. Un de vous se verrait un jour élire Président de ce pays, que vous lui verseriez quand même une partie de cet argent indûment perçu. Juste pour qu’il puisse défendre avec autant d’acharnement qu’il peut votre « Cosa Nostra ». C’est comme ça que fonctionne votre mafia, pour le malheur du peuple nigérien. Tu me demandes d’apporter la preuve de ce que je dis, mais je me contente de te rappeler qu’il n’est nullement besoin de preuve pour un secret de Polichinelle. Et si des externes au MF connaissent toutes ces horreurs sur la DGI, je me demande ce que les gens en savent, de l’intérieur du « machin »!

        • Mon ami, je ne sais pas si tu l’as appris, mais ils ont aussi commencé à pêcher dans les eaux troubles de la Société dite civile du Niger. Ils ont récemment payé (c’est bien le mot) un soi-disant activiste d’OSC, pour une piètre prestation d’au moins un quart d’heure sur une télé de la place (imagine le coût que cela a nécessité!). Il s’y est donc égosillé pendant tout ce temps autour d’un soi-disant refus d’obtempérer à une décision de justice de la part du ministre Hassoumi. Mais ce qu’ils cachent à l’opinion, c’est que le ministre a bien respecté ladite décision en prenant un nouvel arrêté en lieu et place de celui qui se trouvait au centre du litige. Sur ce point, le ministre semble avoir péché par « incommunication ». Il aurait, en effet, été de bon ton, de sa part, de faire savoir cette mesure à l’opinion, au lieu de la laisser polluer par les prestidigitateurs de la DGI et leurs affidés. Maintenant, pour revenir à ce malotru de la Société civile auquel le SNAI a fait recours, l’opinion doit savoir (pour ceux qui l’ignorent) qu’il s’agit, en fait, d’un repris de justice. Il a, en effet été condamné pour … escroquerie, et se trouve, en ce moment, en liberté provisoire. Voilà, vous savez, à présent, tout du « Jacques Vergès » de la mafia de la DGI.

          • Mais bien sûr qu’on le connaît! Et même que tout le monde sait que c’est à 500 000 à 1 000 000, voire plus, qu’il négocie ses « prestations télévisées » pour descendre en flammes une cible qui qui lui est désignée par ses commanditaires. Du « mercenariat cathodique » sous sa forme la plus vile, en somme!

        • Merci de tes imaginations qui traduisent la saleté de ton état d’âme.

          • C’est tout ce que tu trouves à répondre, face à toutes ces « accusations-révélations » qui sont portées contre la DGI?! C’est un peu maigre, je trouve.

    • Tout ce que je sais, en dehors du Niger, aucun pays qui se respecte n’applique des textes qui vont durablement à l’encontre de ses propres intérêts. Chaque pays (sauf le Niger) a sa propre stratégie et regarde en quoi les initiatives communautaires peuvent l’arranger. Sinon il prend soin de s’y préparer avant d’appliquer. Au Niger nous acceptons tout les yeux fermés.
      Tout se passe comme si nous répétons ce que disent les autres, comme des perroquets..
      Nous appliquons ce que veulent les autres parce que généralement nous ne savons même pas ce qu’il nous faut.

  15. Non, ce n’est pas le syndicat qui est plus fort que l’Etat mais au Niger c’est l’Etat qui plus faible que les syndicats. Et quand l’Etat est faible nous sommes tous menacés, nous sommes tous en insécurité et l’ avenir reste incertain.
    C’est là l’un des drames de cette médiocratie.
    Les nigériens parlent plus de leurs droits que de leurs devoirs vis à vis de leur pays.
    Or chez les peuples qui se respectent on fait d’abord ses devoirs de citoyen avant de réclamer ses droits.

  16. Comme Dan Mairo et Kado n’ont plus d’inspiration, reposez-vous bien Mesdames et Messieurs 10%. A plus, nos fans et mendiants.

    • Que faut-il choisir? Être brigand ou être mendiant? Généralement c’est le brigandage des uns qui entraine la mendicité des autres.

    • Mais c’est quoi l’étendue de ton inspiration à toi? Pour l’heure, je constate qu’elle consiste à nous rabâcher des « Mesdames et messieurs 10% ». Tu ne vas pas oser me dire qu’elle se limite à ça, quand même!

    • Fonctionnaires-mendiantsa

      Je ne savais pas qu’il existe des « fonctionnaires-mendiants » et des « fonctionnaires nantis », dans notre pays. Mais là, je viens de découvrir brutalement qu’au sein d’un même ministère il existe une telle disparité. Et je ne peux qu’y croire, vu qu’un agent (visiblement de la DGI) l’a revendiquée à la première personne du pluriel: « nos fans et mendiants ». Je suis effaré face à la survivance de cet apartheid d’un nouveau genre!

      • On n’a pas besoin d’être pauvre pour être mendiant, c’est un état d’âme. Combien des gens quémandent auprès de ceux qui sont mois riches qu’eux?

  17. Nous l’avons tôujôurs dit qu’il faut supprimer les commissions,les ristournes , les 06 et cônsorts

  18. Messieurs 10%, vous me manquez. Vous ne dites rien encore.

    • Fisc à l'esprit enfantin

      Toi, pauvre con, au lieu de formuler des critiques sensées contre tes « ennemis » du Trésor, tu te limites à des enfantillages du genre « Messieurs 10% »! Ca veut dire quoi, ça? Nous, on vous suit et on arbitre. Alors, fais-nous des révélations sulfureuses les concernant, de la même manière qu’ils sont en train de faire des déballages sur vous de la DGI. Et si tu n’as rien de tel à nous dire ici, alors tu ferais mieux de fermer ton clapet. Nous, on veut lire du sensationnel, de la vraie info, quoi! En tout cas, avec les gens acquis à la cause du Trésor, nous on se régale bien, et on note que le score de cette bataille de chiffonniers leur est, pour l’instant, largement favorable. Je vous exhorte donc, tes camarades et toi, de vous ressaisir pour refaire votre retard. Exit donc tes trucs enfantins, place à ces scoops dont nous raffolons!

      • Moi, je n’ai pas d’ennemis au Trésor. Je n’ai que des fans. Malheureusement, je n’ai lu aucune critique de leur part. sinon des petits discours puérils, décousus et truffés des mensonges. Et je ne peux me lancer dans ce genre de mensonges pour que vous ne disiez pas que je uis enfantin.

  19. Nous au fisc, nous remercions toujours nos adversaires car ils sont en fait nos fans. Lorsque Kado a écrit son article, personne ne s’y intéresse. Il a fallu que Kanga écrive le sien pour enregistrer plus de 70 commentaires. Merci beaucoup nos fans.

    • Ah ouais? Eh bien mon gars, il ne faut pas se foutre de nous autres qui observons avec goguenardise vos crêpages de chignons entre voleurs du peuple. A partir de notre position neutre d’observateurs, nous constatons que ceux que vous appelez « vos fans » vous adressent tout sauf des compliments. Or, je crois savoir qu’un fan se définit comme un … admirateur. Alors, où est-ce que tu as décelé de l’admiration dans ce torrent de critiques dont vos fans supposés vous inondent? Mon frère, tu veux peut-être faire dans l’humour ou dans l’ironie, mais dans un cas comme dans l’autre, ça me semble raté.

  20. Au regard de l’importance des réactions que votre article a suscitées, M. Kanga vous avez fait un travail intellectuel gigantesque. Félicitation. Il revitaliser les débats, je vous recommande de multiplier ce genre d’articles. Bravo!

  21. Les autorités de ce pays doivent prendre leurs responsabilités concernant la DGI, cette institution qui se veut imprenable et inamovible. Le rôle du fisc est de recouvrer les impôts, de la même façon que d’autres nigériens s’occupent d’autres secteurs qui concourent au développement de notre pays et de l’épanouissement de son peuple. Comment donc, pour des futilités, ils vont renoncer à cette tâche qui leur est dévolue par les autorités et au terme d’un engagement qu’ils ont souscrit vis-à-vis de l’Etat et des citoyens, ils vont se soustraire à cette obligation? Déjà qu’ils sont surpayés à ne rien foutre, d’après ce que nous avons cru comprendre à travers certaines interventions! Mais pour qui se prennent-ils? Pourquoi la loi ne sévit-elle pas contre eux? Pourquoi ne pas trouver des solutions alternatives à leurs grèves capricieuses pour recouvrer les impôts par d’autres nigériens qui sont déjà nombreux à chômer, et donc qui ne demandent qu’à travailler pour leur pays et son peuple? J’invite en tout cas les autorités à réfléchir dans le sens de se libérer totalement et définitivement du joug et du diktat des petits mecs du fisc, pour un développement plus sûr et plus serein de notre pays et de son peuple. Trop c’est trop, et y’en a vraiment marre de ces chichis d’enfants gâtés que nous infligent les agents des impôts.

    • Ressaisissez-vous!

      Cher Y’en a marre, les « autorités » de ce pays ont, depuis deux décennies, fait preuve de trop de laxisme vis-à-vis des agents du fisc. Au point qu’elles ont fini par en faire une sorte de monstre, aujourd’hui (mais c’est, en réalité un tigre en papier), un démon qui se croît au-dessus de tout et de tous au Niger. Au Ministère des finances, tout le monde sait que depuis 2001 (année où le recouvrement a été transféré à la DGI), les agents, leur syndicat, appuyés de leur hiérarchie (une Direction hypocrite qui fait semblant d’être du côté des autorités, mais qui, en réalité, fait le jeu du syndicat) se liguent pour empêcher que d’autres agents du MF ne soient affectés à la DGI, évitant, ce faisant, de réduire la taille du gâteau des pénalités qu’ils se partagent. Combien de fois des agents du MF ont été refoulés de la DGI, pourtant munis d’une décision d’affectation dûment signé du Ministre des finances? Les cas sont légion, et ne peuvent pas se compter. Mais où est-ce qu’on a vu un syndicat, sous prétexte d’être issu d’un corps chargé de mobiliser des recettes publiques, va être plus fort que l’Etat? Et c’est quoi cette histoire d’institution fortes que nous chantent à tue-tête les autorités? Les institutions ne valent que par les hommes chargés de les animer. C’est dire donc que nous n’avons, au Niger, que des mauviettes aux manettes de nos institutions? Ou on est un Etat, et on le notifie clairement aux 20 millions de nigériens que nous sommes, ou bien on ne l’est pas, et alors qu’on arrête de nous endormir au travers de déclarations pompeuses mais creuses, énoncées par des phrases toutes faites. Et avec ça, on s’étonne (ou se choque faussement) d’être les derniers de la planète!

      • Non, ce n’est pas le syndicat qui est plus fort que l’Etat mais au Niger c’est l’Etat qui plus faible que les syndicats.
        C’est des drames de cette médiocratie.
        Les nigériens parlent plus de leurs droits que de leurs devoirs vis à vis de leur pays.
        Or chez les peuples qui se respectent on fait d’abord son devoir avant de réclamer ses droits.

      • Vivement l'expérien rwandaise!

        Donc si je comprends, le Directeur de la DGI conspire avec leur syndicat? Mais qui est son employeur, au juste? L’Etat ou bien le syndicat? Mais comment les autorités, se trompent-elles pour nommer des individus aussi fourbes et déloyaux à de tels postes de responsabilité? Il est vraiment temps que nous migrions vers l’expérience rwandaise ou ce genre de responsabilités sont confiées à des mecs probes, et auxquels il est, de toute façon, confié un cahier de charges comportant des objectifs clairement définis. Et comme ça on verra si ces DG vont continuer à se prêter à ce jeu malsain d’extorsion de pénalités auprès de pauvres contribuables.

        • ça ce n’est pas ton problème.

          • Vivement le modèle rwandais!

            Ah là, tu mens! C’est bien mon problème, en tant que citoyen et contribuable. Maintenant, pour ma question portant sur les conditions (et même l’opportunité et la légitimité) de la nomination de ton patron, je suis profondément choqué (comme nombre de nos compatriotes, je suppose) un tel état de fait: l’Etat nomme un individu à un poste qui est sans doute celui qui paye le mieux dans ce pays, et le monsieur privilégie une corporation à ce même Etat dont il méprise (et même combat) les intérêts. Mais c’est compréhensible, vu que de par son patronyme, ce n’est même pas sûr qu’il soit nigérien. Et comment, de ce point de vue, s’étonner de ce qu’il ne fasse montre d’aucune once de patriotisme?

            • Ta maladie, c’est le mensonge. Ton cœur est malade. Sinon, quel est le poste le mieux payé au Niger?

              • Vivement le modèle rwandais!

                Celui de DGI, bien sûr! Puisque si on nous dit que sur les pénalités d’un seul mois il se tape 20 millions, à quelle montant s’élèveraient ses revenus cumulés d’un mois? J’ose à peine l’imaginer. Et, dans ces conditions, peux-tu me dire le fonctionnaire (secteurs public et privé confondus) qui qui soit mieux payé que lui?

  22. Hier, un ami a partagé ceci sur facebook, « Dans le bras de fer qui oppose desormais la DGI à l’État , il y’a de l’amalgame et comme toujours, on veut diviser et opposer les agents des impôts aux autres agents .
    Ne suivez pas ces imposteurs. Chaque corps de la fonction publique a ses spécificités qu’il faut apprendre à respecter :
    – Les enseignants ont droit à des avantages liés à la nature de leur fonction auxquels les autres agents n’ont pas droit : indemnité de craie, de sujétion . De plus ils ont le droit à être rémunérés même pendant les vacances .
    – les militaires ont droit à des indemnités de zone désertiques, l’indemnité pour temps d’activité et d’obligations professionnelles complémentaires, indemnités pour services aériens etc….
    – Les douaniers ont des Indemnités pour T.E.L ( travail extra légal )
    – Les magistrats ont des salaires élevés par rapport aux autres fonctionnaires etc ….
    – Les agents des hôpitaux ont des ristournes
    – Les comptables publics ont des indemnités de tenue de caisse.
    – Dans les sociétés d’économie mixte et le privé , il y’a le 13ème mois , le 14ème mois etc……
    Si l’ami Massa4 veut faire rentrer l’État dans ses droits , qu’il commence par reverser tout l’argent qu’ils ont volé, lui et ses amis politiques , c’est mieux ». Les agents de Finances ne vous accusez pas à tort mutuellement.

    • Militants abusés et égarés

      Toi, le faux sage, là, tu arrêtes avec tes leçons à la con. Qu(est-ce que tu crois apprendre aux gens à travers ton laïus, là? Rien du tout! Maintenant, si t’es pas agent du Ministère des finances, tu te tiens hors de cette affaire. Et si tu es du MF, tu dois forcément être du fisc. Dans ce cas réserve tes leçon bidon à tes collègues que le SNAI est en train d’égarer.

  23. A travers de tels débat on sent que notre pays avance. Nous commençons à nous dire certaines vérités. Nous (re)commençons à penser à notre pays. Pourvu que ça dure.

  24. En fait, les impôts, le trésor et la douane, nous sommes même pipe, même tabac. Taisons-nous pour éviter le courroux des autres citoyens sur nous.

    • Rapacité stratifiée

      Renseigne-toi bien, mon ami. La rapacité est bien hiérarchisée au MF, et les champions ne sont pas forcément ceux que tu crois, ou qui le paraissent.

  25. C’est ça le paradoxe de la DGI, ceux qui produisent, qui donnent les résultats ne parlent pas. Seuls les tonneaux vides , chasseurs des primes, qui s’agitent. Ils sont en train de scier l’arbre sur lequel ils sont.

  26. Félicitation à Kanga

    Au regard de l’importance des réactions que votre article a suscitées, M. Kanga vous avez fait un travail intellectuel gigantesque. Félicitation. Il revitaliser les débats, je vous recommande de multiplier ce genre d’articles. Bravo!

  27. Monsieur le Ministre de finance pas la peine d’appliquer des lois qui nous sont données si elle n’ avantagent pas le peuple .Nous devons gommer de notre dictionnaire étatique tout ce qui convient pas à l’émergence de notre population compte tenu de nos possessions économiques présent + futur . Il faut superviser avec vos hommes la DGI car le peuple servira indirectement de commissaire au compte et rendre part à Issoufou Mahamadou l’avocat des causes perdus qui est complètement indifférent maintenant et il a raison = juste Niger , d’abord Niger pour une Rennaissance causé + prouvé . .A défaut de l’acceptation de ces agents , la DGI se doit d’être réorganisé sur le plan administratifs . Pourquoi s’en prendre de la visite d’un commissaire lorsqu’on est innocent.
    Nigériens aimons notre peuple maintenant qui est garnie , quand il sera vide par notre volonté de corruption, notre génération avenir maudira nos âmes perdus dans nos cimetières.

    La Finance motivé la jeunesse à encaisser pour le Niger . En Chine la perte n’existe pas car le contrôle se fait par des acteurs qui ne se connaissent même pas des fois . Donc tout le monde peut balancer tout le monde et vice versa .

  28. N’oubliez surtout pas que la DGI vient d’avoir un témoignage de satisfaction du Président de la République pour ses réalisations de 2018

    • Moralité: la DGI peut donc faire ce qu’elle et surtout créer des perturbations à des mauvais moments.

    • Mais il va bientôt déchanter, quand ils vont lui exiger 80% des montants recouvrés! Comment peut-on féliciter des gens qui travaillent pour eux-mêmes? Des gens qui, faute d’avoir fait leur travail, et pour s’être laissés corrompre par de grosses entreprises, ont occasionné un « gouffre fiscal » à l’Etat! C’est sûr que ce sont les gens qu’ils soudoient à la Présidence qui leur ont « obtenu » cette distinction tout sauf méritée. En tout cas, à part dans notre pays, nulle part on ne récompense ou ne félicité quelqu’un qui a peu ou pas travaillé du tout. Vous avez dit paradoxe? Cooooooomme c’est paradoxal!!!

  29. Comme quoi les nigériens sont très patients mais ils ne faut pas les provoquer.
    Pauvres agents de la DGI. Ils ressemblent à ce coq qui en cherchant à manger déterre un couteau. C’est la panique maintenant…

  30. Honte au Trésor

    Tenir une comptabilité procède d’une exigence de transparence et de sincérité dans le maniement de deniers. Et c’est justement ce que les agents du Trésor ne veulent pas. Ils préfèrent gérer les ressources publiques dans le flou le plus complet, et ainsi s’en mettre plein les poches, et ne verser à l’Etat que ce qu’ils auront décidé. Sans compter qu’en gardant l’argent issu des recouvrements par-devers eux, ils le fructifient pour leur propre compte. Ils veulent en m^me temps facturer et encaisser. Ils se moquent des Nigériens

    • Mais c’est quoi ce copier-coller? On dirait que les petits princes du fisc ont précédemment été épinglés à travers ce même texte. Ou bien j’ai mal lu?

      • Non, tu as très bien lu, mon frère (ou ma soeur) copier-coller. Les rançonneurs du peuple semblent à court d’arguments, et ne trouve de stratégie que celle consistant à récupérer idiotement les vocables ayant servi à les harponner, pour les retourner, in extenso, contre leurs adversaires. Je ne leur soupçonnais pourtant pas une telle platitude et une telle vacuité aux petits frimeurs du fisc nigérien.

  31. Les agents des impôts ont raison de s’agiter puisque cette supercherie vise à retourner aux mauvaises pratiques du Trésor qui ont conduit à transférer le recouvrement à la DGI.

    • Pauvre de toi qui n’as rien compris! Tu crois qu’ils font de l’angélisme, tes gars du fisc? Détrompe-toi vite, alors! Rapproche-toi un peu de leur milieu, et tu te rendras, par toi-même, compte de la manière dont ils saignent quotidiennement à blanc l’économie de ce pays au travers de leurs grosses magouilles portant sur des centaines de millions (voire des milliards), occasionnant, de ce fait, d’énormes pertes fiscales à l’Etat. Il n’existe pas d’agent de la DGI qui ne s’adonne pas à de l’interventionnisme au profit de contribuables, moyennant de gros dessous de table. Ainsi, non seulement ils font – avec des conséquences plus ahurissantes – ce qu’ils reprochent aux agents de la douane, du Trésor et de l’administration centrale du MF, ils s’adonnent aussi à d’autres pratiques plus nuisibles à l’économie nationale. Imaginer une administration qui compte plus de 2000 agents qui se crient tous en droit de … voler l’Etat! Mais c’est une calamité, le fisc de notre pays!

  32. Je n’ai jamais vu ni entendu quelqu’un nommé un personnel qui n’ a pas été mis à sa disposition. Ce n’est pas des bizarreries. Les nigériens ne peuvent jamais oublier les 10% que les gens du Trésor retiennent sur des pauvres citoyens.

    • Penser que les agents du fisc ou leur syndicat sont supérieurs à l’Etat, il n’y a qu’à la DGI pour concevoir de telles stupidités. Je suis un fournisseur de l’Etat, et donc un contribuable. Je sais, par conséquent, ce qui se passe au Trésor et chez vous à la DGI, donc je suis bien placé pour comparer. Au Trésor, avec la réforme, nous sommes désormais tranquilles et à l’abri de ces histoires de 10% qui appartiennt désormais à l’histoire. Mais chez vous à la DGI, vous refusez même la réforme, tellement vous êtes obsédés par l’affairisme. Et puis, les soi-disant 10% du Trésor, eux au moins sont connus. Et vos pourcentages à vous, qui c’est qui les connaît? Mais on va se renseigner auprès des compagnies de téléphonie que vous avez rançonnés des années durant, ce qui a conduit au différend qui a défrayé la chronique ces dernières semaines.

      • ça va se savoir

        Raket. Tu es un agent du Trésor et non fournisseur. Sinon, tu te rendras compte que ces histoires de 10% se feront même demain. Tais-toi. Sinon, ça va se savoir.

    • Et vous qui partagez 50% des pénalités entre vous ???? Honte à vous ! Vous allez expliquer tout le jour de la Résurrection. 90% des agents ont choisi la DGI à cause de ça.

      • Nous n’avons aucun problème à bénéficier de ce que la loi nous accorde. La Trésor bénéficie de 10% dans ça une fois de plus.

      • Enfants gâtés de la République

        Quels 50%? Détrompe-toi, mon frère! Ces gens-là se partagent … 80% des montants issus des pénalités, et jettent les misérables 20% restants au Trésor, à l’Administration centrale et à … l’Etat. Tu te rends compte? L’Etat n’encaisse que 5% des revenus des pénalités. Où est-ce qu’on a déjà vu une telle aberration, à part dans notre pays? Pour ton info, jeudi passé, les agents de la DGI se sont partagés 902 millions au titre des pénalités. Et à l’heure où je te parle, donc à la veille de leur grève de 72 heures, ils s’attendent à percevoir au titre de ristournes, 1milliard deux-cent millions. Oui, tu a bien lu: 1.200.000.000 CFA! Comme ils se foutent du monde et ne connaissent pas la honte, ils veulent encaisser ce montant, et puis engager leur mouvement à coups de menaces, de chantages, de déclarations incendiaires et insolentes, ainsi que d’insultes assénées à leur hiérarchie. Et tout ça après s’être partagé plus de 2 milliards de nos francs, et dans un pays comme le nôtre!

  33. Depuis quand on peut devenir comptable public du Trésor et être en dehors du circuit du réseau comptable public du Trésor ?
    Quelle salade ?
    Il a été formé dans quelle école ce Kanga ?
    Ou bien il fait partie des cadres reversés comme Oumarou Moussa actuel SG du SINAÏ qui vient de ministère de l’âge ?
    C’est vraiment du coq à l’âne ce texte de Kanga !

    • Lire qui vient du ministère de l’agriculture.

    • Le fisc aux abois

      Mais oui, Aissa! Tenir une comptabilité procède d’une exigence de transparence et de sincérité dans le maniement de deniers. Et c’est justement ce que les agents de la DGI ne veulent pas. Ils préfèrent gérer les ressources publiques dans le flou le plus complet, et ainsi s’en mettre plein les poches, et ne verser à l’Etat que ce qu’ils auront décidé. Sans compter qu’en gardant l’argent issu des recouvrements par-devers eux, ils le fructifient pour leur propre compte. Cette nouvelle mesure, couplée à la bancarisation des paiements des impôts qui leur a aussi été récemment imposée par le Ministre Hassoumi va consacrer la fin du « règne des princes de la DGI ». Or, ces gars-là sont tellement habitués à voler l’Etat et le peuple, qu’il leur est aujourd’hui difficile de lâcher prise pour enfin accepter les réformes imprimées à la gestion des finances publiques dans notre pays. C’est pour cela qu’ils font régulièrement appel aux services occultes des marabouts et autres « Zimas » pour que ceux-ci les aident à faire partir Hassoumi (l’empêcheur de … voler en rond) du Ministère des finances. Ils estiment qu’il leur a déjà assez « fait mal », à ce jour. C’est pour ça qu’ils s’activent à vite « circonscrire les dégâts ». Surtout quand on sait que Massoudou envisage bientôt de plafonner le montant des ristournes et autres pénalités accordées aux agents du MF, une entreprise au terme de laquelle les agents de la DGI seront les plus grands perdants.

      • Ramassis de fainéants et de voleurs

        La bancarisation a d’ailleurs mis en évidence que 80% des chiffres dont se prévalent les gars du fisc sont, en réalité, réalisés par la Douane. Dans les 20% restants, une bonne partie est réalisée par le Trésor (BIC) et l’administration centrale (enregistrements). Assis dans leurs bureaux, ces gars font juste le malin, via l’esbroufe et la rodomontade. Aujourd’hui, les masques sont définitivement tombés, et ils apparaissent tels qu’ils sont: fainéants notoires, et voleurs invétérés!

        • La DGD a réalisé 37 milliards sur les 514 réalisés par la DGI en 2017. Ces statistiques sont vérifiables.

          • Arrête de raconter des bobards sur les douaniers que nous sommes! Sinon, si on se déchaîne aussi contre vous, vous ne vous en relèverez pas. Essayez déjà de contenir les assauts de vos parents du Trésor. Ce qui ne semble déjà pas une mince affaire!

    • Escroquerie politique

      Mais il est d’une vacuité intellectuelle sans bornes, ce monsieur! Bon, en même temps c’est compréhensible, pour qui sait que Issa Kanga a fait l’essentiel de sa carrière entre les pattes du « réfugié des bords de Seine », se spécialisant plus en « complotite » que dans la comptabilité (qui n’est, de toute façon, pas la discipline qu’il maîtrise le mieux). Et c’est ça le risque auquel on s’expose, lorsqu’on essaye de « faire l’intello », tout en étant … taré. Opportuniste, Issa Kanga tente une récupération politique au profit de son « demi-dieu », d’un mouvement annoncé comme syndicalo-corporatiste. Mais il s’y prend mal, puisque ne maîtrisant pas bien cet exercice.

  34. Apprenti-sorcier

    Le charabia de Kamga ne semble avoir convaincu personne, et visiblement pas même du côté de « sa DGI ». La preuve, aucun commentaire ne semble abonder dans le même sens que ses balivernes. Je m’étais attendu à quelques réactions d’agents du fisc pour partager les sornettes et autres bobards rapportés par cet écrivaillon de Kanga, mais que dalle! Rien de tel! Comme pour dire que ce mouvement créé de toutes pièces, dans un dessein inavouable, ne repose, en réalité, sur aucun fondement. En définitive, cette « sortie médiatique » est totalement ratée, et débouche surtout sur un grand moment de solitude pour l’apprenti-sorcier Issa Kanga.

  35. Nous suggérons au ministre des finances de bien vouloir créer un comité paritaire en vue de revoir le code général actuel des impôts . Il est plein d’incohérence et des fautes.
    Ensuite instruire ce comité de rédiger un projet de code de recouvrement , depuis 1994 l’ancien code de recouvrement est caduc , les princes de la DGI sont incapables de proposer un projet de code de recouvrement et une nomenclature des pièces justificatives des recettes. Le débat devrait porter sur ces lacunes , tout le reste est de la diversion , de la subversion.

  36. De qui se moque-t-on?
    Qui est plus nigérien que qui?
    Les agents de la DGI ont perdu l’occasion de se taire.
    Ils oublient les avantages qu’ils ont par rapport à d’autres nigériens comme eux. Maintenant qu’ils veulent de déballage on verra.
    Qu’ils regardent seulement avec quelle rapidité ils construisent leurs premières villas quand les autres fonctionnaires attendent des années avant qu’ils quelques briques les unes sur les autres.
    Un conseil à nos compatriotes de la DGI: le manque de scrupule doit avoir des limites.
    Il y a des limites à l’arrogance et au mépris.
    Ce n’est pas une question de régime. NOUS AIMONS NOTRE PAYS. ET NOUS SOMMES CAPABLES DE FAIRE PLIER TOUS CEUX QUI NE RESPECTENT PAS NOTRE PAYS.
    Aucun groupe de citoyens ne menacer l’Etat.
    A bon entendeur…

    • DGI, la fin d'un mythe

      C’est de nous autres « nigériens d’en-bas » qu’ils se moquent, bien sûr! Ils ont cette facilité à indexer les agents de douane et du Trésor comme des voleurs, alors que eux de la DGI mettent carrément le Niger à sac. Ils pillent les ressources publiques en cachette, un peu à la manière de cette vipère qui aime s’enfouir dans le sable pour mieux surprendre ses proies ou les humains qui passent à côté d’elle. Renseignez-vous dans la ville de Niamey, et vous apprendrez qu’en matière de réalisations immobilières (tant du point de vue de la rapidité que de l’insolence du luxe), même les douaniers (qui semblaient être en tête de ce hit-parade de rapacité) leur tirent leurs chapeaux. Si vous habitez à côté d’un agent du fisc nigérien, sachez-le désormais que votre voisin est un voleur de la pire espèce, puisque relevant de la corporation la plus vile et abjecte que notre pays ait jamais connue.

  37. Bande de voleurs!

    Pour nous, Nigériens lambdas, quand on parle de corruption au Ministère des finances, nous pensons tout de suite aux douaniers et aux agents du Trésor. Mais nous venons de découvrir que les agents de la DGI sont pires qu’eux. Il n’y a même pas de commune mesure entre eux et leurs « cousins » de la Douane et du Trésor. Les filous! Ils sont là, cachés sur le « rond-point Justice », en train d’enculer quotidiennement leurs concitoyens en silence, et dans une innocence apparente. Qu’est-ce que c’est des enfoirés, ces gars du fisc! Donc, à l’image des policiers qui se cachent des usagers de la route pour les prendre à revers et les racketter, eux aussi restent scotchés dans leurs bureaux (au lieu d’aller sur le terrain et mobiliser les impôts dans les délais) et guettent les infractions fiscales qui rapportent de juteux revenus issus des pénalités. Quelle honte! Quelle bassesse! Quelle escroquerie! Quel égoïsme! Quelle lâcheté! Quelle inconscience! Quel « incitoyenneté »! Quel, quel, quel… mais allez donc toutes et tous vous faire foutre, bande de voleurs!!!

  38. Les enfants gâtés du fisc

    Apparemment, les agents de la DGI vont en grève juste par caprice, puisque les arguments qu’ils ont développés lors de leurs AG sont trop légers pour conduire à une aussi grave décision. Entre nous, ce n’est pas responsable ce que vous faites, chers frères et soeurs du fisc. Si vous voulez débrayer, attendez d’abord de trouver un motif valable. Sinon, les 20 millions de vos compatriotes que nous sommes, nous sentons insultés au travers de votre mouvement d’humeur purement fantaisiste. Ressaisissez-vous pendant qu’il vous reste encore un mégot de crédibilité auprès de l’opinion.

    • Et surtout pas en ce moment où tous les citoyens sont derrières vous pour vous aider à faire rentrer notre pays dans ses droits.

      • Pas de triomphalisme

        Hé, soyons lucides et clairvoyants. La DGI n’a aucun mérite relativement au recouvrement des impôts dus par Orange, Moov et Airtel. Leurs « hommes de main » sont juste allés poser des scellés, et ça, n’importe qui peut le faire, sans même avoir été à l’école. Le vrai boulot a consisté en cette énorme pression que l’opinion, par le truchement des média, a exercée sur ces multinationales, les contraignant ainsi à payer ce qu’ils doivent à notre pays et à son économie. Du reste, et comme pour étayer mon propos, personne n’a relevé un quelconque triomphalisme du côté de la DGI à la suite du déblocage de la situation. C’est parce qu’ils savent qu’ils n’y ont vraiment été pour pour rien là-dedans. Mais ils ont au moins un mérite: ils connaissent la honte. D’où leur mutisme.

  39. DGI, la honte nationale

    Donc, comme ça, les agents de la DGI croient pouvoir prendre 20 millions de nigériens en otage?! Et pour des caprices de gosses mal élevés?! Mais on est où, là? Mais comment a-t-on donc pu se tromper sur leur compte, en les considérant comme d’impénitents combattants contre les délinquants fiscaux que sont les compagnies de téléphonie? C’était donc ça l’envers du décor? C’est donc ça le revers de la médaille DGI? En tout cas, si certaines informations rapportées ici sont fondés, c’est que vous n’êtes rien moins que des ennemis du Niger, vous du fisc! Car certaines révélations vous concernant dépassent l’entendement, tandis que d’autres me font gerber. Honte à vous, pilleurs de ressources publiques!

  40. Monsieur Kanga, tu ne comprends rien des raisons qui ont poussé les soient disant experts dont tu parles à conseiller cette décision.
    C’est à la demande de certains politiciens que le transfert a eu lieu . À l’époque ces politiciens étaient des mauvais payeurs d’impôts, ils ne supportaient pas les menaces du syndicat unique à l’époque, du syndicat national des impôts et Trésor de publier la liste des mauvais contribuables.
    Alors ils se sont appuyés sur l’expérience du bénin pour dire que c’est à la demande de experts de Breton Wood .
    C’est faux, l’objectif caché est d’arriver à la situation que nous vivons , de brouiller les pistes, cacher certaines recettes. Aujourd’hui il est difficile donner la situation exacte des recettes fiscales recouvrées et des restes à recouvrer, du fait que ceux qui sont chargés de cette opération ne sont pas formés pour ça.
    Les vrais fiscalistes savent qu’ils n’ont pas cette vocation. Malgré tout , on fait la formation à certains d’entre vous pour les ériger en comptable public du Trésor, vous refusez !
    C’est quoi votre agenda monsieur Issa Kanga ?

    • Déstabilisation

      Déstabilisation du pays au profit du PYROMANE ET LÂCHE, voilà ce qui est inscrit à l’agenda du sieur Kamga, Kanga ou Kangay, je ne sais plus. Les agents du fisc nigérien, entraînés innocemment dans cette aventureuse confrontation avec l’autorité de tutelle, ne le comprendront que bien plus tard. Hélas!

    • Fisc hostile à la comptabilité

      « Aujourd’hui il est difficile donner la situation exacte des recettes fiscales recouvrées et des restes à recouvrer, du fait que ceux qui sont chargés de cette opération ne sont pas formés pour ça ».
      Mais comment voulez-vous voir clair dans la situation des recettes et des restes à recouvrer? Non seulement les mecs du fisc n’en ont pas la compétence, mais, en plus, ils tiennent coûte que coûte à conserver cette attribution qu’ils exercent dans un flou artistique savamment entretenu, dans le but de s’en mettre plein les poches. En effet, ils ne comptabilisent jamais rien, et n’effectuent leurs versements au Trésor que sur la base de bordereaux sur lesquels ils n’inscrivent que ce qu’ils veulent. Ils sont tellement habitués à confondre l’argent public à de l’argent privé, qu’ils sont aujourd’hui totalement désarçonnés à l’idée de devoir produire une comptabilité de leurs opérations, ou de céder ladite attribution à des comptables de formation.

  41. Les Princes du MF

    Mais quel con, ce Issa Kanga qui parle de corporatisme! A la DGi il est même question de … sectarisme, carrément! Eux qui se prennent pour des princes au sein du Ministère des finances. Et puis d’ailleurs, ils sont qui, les agents du Ministère des finances, pour émietter en je ne sais même plus combien de syndicats? Au Trésor ils en ont, à la DGI jusqu’à deux, paît-il, à la Douane (à moins qu’il n’ait été dissout), à l’Administration centrale (deux aussi). Tout le problème du MF réside dans cette « balcanisation syndicale ». Des syndicats par Direction Générale, il n’y en a qu’au Ministère des fiances, au Niger! Ils doivent tous être dissous et totalement fondus. Après, si les agents du MF le veulent, ils peuvent créer un nouveau syndicat unique de l’ensemble des agents.

  42. Le trop d’attention qu’on a pour le danger fait le plus souvent qu’on y tombe.
    Je vois ici des agents qui creusent leurs propres tombes

  43. Quel manque de scrupules !Ces gens de la DGI se moquent de nous.

  44. Tous avec l’Etat contre les groupuscules de pression.

  45. Sidibé Dan Abdou

    Le règlement général de la comptabilité publique n’a pas érigé les receveurs des impôts en comptable publics, ce sont des comptables intermédiaires, c’est avec la nouvelle réforme qu’il seront érigés en comptables publics. Régis les règles de la comptabilité publique.
    Le règlement général de la comptabilité publique fait bel et bien la distinction des fonctions entre services de l’assiette et les services du Trésor public. Les deux fonctions sont incompatibles .
    Des petits fiscalistes fabriqués de toutes pièces ne comprendront jamais les enjeux . Ce qui les intéressent, ces sont des agitations sociales.
    Pour discréditer les agents sérieux qui travaillent pour l’intérêt général.
    Comment des agents venus de Je sais où, soient reversés dans le corps des impôts, puissent comprendre la gestion des recettes fiscales.
    À la DGI vous trouverez aujourd’hui des infirmiers, des agents d’agriculture qui sont reversés dans le corps des impôts, et ils font plus de bruits et de agitations que les vrais fiscalistes rompus dans les tâches.
    J’espère que le ministre Massaoudou ne tardera pas à les mettre en hors d’état de nuire.

  46. Qui disait que les nigériens ne peuvent rien réaliser de grand ensemble et de durable dans la cohésion et l’unité?
    Notre haine est plus forte que notre nationalisme, plus forte que notre patriotisme, plus forte que notre FOI, plus forte que notre humanité.
    La preuve est là. Adieu le combat pour défendre les intérêts supérieurs de la nation. Vive la zizanie..
    Vous avez dit pauvre Niger?

  47. Notre pays mobilise les ressources. Déjà des agitateurs téléguidés.
    Allah protège le Niger/

  48. Pourquoi maintenant?
    Pourquoi la DGI?
    Messieurs les perturbateurs n’insultez pas les nigériens.

  49. Si on veut créer l’instabilité et compromettre la mobilisation des recettes on n’agirait pas autrement.
    Mais que les uns et les autres sachent qu’ALLAH aime et protège notre pays.

    Les pyromanes et lâches ne réussiront pas, incha allahou..

  50. Revendication floue

    Il paraît que ce sont des agents de la DGI et de la Douane que le Ministre a nommés sur proposition du Directeur du Trésor. Si c’est vrai, mais où donc se situe le problème de la DGI, étant donné que ce ne sont pas des agents du Trésor qui ont été nommés chez eux? Et surtout, pourquoi du côté de la Douane il n’y a pas de contestations? Les mecs du fisc-là, est-ce qu’ils sont clairs, vraiment?

  51. Messieurs de la DGI.
    Certains d’entre -vous sont contre notre pays.
    Ouvrez bien les yeux.
    Sinon comment comprendre toute cette zizanie au moment où toute l’opinion publique est derrière-vous pour vous aider à mettre notre pays dans ses droits?
    Et puis quelle ingratitude? Comment comprendre que certains d’entre vous,, avec tous leurs avantages, se comportent de cette manière vis à vis de notre pays?

    • DGI, Etat dans un Etat

      Hé, mon frère! Ces gars du fisc sont tout sauf des enfants de chœurs, je te jure! Tu sais qu’ils revendiquent 80% des montants des pénalités infligées aux compagnies de téléphonie? Les nigériens les ont appuyés dans ce combat, croyant que les retombées reviendront à l’Etat, alors qu’ils seront essentiellement seuls à en récolter les fruits. Et nous autres, ignorants, les prenons pour des héros! N’importe quoi! Des zéros et des voleurs de la République, ouais! Quelle est l’efficacité d’un service du fisc qui s’assoit dans son bureau en guettant les contribuables qui vont dépasser les délais de paiement de leurs impôts, puis tomber sous le coup de la loi et verser des pénalités dont 80% du montant iront dans les poches des agents de la DGI? Vous ne vous êtes jamais demandé la raison de l’accumulation des arriérés d’impôts dus par les compagnies de téléphonie? Eh bien, c’est parce qu’ils corrompaient les agents de la DGI pour différer leur versement que nous en sommes arrivés là. Et une corruption qui porte sur les montants qui ont circulé dans les média (des dizaines de milliards) doit forcément se faire à grands frais comme chacun peut l’imaginer. Alors, il est temps de briser ce « mythe » incarné par la DGI. S’ils ont réussi à faire trembler des « femelettes » de Ministres comme Ouhoumoudou, Gilles Baillet ou feu Sidibé, je doute fort qu’ils puissent faire fléchir l’homme à poigne qu’est Hassoumi qui a, par ailleurs, découvert toutes les magouilles auxquelles s’adonnent allégrement les agents du fisc de notre pays.

      • Merci
        Ok mais pourquoi ils n’ont même pitié des autres nigériens qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts?

      • Nous sommes tous avec l’Etat contre les groupuscules de pression.

      • Bonjour,

        Chers compatriotes nigeriens,

        Depuis le debut de l’affaire du contentieux entre les compagnies de telephonie et le fisc, beaucoup de nigeriens pensaient que les agents de la DGI sont des heros. Et que l’argent recouvré va servir le peuple. Mais, le peuple n’aura meme pas 1 pour cent de ce qui a ete recouvré.
        Une partie va vers les agents du fisc
        Une partie va vers les depenses inutiles de nos politiciens
        Une partie va aux gestionnaires de certains projets etatiques
        Une partie va vers les fondations Tatali Iyali, Guri vie meilleure
        Une partie va aux voyages du president de la republique

        Alors qu’en ce moment;

        1. Nos ecoles manquent de tout,
        2. Nos hopitaux manquent de tout,
        3. Nos villes et villages sont sals
        4. La vie coute très chère
        5. Nos universités sont à l’abondon
        ….

        • Sauf que tu oublies que les salaires sont toujours payés.
          Sauf que tu oublies que nos centre urbains sont en train d’être modernisés
          Sauf que tu oublies tous les investissements réalisés
          ….
          Il faut par honnêteté reconnaître ce qui a été fait et ce qui reste à faire.
          Et dans la vie d’une nation il y a toujours quelque à faire.

          • Bonjour,

            – Payer les salaires ce n’est pas une prouesse,
            – Certes les centres urbains sont en train d’etre modernisés, mais à quel prix ? faites un audit sur les realisations et les ressources gaspillés. C’est quand meme bizarre de faire des rond-points à des centaines de millions par exemple, c’est un rond point qui est important ou une amphi d’université ?
            – Vous parlez des investissements réalisés, ils sont ou ces investissements….

            Nous critiquons pour que les choses avancent, changent, que les priorités soient bien definies…pas par mechanceté

            • Il toujours reconnaître ce qui a été fait et ce qui reste à faire. C’est une question d’honnêteté et de crédibilité.
              Par exemple certaines réalisations faites dans notre capitale constituent un motif de fierté pour tout nigérien qui aime son pays.
              Maintenant le nombre de nos compatriotes jetés dans la mendicité nous interpelle tous.
              Comme quoi dans la vie d’une nation les chantiers, les défis ne manqueront jamais. Il faut savoir les affronter collectivement en évitant la zizanie qui ne fait que nous retarder.

  52. Cette « sortie » de Issa Kanga n’est qu’un tissu d’inepties et de mensonges. Pendant que les agents de la DGI pensent mener un combat noble et juste, les Issa Kanga, eux, poursuivent un autre objectif: non pas celui prétendument affiché de défendre les intérêts des agents, mais juste celui de provoquer des agitations, et d’installer une chienlit au profit de qui on sait. Pour qui les connaît, c’est facile de deviner pour qui ils roulent. Suivez mon regard….

  53. En transférant le recouvrement des recettes à la DGI, l’Etat a commis une incommensurable erreur dont il semble ne se rendre compte que maintenant. En effet, la DGI est aujourd’hui devenue « un Etat dans un Etat (sinon dans un Ministère), un vrai monstre qui, à tort ou à raison, fait trembler le régime. D’ailleurs, il n’est pas rare d’entendre des agents du fisc du Niger se targuer d’être « la branche sur laquelle est installé le régime ». Un régime qu’ils disent donc pouvoir faire tomber, si d’aventure il tentait de ramer à contre-courant de leurs intérêts. Et quels intérêts! Si vous saviez à quel point ces gars du fisc se sucrent à la DGI …. Même les douaniers les envient, et même pâlissent de jalousie. C’est vous dire. Ce qu’ils engrangent en termes de ristournes et autres pénalités dépassent l’entendement. C’est, du reste, pour cette raison qu’ils avaient récemment organisé une Assemblée Générale de tous les syndicats du Ministère des finances pour contester la décision du gouvernement de plafonner le montant des ristournes à eux allouées. Parce que dans les conditions actuelles, un cadre A de la DGI peut empocher sur un mois 5 à 10 millions au titre des ristournes et pénalités, alors que le DGI, lui, peut se taper … 20 briques. Ça, ce ne sont pas tous les nigériens qui le savent. Et en plus de cela, ils sont corrompus jusqu’à la moelle, les agents de la DGI! Demandez les contribuables, et ils vous diront tous les mic-macs qui ont lieu dans les services de la DGI dans le but de différer le paiement des impôts, si ce n’est de leur annulation pure et simple. Et avec ça, ces gens vont nous dire qu’ils travaillent pour l’intérêt de ce pays?! Arrêtons un peu, là! De qui se fout-on?

    • Fisc nigérien corrompu et corrupteur

      Mon ami, partout où on parle de redressement fiscal, c’est que le fisc n’a pas bien fait son travail. C’est dire donc que c’est bien la corruption dans laquelle excellent les gens de la DGI qui a débouché sur le problème que l’Etat du Niger a eu avec les compagnies de téléphonie. Et le comble c’est que ces gars sont tellement rompus dans l’art de la corruption qu’ils en sont arrivés eux-mêmes à un statut de corrupteurs. En effet, pour avoir leurs entrées (et les soutiens qui vont avec) dans les milieux haut placés de ce pays (jusqu’en haut de en haut de en haut, comme dirait l’autre), ils distribuent de l’argent à des hauts fonctionnaires. Dans toutes les grosses institutions de ce pays, ils ont « leurs gars » qu’ils « arrosent » de billets de banque. Donc, la puissance dont ils se prévalent aujourd’hui, les agents de la DGI la doivent aussi aux multiples appuis qu’ils arrivent à négocier moyennant de grosses sommes d’argent. Les voilà dans toute leur splendeur, les agents du fisc nigérien! Corrompus jusqu’aux os, mais aussi corrupteurs invétérés.

    • Quoi?! 20 millions de francs pour un seul salaire au Niger? Mon ami, c’est une blague, j’espère.

      • Mais qui te parle de salaire? On te parle des revenus d’un seul individu, issus des pénalités que les voleurs de la DGI engrangent mensuellement. Sans compter les autres: le 1%, les recettes ARMP, et j’en passe. Tu remarqueras que même le président de la république (himself!) n’émarge pas à une telle hauteur. Mais les mafieux de la DGI du Niger, eux, le font. Il fallait que l’opinion le sache, pour que l’on sache qui sont ces « princes cachés » du Ministère des finances du Niger.

  54. Ce sont des petits agitateurs sans aucune formation qui ont été parachutés à la DGI qui s’agitent pour des démotivations politiques.
    Comment exercer une fonction de comptable public du Trésor, et refuser de dépendre du comptable public du Trésor principal ?
    Comment la comptabilité des comptes de gestion sera établie ?
    Les vrais fiscalistes savent où se trouve la vérité, ils ne vont jamais suivre les issa Kanga dans leur absurdité.

  55. Ce n’est pas vrai la DGI n’a pas assumé avec efficacité la gestion des recettes fiscales.
    Si non pourquoi la partie recettes fiscales des comptes de gestion a été rejetée par la cour des comptes ?
    Pourquoi la situation des restes exacte des restes à recouvrer n’est pas disponible?
    Pourquoi la nomenclature des pièces justificatives des recettes n’est pas disponible ?
    Vous voulez que les responsables politiques vous laissent gérer les recettes fiscales, les ressources publiques à votre manière ?
    N’oubliez pas que la DGI est un service public, il appartient à l’Etat de décider comment elle doit être gérée.
    Derrière toutes ces agitations se cachent certains esprits qui pensent à travers les grèves, ils pourront écourter le mandat du régime.
    J’ai entendu un soit disant syndicaliste intervenir dans ce sens.
    C’est dommage! Au lieu de soutenir les agents de la direction des grandes entreprises, et la direction générale dans ses bras de fer avec multinationales, vous engagez des actions de sabotage.
    Vous allez échouer incha Allah !

    • Laissez le débat se poser. Les gens de la DGI sauront ce que les nigériens pensent réellement d’eux. On ne peut acculer autant d’avantages grâce à un Etat et passer son temps à vouloir créer l’instabilité dans cet Etat/ Même notre Créateur déteste cela.

  56. Moi, ce qui m’étonne dans tout ça, c’est le fait que des receveurs de Douanes aient été nommés en même temps que ceux de la DGI, sur proposition du Directeur du Trésor, et que les douaniers l’aient accepté alors que les petits gars du fisc, eux, s’agitent comme de beaux diables contre cette réforme? Les agents des impôts, sont-ils supérieurs (ou plus importants) que les douaniers de ce pays? Et puis, au fond, ils travaillent pour l’Etat (qui a la latitude de réorganiser les institutions publiques à sa convenance) ou bien pour eux-mêmes?

  57. Battez vous pour vos droits car le systeme malfaisant du guri a demontre que l’inetret public le preoccupe moins que les interets claniques et sordides lies a son agenda politique. Ne lachez rien. Seul la lutte libere.

    • Tu portes mal ton nom.
      On ne peut s’appeler sankariste et conseiller aux gens d’être contre l’intérêt public, les biens de l’Etat. Un sankariste doit plutôt s’atteler à défendre les biens communs (même si les autres font autre chose) pour donner l’exemple de sacrifice.
      Évitez de souiller le nom de Sankara svp.

    • Voici le genre d’individus qui ne souhaitent rien de bon à leur pays.
      Partout ils veulent mettre du feu. C’est leur souhait.
      Qu’ALLAH protège notre pays./

  58. Si on a bien compris c’est une bataille de chiffonniers où chacun ne prêche que pour sa propre chapelle.
    Le Niger attendre donc…
    Est-ce vraiment le moment de se chamailler?
    C’est comme d’habitude: quand les nigériens se chamaillent c’est toujours autour du partage, autour de la mangeoire. Et le Niger dans tout ça?
    Messieurs de la GDI, Messieurs du trésor, Messieurs du Ministère des finances, vous gagnez assez d’argent par rapport au commun des nigériens qui tirent le diable par la queue.
    Alors de grâce:
    – laissez-nous en paix,
    – ne vous moquez pas de nous,
    – cessez de nous narguer par vos querelles intestines,
    – mettez -vous au travail,
    – épargnez-nous de vos zizanies.
    – Mettez en avant les intérêts supérieurs de ce pauvres pays qui vous a tout donné.
    A bon entendeur..
    .

  59. C’est ce qu’on appelle une histoire de nègres ou un travail de nègres.
    Au moment où nous sommes en train de nous battre pour que les multinationales de téléphonie installées dans notre pays nous respectent nos agents d’impôts viennent nous dire qu’ils sont…. en crise.
    Nous n’avons même pas fini d’applaudir quand ceux- là même que nous soutenons pour faire plier Orange nous disent crânement qu’ils sont en … crise.
    Pauvre Niger : à quand la cohésion de tes fils pour défendre conséquemment, efficacement et durablement tes intérêts

    • Vraiment!!!et tout ceci se résume à des intérêts personnels mesquins….lamentable et pathétique

      • On est content k dans ce forum ,des cadres des impôts et des finances déballent sur la place publik.,les combines en leur sein.nous remercions nouhou arzika d avoir dénoncer sur les médias depuis fort longtemps, »ces supers fonctionnaires ».bravo pour massaoudou ki bouche tous les trous il doit rester juska 2021

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.