Accueil / ACTUALITE / Situation délétère à la SOMAIR :Des expatriés qui font la pluie et le beau-temps

Situation délétère à la SOMAIR :Des expatriés qui font la pluie et le beau-temps

La SOMAIR serait­elle devenue un no man’s land où tout est permis pour frustrer les agents nigériens travaillant dans l’usine ? Le personnel de la boîte tire, en tout cas, la sonnette d’alarme. Dans un document en date du 11 février 2018, dont «Le Hérisson » s’est procuré une copie, le personnel s’indigne du traitement dégradant réservé aux agents, par deux expatriés français, M. Jean­Louis MARCEL et un certain Olivier Royer qui serait recruté par Jean Louis, pour «l’aider dans ses salles manipulations envers les nigériens».

Selon les termes du document, le climat de suspicion et d’émiettement a conduit les agents et les deux expatriés à des échanges des messages virulents. Pour rappel, courant 2017, la société SOMAIR, après plus de 60 années de présence au Niger, a procédé, de manière unilatérale à une mise en chômage de plusieurs centaines de pères de familles, qui pourtant ont contribué au rayonnement de la boîte.

Aujourd’hui encore, des velléités «esclavagistes » se développent par le truchement de ces deux expatriés.

Pourtant les agents travaillent à plein temps et enregistrent «un taux historique de disponibilité des engins, soit plus de 80% alors que le budget de la SOMAIR n’a prévu que 73%», selon le document. Autant dire que ce n’est pas faute de résultat que les agents sont harcelés à longueur de journées.

Le personnel trouve une justification en cela. Jean­Louis «cherche plutôt à déstabiliser les activités dans une stratégie machiavélique visant à mettre les nigériens en chômage». L’autre question abordée dans le document concerne le mépris de Jean Louis vis ­ à ­vis des «Entreprises Nigériennes de la sous­traitance locale en s’attaquant à tous les contrats de fournitures de matières la SOMAIR».

Il fait croire à la société mère basée à Paris « qu’aucune marchandise fournie par les entrepreneurs Nigériens n’est de bonne qualité » et qu’il faut nécessairement des commandes venant de la France ou de l’Europe. Pendant que les autorités travaillent pour rentabiliser les sociétés nigériennes, des individus veulent à tout prix leur mettre les bâtons dans les roues. Devant la gravité de la situation, le personnel interpelle les autorités nigé­ riennes au plus haut sommet en vue d’un règlement rapide de leur situation.

Déjà en 2016, dans une correspondance en date du 07 novembre, le Syndicat National des Travailleurs des Mines du Niger (SYNTRAMIN) a interpellé le Directeur des Exploitations de la SOMAIR sur les dérives d’Olivier qui opprime les travailleurs en les proférant des «insultes, des mots mal indiqués qui font atteinte à la dignité humaine ». En son temps, le syndicat dit n’avoir «plus toléré qu’un individu s’octroie la liberté d’offenser et de malmener les travailleurs à tout moment sur leur lieu de travail ».

En tout cas, la tension vient de monter d’un cran et si l’on y prend garde, elle risque de conduire à une rupture de confiance totale entre les agents nigériens et les deux expatriés.

Comme le terrain est laissé en jachère par les autorités de tutelle, les opposants ne vont pas rater l’occasion pour récupérer le dividende. Dans le cadre de leur récente mission à l’intérieur du pays, les parlementaires de l’opposition ont tenu une réunion, avec le personnel cadre, dans les locaux de la SOMAIR. Sachant les intentions né­ gationnistes de l’opposition qui cherche à tout peindre en noir, elle ne manquera pas d’exposer le ré­ gime de la renaissance dans la rue pour son incapacité à régler la question des travailleurs de la SOMAIR.

C’est pourquoi, la résolution de cette épineuse question du personnel de la SOMAIR doit être inscrite dans l’agenda du Président de la République Issoufou Mahamadou qui, connaît bien la société. Des dispositions idoines pour ramener de l’ordre dans la boîte doivent être prises par qui de droit.

«Nous sommes inquiets face à cette situation», a rappelé le personnel. Pour éviter la catastrophe, le gouvernement doit rapidement solutionner cet imbroglio au plus pressé. Il y va de sa crédibilité.

À propos de l'Auteur

Ibrahim Amadou (LE HERISSON N°170)

À propos Administrateur

12 plusieurs commentaires

  1. la principale erreur du politique Nigérien sur l’uranium est la soi disante Nigérisation, alors m^me l’arachide de la SONARA nous pas put développer ça. on dis bien uranium pas du gombo mes frères. l’idéal est qu’ont gère tout, mais j’avoue qu’on ne peut pas tenir au lieu de tenir c’est vraiment souffrir en lieu et place. je dis bien l’URANIUM mes amis. ils faut à la fois desz Nigériens et des français ensemble jusqu’à la montée de nos intélligences encore basses.
    Corrigeons revenons à l’ancien système MAHAMADOU ISSOUFOU, tes Nigériens n’ont pas cette maturité de gerer l’U.

  2. De part l’auteur de cet article, je constate une incapacité notoire de défense des intérets matériels et moraux des pauvres agents de cette société. Tout cela dénote la faiblesse de la représentation du personnel des délégués au BEN SYNTRAMIN en passant par la section SYNTRAMIN de SOMAIR. Mes chers frères de SOMAIR, battez vous jusqu’à votre dernier souffle pour imposer respect vis à vis de vos collabo blancs. Mais si non comment les agents de la COMINAK ont pu empêcher le plan social chez eux? et que ce problème décrit par ce journaliste n’a jamais existé sous cette forme à COMINAK si non ce même journaliste allait le dénoncer. Messieurs de la SOMAIR, ce problème relève du domaine syndical et non politique et personne ne luttera pour imposer respect à votre égard. Nous vous souhaitons plein succès et armez vous du courage pour combattre l’impérialiste.

  3. 1. Tout se tient.
    2. Il n’y a pas d’accident, il n’y a pas de hasard dans l’histoire d’un peuple.
    3. Le respect se mérite collectivement.
    4. En effet les nigériens n’ont pas le temps de penser à leur pays, à son honneur, à sa crédibilité.
    5. Avec cette démocratie zizanie nous sommes tellement embourbés dans l’encombrement du présent que nous perdons de vue l’essentiel c’est-à-dire notre avenir et l’avenir de nos enfants.
    6. A la fin nous risquons d’être tous perdants car il faut de la paix, de la stabilité, de la sérénité pour défendre les intérêts supérieurs de nations.
    Finalement on verra toujours des expatriés faire la loi.
    1. Des expatriés qui font la loi pourquoi pas dans un pays quasiment en déperdition depuis la CNS ?
    2. Des expatriés qui font la loi mais pourquoi pas si depuis 30 ans nous passons le plus clair de notre temps à nous insulter ?
    3. Des expatriés qui font la loi mais pourquoi pas si nous sommes incapables de nous entendre entre nous?
    4. Des expatriés qui font la loi pourquoi pas si nous passons notre temps à souhaiter des malheurs à notre pays ?
    5. Des expatriés qui font la loi pourquoi pas si nous nigériens sommes incapables de créer un climat de sérénité en vue de jeter les bases de développement de notre pays ?
    6. Des expatriés qui font la loi pourquoi pas si nous passons le plus clair de notre temps à nous haïr mutuellement ?
    Vous avez dit pauvre Niger ?

    • ajoutons: des expatriés qui font la loi parce que nous sommes incapables de supporter les sacrifices qu’exige le développement de notre pays.

  4. Meme au village d’Iferouane,le poste de Chef de village est vacant depuis très longtemps.et dire que c’est le village natal du Premier Ministre.

  5. meme situation a la SORAZ avec les chinois

  6. honte a issoufou mm a somair ou il débute son aventure il est incapable de régler les problèmes l’ABA,les choses ne font ke dégrader,licenssemen abusif,manipulation,humiliation.

  7. En connaissance de cause sur les situations de la société et il est vraiment important de songé à résoudre la situation précaire de la SOMAIR il est à l’État de prendre en main cette fameuse situation pour enfin mettre un sentiment de paix et confiance au sein de cette société qui est la SOMAIR

  8. C’est quoi alors l’objectif de ton article? Toi même tu parle du problème. Où est le mal en ce que l’opposition elle aussi en parle? l’essentiel est que le pouvoir vous écoute et le règle pour le bien de ces frères nigériens.

Répondre à DAN ZAKI Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.