Accueil / ACTUALITE / Sixième session ordinaire du comité bilatéral frontalier (CBF) Niger-Algérie

Sixième session ordinaire du comité bilatéral frontalier (CBF) Niger-Algérie

Le ministre d’Etat Bazoum Mohamed dresse un bilan de la mise en œuvre des recommandations de la dernière session ordinaire du CBF
Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la sécurité publique, de la décentralisation et des affaires coutumières et religieuses, M Bazoum Mohamed conduisant une importante délégation, a participé aux travaux de la 6ème session ordinaire du comité bilatéral frontalier Niger-Algérie, tenue à Alger, la capitale algérienne les 15 et 16 juillet dernier. Le ministre d’Etat était aux côtés de son homologue algérien M NouredineBedoui.


La session ordinaire du comité bilatéral frontalier Niger-Algériequi succède à celle qu’a abritée Niamey les 30 et 31 juillet 2015, a été l’occasion pour les deux parties de faire le point de la mise en œuvre des recommandations de la 5ème session mais aussi de plancher sur plusieurs sujets d’intérêt commun pour les deux pays. Dans l’allocution prononcée à l’ouverture de la rencontre bilatérale, le ministre Bazoum Mohamed a rappelé certaines des recommandations de la session de Niamey essentiellement axées sur trois domaines, à savoir le secteur économique, les secteurs de la santé, de l’agriculture, de l’environnement, de développement des zones frontalières, de la coopération frontalière décentralisée, administrative, socio culturelle, éducative et sportive et celui de la sécurité, de la libre circulation des personnes et des biens et des affaires consulaires.

M. Bazoum Mohamed a tenu à faire remarquer la vastitude du champ de coopération dans le cadre du comité bilatéral frontalier nigéro-algérien car couvrant l’essentiel des domaines de la vie socioéconomique et sécuritaire des régions frontalières. S’agissant des recommandations, le ministre d’Etat a souligné qu’un progrès substantiel dans certains domaines de coopération a été réalisé en matière de mise en œuvre. C’est le cas du démarrage des travaux de construction de la voie Arlit–Assamaka long de 255 km malgré le retard enregistré dans l’exécution des travaux de la tenue de la 68èmesession du Comité de Liaison de la Route Transsaharienne (CLRT) du 23 au 24 avril 2018 à Alger ou encore du développement du partenariat entre les Laboratoires des Travaux Publics Algérien et Nigérien avec des échanges de cadres et l’organisation de stages de perfectionnement.

Il a en outre cité le forage de 12 ouvrages hydrauliques en marge de la construction de la route ArlitAssamaka ainsi que le progrès significatif dans la réalisation de la dorsale transsaharienne de la fibre optique sur 205 km (Arlit–Assamaka) pour la connexion Internet. Le ministre d’Etat d’ajouter que d’importantes réalisations ont été faites dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de l’environnement, de développement des zones frontalières, de la coopération frontalière décentralisée, administrative, socio culturelle, éducative et sportive.

En autres réalisations M. Bazoum Mohamed a noté l’octroi par l’Etat Algérien de bourses de formation professionnelle en faveur des bacheliers ressortissant des régions de Tahoua et d’Agadès, l’assistance de solidarité de la partie algérienne à travers des dons de produits alimentaires, de kits d’écoliers et de tentes au profit des populations vulnérables des régions frontalières ainsi que la rencontre conjointe Walis-Gouverneurs frontaliers Algéro-Nigériens tenue les 10 et 11 octobre 2016 à Tamanrasset. A cela s’ajoute la participation d’importantes délégations algériennes conduites par le Wali de Tamanrasset aux éditions 2016 et 2017 de la Cure Salée à Ingall, au festival de l’Air aux éditions 2017 et 2018 et aux festivités de la fête tournante du 18 décembre 2016 à Agadez et 2017 à Tahoua.

Concernant les domaines de la sécurité, de la libre circulation des personnes et des biens et des affaires consulaires, le ministre d’Etat s’est réjoui des progrès enregistrés dans le sens de la mise en œuvre des recommandations. Il a notamment fait cas de celles relatives à la coopération entre les institutions de Gendarmerie Nationale des deux pays à travers une dotation en kits d’équipements et des bourses de formations octroyées par la partie algérienne, la coopération entre les institutions de Police marquée par la signature d’un Mémorandum d’entente entre la Direction Générale de la Police Nationale du Niger et la Direction Générale de la Sûreté Nationale de la République Algérienne Démocratique et Populaire et la signature de la Convention de Jumelage entre la Direction de l’Ecole Nationale de Police et de la Formation Permanente de Niamey (Niger) et l’Ecole d’Application de la Sûreté Nationale Abdelmadjid BouzbidSoumaa (Algérie), la coopération en matière de protection civile qui a enregistré plusieurs formations d’officiers et de sous-officiers dans des écoles de la protection civile en Algérie.

Le ministre a rappelé aussi que l’Algérie a fait un don en Octobre 2015 d’un lot de matériels au profit de l’Ecole Nationale de Police et de la Formation Permanente avant d’ajouter que la coopération en matière d’entretien des bornes frontalières a permis de réaliser avant délai 23 bornes de densification, de réhabiliter 12 bornes existantes et de réaliser une cartographie de la bande frontalière. Cependant, malgré ces progrès et avancées il n’en demeure pas moins que beaucoup reste à faire a-t-il nuancé. Car, il y a de nombreuses autres recommandations insuffisamment mises en œuvre ou non encore exécutées.

À propos de l'Auteur

Zabeirou Moussa (ONEP)

À propos Administrateur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.