Home ACTUALITE Statut de Kidal, Force Conjointe du G5 Sahel, réponses nationales, bilatérales, régionales pour faire face aux menaces sécuritaires…

Statut de Kidal, Force Conjointe du G5 Sahel, réponses nationales, bilatérales, régionales pour faire face aux menaces sécuritaires…

Le Président Issoufou Mahamadou apporte des précisions lors d’une conférence de presse samedi 7 septembre 2019 à Bamako

Lors d’une conférence de presse à l’issue de la visite d’amitié et de travail qu’il a effectuée samedi 7 septembre 2019 à Bamako, au Mali, le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou a répondu à des questions relatives à la situation actuelle de Kidal qui constitue une menace pour le Niger et au G5 Sahel notamment sa force conjointe.

SEM Issoufou Mahamadou a d’abord rappelé les menaces auxquelles le Niger et le Mali sont confrontés depuis plusieurs années.

Il a ajouté qu’au-delà de ces deux pays, le Sahel et le bassin du Lac Tchad sont confrontés aux menaces des organisations terroristes et criminelles, au trafic de drogues et aux conflits intercommunautaires.

Compte tenu du fait que la sécurité est un bien mondial, pour faire face à ces menaces, « nous agissons à plusieurs niveaux : international, régional (CEDEAO), sous régional (G5-Sahel), bilatéral et national, a-t-il précisé.

« ‘Ma visite d’aujourd’hui a permis d’échanger avec mon frère sur les réponses bilatérales qu’on peut apporter à cette préoccupation sécuritaire surtout le long de notre frontière commune, longue de 800 km », a-t-il dit.

« Les terroristes attaquent tantôt au Niger, tantôt au Mali. Nous avons donc le devoir de mutualiser de manière bilatérale nos capacités pour y faire face », a-t-il ajouté.

Par rapport au statut de Kidal, « j’ai effectivement eu à dire que le statut de Kidal est une menace pour la sécurité intérieure du Niger. Je le confirme. C’est une menace effectivement pour la sécurité intérieure du Niger », a affirmé le Chef de l’Etat.

Et en plus, le Président de la République a dit avoir constaté, avec beaucoup de regret, qu’il y a des mouvements signataires des accords de paix d’Alger, qui ont une position ambiguë, il y en a qui sont de connivence avec les terroristes.

« Nous ne pouvons plus l’admettre surtout que cela a eu des conséquences sur notre sécurité. Il y a eu des attaques contre le Niger avec la complicité de ces mouvements. Des soldats nigériens ont perdu la vie à plusieurs reprises. A Inatès, par exemple, nous avons perdu 18 soldats, dans une autre attaque nous en avions perdu 28, et nous avons des preuves sur la complicité de ces mouvements-là avec les terroristes », .a-t-il indiqué.

« Alors, je pense que cela doit être dit. Le Niger condamne ces comportements. L’ambigüité doit s’arrêter. Ou bien on est dans les accords de paix, ou bien on est avec les terroristes. Il faut se déterminer », a souligné le Chef de l’Etat.

Outre les questions sécuritaires, « nous avons examiné d’autres questions puisque même les solutions aux questions sécuritaires, ne sont pas que militaires. La solution aussi à moyen et long terme c’est le développement économique et social », a-t-il expliqué.

« Ainsi, nous avons également échangé des points de vue sur les solutions à mettre en place pour le développement des zones frontalières qui sont sous la menace des organisations terroristes et criminelles. »

« En particulier, nous avons insisté sur la nécessité d’accélérer la mise en place des projets qui ont été conçus dans le cadre du Plan d’Investissements Prioritaires ( PIP) du G5 Sahel qui concerne ces zones frontalières ( mise en place des infrastructures, renforcement de la résilience des populations et, développement humain éducation) », a souligné SEM Issoufou Mahamdou.

« Cette visite a été l’occasion pour nous de faire un tour d’horizon complet des problèmes auxquels nous allons continuer à nous attaquer ensemble au niveau bilatéral. Nous continuerons également à agir aux différents niveaux pour apporter des solutions aux préoccupations qui sont celles aujourd’hui du peuple malien et du peuple nigérien », a-t-il poursuivi.

Répondant à une question relative au G5 Sahel, le Président Issoufou Mahamadou a indiqué que la Force Conjointe progresse.

« Mais les gens sont impatients. Ils oublient que la lutte contre le terrorisme est une lutte très difficile. Il faut voir ce qui s’est passé au Moyen Orient, en Irak et en Syrie. C’est toutes les armées les plus puissantes du monde qui se sont engagées contre Daesh. Mais ces armées ont dû mettre près de trois ans avant de vaincre Daesh. Et encore ce n’est pas fini. Il y a toujours une résistance résiduelle de Daesh en Irak et en Syrie », a dit le Chef de l’Etat.

« Et nous, on nous demande d’en finir avec le terrorisme en quelques semaines. Ce n’est pas possible », a-t-il affirmé.

« La force conjointe est en place. Elle est en train de monter en puissance. C’est vrai qu’elle a besoin d’équipements », a noté SEM Issoufou Mahamadou.

L’opérationnalisation et la montée en puissance de la Force du G5 Sahel sont en cours, a-t-il souligné.

« Mais nous ne nous contentons pas seulement d’agir à ce niveau. Nous agissons également au niveau national et au niveau bilatéral », a-t-il encore précisé.

Auparavant, le Président Issoufou Mahamadou a remercié « son frère et ami le Président Ibrahim Boubacar Keita pour l’excellent accueil, l’accueil amical, fraternel » qui lui a été réservé ainsi qu’à la délégation qui l’accompagne.

« C’est toujours un plaisir pour moi de venir au Mali où je compte beaucoup d’amis et de camarades parmi lesquels justement le Président que je connais de longue date. Depuis 1991, nous sommes en contact permanent », s’est-il réjoui.

Aussi, le Mali est un pays avec lequel le Niger a toujours eu d’excellentes relations, a-t-il rappelé, notant que « nos peuples sont très proches et la visite que je rends aujourd’hui à mon frère Ibrahim Boubacar Keita est d’autant plus importante que nous faisons face à des préoccupations pressantes de sécurité ».

SEM Issoufou Mahamadou a salué les efforts que le Président Ibrahim Boubacar Keita est en train de faire pour renforcer les institutions du Mali, « parce que une des solutions pour lutter contre le terrorisme, c’est d’avoir des institutions démocrates assez fortes. »

« Je constate que le Président Ibrahim Boubacar Keita est en train de faire des efforts colossaux pour restaurer l’Etat. Progressivement, l’Etat est en train d’être restauré et je salue le dialogue politique qui est amorcé, qui est engagé, et qui permettra de renforcer la réconciliation entre maliens, de renforcer les institutions, ce qui est une condition essentielle pour faire face efficacement à la lutte contre le terrorisme », a affirmé le Président de la République..

Source: Presidence de la Republique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Pose de la première pierre, pour la construction du Pipeline Niger-Bénin par le Président de la République Issoufou Mahamadou…

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou  a lancé officielle…