Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar maharaz » Mar Fév 01, 2011 8:25 am

SALAM

D'après les premiers résultats :

Le PNDS vient en tête
le LUMANA en second
et le MNSD en troisième position


Pouvez vous au fur et à mesure poster les résultats dont vous disposez ?

Merci.
maharaz
 
Messages: 5
Inscrit le: Dim Mai 24, 2009 1:32 pm

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar Citoyen responsable » Mar Fév 01, 2011 10:43 am

On dirait que les rahamistes de Ousmane ont égaré la clé lors de leur fameux déménagement de la CFDR vers l'AnR.
Citoyen responsable
 
Messages: 0
Inscrit le: Jeu Mai 21, 2009 12:07 pm

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar Termit » Mar Fév 01, 2011 12:46 pm

Maharaz, tu confonds peut-etre avec le résultat du bureau 000. D'autres parlent du classement provisoire suivant :
PNDS 28,34%
MNSD 24,67%
LUMANA 20,53%
CDS 13,23%

Le site Tamtaminfo aurait pu programmer une rubrique "Résultats provisoires de la CENI" sur son portail (en l'actualisant grace à ses correspondants au pays) et comme il est de tradition dans d'autres pays comme la Guinée (guineenews) ou la CI (abidjan.net).
Faisons attention à la confusion ambiante, seuls le résultats de la CENI ont valeur de foi.
Le militant
Termit
 
Messages: 0
Inscrit le: Mer Juil 22, 2009 1:52 pm

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar Citoyen responsable » Mar Fév 01, 2011 2:05 pm

C'est vraiment dommage que Tamtaminfo ne se soit pas mis dans le bain des élections à l'image des sites cités. Quelqu'un pourrait nous indiquer le siteweb de la CENI si toute fois il en existe un de vivant?
Citoyen responsable
 
Messages: 0
Inscrit le: Jeu Mai 21, 2009 12:07 pm

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar Citoyen responsable » Mar Fév 01, 2011 3:25 pm

Ceci est encore mieux que le silence qu'on observe: http://medianiger.info/
Citoyen responsable
 
Messages: 0
Inscrit le: Jeu Mai 21, 2009 12:07 pm

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar Samy » Mer Fév 02, 2011 11:20 am

Bonjour,

Mes chers amis, vous avez certainement constaté notre silence. Oui, effectivement parce que l'actualité oblige.
Cependant, nous ne pouvons nous empêcher la remarque suivante : Vu les tendances actuelles, on peut dire que nous sommes un peuple atypique qui réinvente la démocratie en donnant des leçons même à nos anciens colonisateurs qui ont toujours eu du mal à nous cerner et canaliser notre élan démocratique.
Je vous assure, mes frères, il est en train de se préparer un fait particulièrement inédit qui jure d'avec tous les schémas démocratiques classiques et certains pronostics.
En tout état de cause, quel soit le camp des gagnants, la victoire sera et restera nigérienne. Vive le peuple nigérien et Gloire à Allah Le Tout-Puissant, Le Clément, Le Miséricordieux. Amen !


La Souveraineté appartient au peuple
Samy
 
Messages: 0
Inscrit le: Jeu Mai 13, 2010 8:51 am

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar Citoyen responsable » Mer Fév 02, 2011 11:35 am

Mon cher Samy, soit cas même plus explicite comme tu l'as toujours été, sinon nous serions tentés d'interpréter tes paraboles comme un refus de proclamer à ce stade déjà la grande victoire éclatante de Zaki et du PNDS sur votre fameuse coalition.
Citoyen responsable
 
Messages: 0
Inscrit le: Jeu Mai 21, 2009 12:07 pm

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar Samy » Mer Fév 02, 2011 11:58 am

Mon cher citoyen responsable, il se passe qu'au fur et à mesure de l'obtention des résultats des scrutins présidentiels et législatifs, on a l'impression que le peuple nigérien cherche à plébisciter le Tazartché. Seini Oumarou et le MNSD sont en train de laminer la quasi-totalité des leaders historiques dans leurs propres fiefs. En tout cas, les choses se précisent au-delà de nos espérances. Néanmoins, la victoire finale est du domaine de Dieu. Incha Allah.


La Souveraineté appartient au peuple
Samy
 
Messages: 0
Inscrit le: Jeu Mai 13, 2010 8:51 am

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar maharaz » Mer Fév 02, 2011 2:31 pm

Élection présidentielle nigérienne : trois favoris, un outsider
Politique




Même parcours initiatique, même ténacité... Depuis vingt ans, quatre grands acteurs dominent la scène politique nigérienne. Trois d’entre eux - Mahamadou Issoufou, Hama Amadou et Mahamane Ousmane - tiendront l’affiche au premier tour de l'élection présidentielle qui a lieu ce 31 janvier. Cette année, seul manquera l’ancien chef de l’État, Mamadou Tandja.
Pas besoin de sondages au Niger. Grâce aux élections municipales du 11 janvier, on sait déjà qui est en pole position. Les quatre prétendants les plus sérieux à la fonction suprême : Mahamadou Issoufou, Seini Oumarou, Hama Amadou et Mahamane Ousmane. À eux quatre, leurs partis ont raflé 80 % des suffrages exprimés. Autant dire qu’au premier tour de l'élection présidentielle les six autres candidats – dont une femme – risquent de ne pas peser lourd.
Les quatre favoris font-ils jeu égal ? Non. Le 11 janvier, le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS) de l’éternel opposant Mahamadou Issoufou a fait une percée. Il a réuni quelque 900 000 voix sur les 266 communes où le vote a eu lieu. Avec 620 000 voix, le Mouvement national pour la société de développement (MNSD) de l’ex-président Tandja – aujourd’hui récupéré par Seini Oumarou – a sauvé les meubles. Le tout nouveau Mouvement démocratique nigérien (Moden Lumana) de l’ex-Premier ministre, Hama Amadou, a créé la surprise : environ 590 000 voix. Quant à la Convention démocratique et sociale (CDS) de l’ancien président Mahamane Ousmane, elle a fait un score décevant, avec quelque 350 000 voix.
Mais un coup de théâtre est venu bouleverser cette hiérarchie, au détriment de Mahamadou Issoufou. Le 25 janvier, ses trois rivaux directs ont signé une « alliance pour la réconciliation nationale (ARN) », à laquelle sont également partie trois autres candidats : les ex-Premiers ministres Cheiffou Amadou (Rassemblement social démocrate, RSD) et Amadou Boubacar Cissé (Union pour la démocratie et le république, UDR), ainsi qu'Ousmane Issoufou Oubandawaki (Rassemblement des patriotes nigériens, RPN). Les signataires s'engagent à « assurer l'élection » au second tour, le 12 mars, de celui d'entre eux qui aura fait le meilleur score au premier.

Seini Oumarou, le « petit nouveau »
Issoufou, Tandja, Hama, Ousmane… Depuis vingt ans, la scène politique nigérienne est dominée par les quatre mêmes acteurs. Même parcours initiatique – la Conférence nationale de 1991. Même ténacité – les coups d’État se succèdent, mais ils sont toujours là ! Cette année, un seul manque à l’appel. Mamadou Tandja, renversé le 18 février 2010, est en prison. Seini le remplace. C’est le « petit nouveau ». Il a 61 ans, comme Hama et Ousmane. Issoufou est à peine plus jeune, 59 ans. Même âge, mêmes repères… 2011, ou le choc de quatre ambitions.

Va-t-on vers un remake des présidentielles de 1999 et 2004 ? Non. À l’époque, Tandja et Hama formaient un ticket gagnant. La présidence pour le premier, la primature pour le second. Leur parti, le MNSD, était une formidable machine à gagner. Mamadou Tandja, le Kanouri très lié aux commerçants haoussas, faisait de bons scores dans l’Est (Maradi, Zinder, Tahoua), où il mordait sur l’électorat traditionnel de Mahamane Ousmane. Hama Amadou, le Peul de culture djerma, engrangeait les voix de l’Ouest (Dosso, Tillabéry). Bref, l’ancien parti-État du général Kountché continuait de ratisser large.
Mais depuis la rupture entre Tandja et Hama, en 2007, rien ne va plus. Les militants du MNSD sont divisés. À deux reprises, ils se sont affrontés : en 2008, quand Hama a été faussement accusé de détournement de fonds et jeté en prison. Puis en 2009, quand Tandja a tenté maladroitement de s’accrocher au pouvoir – le fameux tazartché (« continuité »), le bonus de trois ans qu’il a tenté de s’octroyer. Logiquement, après le putsch anti-Tandja de 2010, le parti a explosé. Au terme d’une bataille judiciaire, les fidèles de Tandja ont réussi à conserver le label MNSD et ont confié les rênes de leur parti à Seini Oumarou, l’avant-dernier chef du gouvernement du président déchu. Hama Amadou, lui, a créé le Moden Lumana. Résultat : le 11 janvier, le MNSD a perdu la moitié de ses voix. À Tillabéry, dans l’Ouest, le parti de Seini – pourtant natif de la région – est arrivé loin derrière ceux de Hama et d’Issoufou. Confidence d’un partisan de Mahamadou Issoufou : « L’hégémonie du MNSD, c’est fini. Hama est parti avec tout l’Ouest. Pour nous, c’est une chance historique à saisir… »

Cure d’opposition
Du coup, au PNDS, les militants commencent à croire au Grand Soir pour Issoufou. Deux fois, en 1999 et en 2004, celui-ci a mis Tandja en ballottage. Deux fois, il a perdu. « Cette fois, c’est la bonne, glisse un cadre du parti. Si on arrive en tête au premier tour avec plus de 35 % des voix, on sera difficile à battre au second tour. » Les atouts de Mahamadou Issoufou ? D’abord une longue cure d’opposition. Né près de Tahoua, en pays haoussa, cet ancien ingénieur des mines n’a été Premier ministre que pendant onze mois, de 1993 à 1994. Après un bref passage à la présidence de l’Assemblée nationale, de 1995 à 1996, il est donc devenu « l’opposant de gauche ».
Ses adversaires disent de lui qu’il est « fougueux et bagarreur ». Fougueux ? De fait, le 30 octobre 2009, Issoufou n’a pas manqué d’audace. Tandja venait de lancer contre lui un mandat d’arrêt. Il est aussitôt rentré du Nigeria pour se livrer à la justice. Devant la foule massée à l’aéroport, Tandja a renoncé à le faire arrêter. Bagarreur ? Vingt ans après la Conférence nationale, l’enfant terrible de la démocratie nigérienne s’est beaucoup assagi. Aujourd’hui, il laboure le terrain et cultive ses réseaux. Ceux de l’Internationale socialiste (IS), dont il est un membre actif. Et ceux de ses amis chefs d’État. Issoufou a ses entrées chez le Libyen Mouammar Kaddafi, le Burkinabè Blaise Compaoré, le Nigérian Goodluck Jonathan et, bien sûr, chez le Guinéen Alpha Condé, son vieux copain de l’IS. Il y a quatre mois, il a aussi fait une visite discrète chez le Tchadien Idriss Déby Itno.

02 février 2011
publié le 02 févrer 2011
Source : http://www.jeuneafrique.com/
maharaz
 
Messages: 5
Inscrit le: Dim Mai 24, 2009 1:32 pm

Re: Résultats partiels des élections présidentielles et législat

Messagepar Citoyen responsable » Mer Fév 02, 2011 2:53 pm

Samy, si cette tendance que tu nous décris se maintient, alors les nigériens auront cette chance inespérée d'arbiter librement et objectivement entre le tazartché dans sa version pure incarnée par seyni et le mnsd et l'anti tazatché dans sa version achevée incarnée par le PNDS. Je suis d'accord avec vous que les nigériens se sont exprimés et ils ont bien parlé, car c'est rassurant de savoir que seyni omar sera le futur chef de l'opposition à la place de l'agité de youri.
Citoyen responsable
 
Messages: 0
Inscrit le: Jeu Mai 21, 2009 12:07 pm

Suivant

Retourner vers Politique, Société, Economie

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron