Home ACTUALITE Transparency International Niger dénonce les collusions entre la société civile et des hommes politiques

Transparency International Niger dénonce les collusions entre la société civile et des hommes politiques

L’Association Nigérienne de Lutte contre la Corruption appelle à l’adoption d’une loi relative à la cybercriminalité ou au cyber délinquance aux fins de réglementer l’utilisation des réseaux sociaux Réagissant à des extrapolations et à des propos malveillants visant à salir son Secrétaire Général, Maman WADA, le Bureau Exécutif National de l’Association Nigérienne de Lutte contre la Corruption, section de Transparency International (BEN/ANLC-TI) réunie en session extraordinaire le mardi 28 février 2017 pour apprécier la situation née de la publication par l’hebdomadaire « le COURRIER N°454 » en date du 16 février 2017 sur « l’affaire de 200 milliards de FCA (virés dans un compte bancaire à Dubaï) » a rendu public une déclaration.

D’emblée le BEN ANLC/TI rappelle qu’il est membre du Commuté National de Concertation (CNC) de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE Niger) et que cet organe est composé de l’Etat (ministère des mines, ministère du pétrole, ministère des finances, ministère de la justice), des entreprises ( SOMAIR, COMINAK, SOPAMIN, AREVA, CNPC, SML etc).

La société civile est représentée par l’ANLC, la CCOAD, La Coalition Equité-qualité contre la vie chère, le GREN, le ROTAB, Suissaid, deux représentants des médias (publics et privés) et les représentants des orpailleurs. Les rapports pays qu’il a fait contiennent des informations relatives à la production, aux exportations, déclaration des versements et la composition des actionnaires pour les entreprises. C’est le comité National de Concertation qui valide le rapport ITIE et ses décisions sont prises par consensus et rarement par vote.

Pour le BEN ANLC/TI, « au stade actuel de notre recherche, sur une production d’uranium totale en 2011 de toutes les sociétés d’exploitation évaluée à 4264 tonnes, la SOPAMIN a disposé d’une quote-part de 851,80 tonnes pour un prix de vente de 68 milliards 730 millions 933 mille 445 (68 730 933 445). Les quantités d’uranium exploitées, leurs répartitions par actionnaire ainsi que l’identité des actionnaires sont jointes en annexe de la présente déclaration.

Aussi les investigations ont-elles permis d’affirmer que la vente d’uranium, l’achat, le transfert, le transport ainsi que son utilisation sont sous le contrôle strict de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), qui est un organe des Nations Unies. La transparence dans les industries extractives intéresse tout le mouvement transparency International.

S’agissant d’une prétendue enquête diligentée par Transparency International pour faire la lumière sur l’affaire des 200 milliards, le BEN ANLC/TI a démenti formellement cette information et il a par conséquence, décliné toute responsabilité quant à l’utilisation frauduleuse du nom de Transparency International ou de l’une de ses sections pour des faits inavouables et se réserve le droit de porter plainte auprès des tribunaux contre tout individu ou structure qui s’engage dans une action frauduleuse en se servant des noms des structures précitées ».

Concernant les attaques contre son SG Maman WADA, le BEN ANLC/TI affirme avoir constaté que depuis l’intervention sur les antennes de certains médias nationaux et internationaux du SG Maman WADA, des Individus mal intentionnés mais bien identifiés, sous couvert du titre d’acteurs de la société civile et ou d’acteurs politiques se livrent sur les réseaux sociaux à des attaques en règle contre l’ANLC en général et Maman WADA en particulier.

Cette attitude est déplorable et dénote la mauvaise foi, l’absence d’éthique de certains acteurs sociaux et politiques.

C’est pourquoi, le BEN ANLC/TI rappelle que depuis sa création en 2011, cette organisation admet comme membres les personnes remplissant des critères d’intégrité, de probité morale, de compétences. L’adhésion se fait par parrainage.

L’Association ne s’implique pas dans des débats partisans et politiciens mais inscrit son action dans une dynamique de veille pour une bonne gouvernance, la transparence et la redevabilité dans la gestion des affaires publiques, la lutte contre la corruption à tous les niveaux de l’échelle sociale . Mieux, au sujet de la crédibilité, que la démarche de l’ANLC/TI est basée sur la bonne connaissance et la maitrise des thématiques qu’elle traite ou aura à traiter. C’est ainsi qu’elle a produit d’importantes études et enquêtes publiées et vulgarisées et qui jusque-là n’ont fait l’objet d’aucune contestation.

Se prévalant d’une crédibilité certaine, l’ANLC/TI informe l’opinion en général et les mercenaires politiques en particulier qu’elle a un encrage national et dispose à cet effet de Clubs anti-corruption dans 260 communes du Niger sur les 266 ; que le label de représentation de Transparency International dans un pays, attribué à une organisation de lutte contre la corruption se mérite et fait l’objet de renouvellement chaque deux ans au cours de l’Assemblée Mondiale des Membres (AMM) suivant des critères stricts définis par le Secrétariat de Transparency International.

C’est dans ces conditions que l’association vient de recevoir son accréditation renouvelée au cours de la dernière Assemblée Mondiale des Membres tenue en novembre 2016 au Panama.

A cet égard, poursuit la déclaration, il est loisible de constater le crédit incontesté et incontestable dont jouit l’ANLC, attesté par son audience tant au niveau national qu’international ainsi que la confiance renouvelée par des nombreux partenaires qui appuient cette association .

En conclusion, l’ANLC/TI dénonce le comportement opportunistes de certains individus en mal de leadership tapis dans les structures de société civile mais dont la mission réelle se révèle être du mercenariat politique qui ne trompe plus personne ; fustige l’attitude irresponsable de ces individus visant à vilipender et dénigrer le SG de l’ANLC pour le décourager de sa noble mission et son engagement militant dans le combat contre la corruption ; met en garde ces genres d’individus et leur rappelle que toute attaque gratuite contre Maman WADA ou l’Association sera suivie d’une réponse appropriée ; se dit solidaire de tous les actes posés par Maman WADA dans l’intérêt et la vision de l’ ANLC et lui apporte son soutien indéfectible.

L’Association rassure enfin ses partenaires technique et financier, les media nationaux et internationaux qu’il entend poursuivre sans relâche son combat pour un Niger sans corruption conformément aux objectifs et à la vision de l’Association ;

interpelle les citoyens et citoyennes et les acteurs de la société civile, chacun en ce qui le concerne d’accomplir sa mission dans l’éthique et la déontologie tout en respectant les lois et règlements de la République ;

interpelle également le ministère public, gardien des libertés des citoyens afin qu’il prenne des dispositions idoines pour traduire en justice quiconque se livre aux injures et publications des informations mensongères contre les structures morales ainsi que les citoyens par voie de presse dont les réseaux sociaux et demande aux pouvoir publics d’adopter une loi relative à la cybercriminalité ou au cyber délinquance aux fins de réglementer l’utilisation des réseaux sociaux en vue de protéger les droits de l’homme et de la dignité humaine.

[author ]Namalka Bozari (Contributeur Web) Tamtaminfo News[/author]

41 Comments

  1. Wada nést pas preoccupe par la multiplication de nouveaux milliardaires alors meme que les ecoles sont fermees faute d´argent pour payer les enseignants, les hopitaux sont devenus des mouroirs faute de medicaments, le courant qui est devenu une denree si rare, les fonctionnaires qui voient leurs avantages fondrent a cause des problemes de treosreri, etc. La seule chose qui preocupe wada c´est le sort de ces vampires qui ont fini de sucer tout ce qu´ils ont trouve. Cést regretable de la part de AI.

    1. Ce n’est malheureusement pas le rôle de Transparancy ou de son responsable Wada de s’occuper des hopitaux et des enseignants. il y a d’autres institutions et ONG pour cela. Pour ce qui est des supposés milliardaires, personne jusque là n’a sorti un semblant de preuve. Ceux qui s’y sont risqué se sont retrouvé avec un procès sur le dos et ont avoué leur perfidie devant le juge (demandez à l’enquêteur et au courrier dans les affaires ferrari et transfert de 1 milliards ils ont tous avoué avoir « menti » literallement. Les PV de sessions existent si ça vous interresse). Comment voulez-vous que transparancy s’autossaisisse de conversations de Fada?

  2. Juste pour vous dire que pour ce qui est des réseaux sociaux c’est très difficile que vous ayez satisfaction. Voyez par vous même comment le président de la république est critiqué et qu’ une quelconque loi ne soit prise ou même des simples interdiction ou menaces à l’égard des internautes. Il y a plus de 2 milliards de personnes sur seulement Facebook. Comment pouvez vous contrôler les gens qui changent leur compte à tout moment et qui mettent pas leurs noms et photos? Sur ce point je pense que vous n’avez pas mûrement réfléchi.

  3. Juste pour vous dire que pour ce qui est des réseaux sociaux c’est très difficile que vous ayez satisfaction. Voyez par vous même comment le président de la république est critiqué et qu’ une quelconque loi ne soit prise ou même des simples interdiction ou menaces à l’égard des internautes. Il y a plus de 2 milliards de personnes sur seulement Facebook. Comment pouvez vous contrôler les gens qui changent leur compte à tout moment et mettent leurs noms et photos? Sur ce point je pense que vous n’avez pas mûrement réfléchi.

  4. Le Gren et le Rotab; en général ils font beaucoup de bruit dès lors qu’il s’agit des industries extractives mais là tout d’un coup silence. Qu’est ce à dire? Que Ali Idrissa et ses gens savent la vérité (ils ont les déclaration annuelles des sociétés minières et savent très bien à qui appartiennent les 200 milliards en question, d’où ils proviennent et où ils sont allés. Suffit de regarder le rapport ITIE.) mais la vérité ne les arrange pas donc mieux vaut la taire, et pousser d’autres à parler et prendre position en leur donnant les moyens adéquoits (labari TV entre autres) pour propager des contre-vérités.

  5. Bonjour à tous. En lisant cette article je n’arrive pas à comprendre les commentaires qui s’en suivent. J’ai probablement raté quelque chose ou une déclaration précédente. Pourquoi certains disent t’ils que le Wada doit démissionner? Qu’a t-il dit de mal dans sa déclaration? Il a juste demandé à certaines personnes/association de ne pas utiliser le nom de Transparency International dans le but de couvrir leurs propres vérités (ou mensonges). En gros de ne pas lui faire dire ce qu’il n’a pas dit. et a menacer de poursuivre s’ils continuaient (ce qui est normal après tout).

  6. WADA doit démission. C’est grave pour l’image de l’institution dont il prétend être représentant.

    WADA prend ton courage et démission, c’est une affaire que AREVA n’a pas nié, Massaoudou non plus et la FBi est entrains d’enquêter. Tu fais honte aux Nigeriens

  7. vraiment WADA a décevoir les nigérien, sinon comment démentir les choses dont lui hassoumi a reconnu,je saï pas par quel osmose tu es arrivé a la tête de transparency,,fo plus parler au non de cette organisation crédible parce que tu ne mérite pas,les nigériens attend ta démission parce que tu es corrompu?et incha Allah l’histoire va te rattraper.

    1. Wada fut mon directeur au CEG 9 de Harobanda. Son ascension fulgurante explique son immaturite a assumer les responsabilites qui lui incombent en tant que representant d´une organisation comme amnesty international. Collusion trop flgrante entre wada et la halcia. Un petit restera toujours petit. Ces gens oublient que guri nést pas eternel et quíl peut disparaitre a tout moment, mais eux continueront leur mission si Dieu leur accorde la longevite.

  8. Ce qui a plus choqué les nigériens est que TRANPARENCY NIGER s’est rendue sur le plateau alors que tout le monde sait bien qu’elle n’a fait aucune enquête préalable. Une organisation qui se veut crédible se doit d’investiguer avant de se rendre sur le plateau parce que WADA ne parlait pas à titre personnel. Avez-vous une fois vue la HALCIA ou le procureur au plateau se prononcer sans rien enquêter. On peut leur reprocher des choses mais pas ça.
    La première question, qu’est-ce que Wada faisait sur le plateau. Il se base même pas sur 200 milliards mais se tourne ailleurs sur une production 201 de 4264 tonnes, et là encore a-t-il fait une vérification, est ce qu’une seule fois il s’était approché de la balance. Par contre, les autres organisations civiles que vous critiquez font de leur mieux à chaque fois pour chercher la vérité, ne se contentent surtout pas des documents bien maquillés qu’on leur distribue.
    D’ailleurs Pour ceux qui connaissent comment les nigériens travaillent durement à la Somair et à Cominak, il n’est pas étonnant qu’ils soient à plus de 6 000 tonne/an, mais Wada lui essaye de dénigrer tout leur effort avec des données reçues du colonialisme comme quoi les indigènes ne peuvent pas faire plus de 4000 tonne tout compris Somair et cominak.
    Et on ne coupera pas l’internet ni les réseaux sociaux, c’est la premiere qu’on entend une telle demande venant d’une organisation civile. Comme le dit l’autre là encore vous paniquez.

    1. Sans vouloir te contredire mais juste dans un besoin de véracité: Wada a raison concernant la production . Somair et Cominak ont produit 4264 tonnes cette année (2011) là effectivement et jamais ces sociétés n’ont produits 6000 tonnes.

    2. Pour plus d’éclaircissements à Adams ces deux sociétés SOMAIR et COMINAK et les seules qui exploitent et traitent le minerais d’Uranium n’ont jamais fait une production annuelle de 5000 Tonnes d’Uranium depuis leur existance. Donc il ne faut jamais te prononcer sur ce que tu ne connais pas. Un adage nous dit:  » Si tu ne sais pas où tu vas, tu risques de te retrouver ailleur ».

      1. Je ne parle pas des données publiées dont tous avons accès et que personne n’apprend rien à personne. Il s’agit bien de autre chose, et si vous êtes du domaine minier, c’est probable que vous faites semblant. Techniquement, pas uniquement au Niger, l’exhaustivité du produit est généralement le risque le plus élevé du secteur, un risque impossible à éliminer, on ne peut que le limiter. C’est donc seulement à madame et à monsieur tout le monde qu’on peut tenter de faire croire l’existence de tout réseau parallèle. Nos pays ont peu de chance de succès à ce sujet, hélas nos sacoches sont bel et bien trouées. Que des difficultés financières à Samira, Soraz, Somair , Cominak, pendant que même les vendeurs de l’eau minéral, de solani performent bien.

  9. A travers cette déclaration on a l’impression que cette organisation a paniqué Elle aurait pu se contenter de défendre la déclaration de WADA; pourquoi s’évertue- t- elle à prouver le contraire de ce que le ministre a reconnu? l’Accréditation ne signifie pas grand chose lorsque les comportements ne l’incarnent pas. Tant pis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Editorial : Pour Une Révolution Des Mentalités !

Depuis son accession à la magistrature suprême du pays en 2011, le Président de la Républi…