Home ACTUALITE Une motion de rejet de l’accord de coopération entre la France et l’UEMOA, a été déposée au sénat français, par les sénateurs communistes.
ACTUALITE - Economie - 30 janvier 2021

Une motion de rejet de l’accord de coopération entre la France et l’UEMOA, a été déposée au sénat français, par les sénateurs communistes.

Les sénateurs communistes français ont déposé une motion de rejet du projet d’accord de coopération monétaire, intitulé sournoisement une réforme du franc CFA, le jeudi 28 janvier 2021.

Nous saluons cette décision très clairvoyante empreinte de courtoisie et de respect pour les peuples africains souverains de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO.

En effet, le sommet des chefs d’Etat des quinze pays membres de la CEDEAO, a adopté depuis le 29 juillet 2019, la réforme du franc CFA, c’est la seule reforme reconnue et adoptée par les africains, cette réforme a donné naissance à la monnaie commune unique africaine, l’ECO.

La mise en œuvre de l’ECO a été ajournée pour juillet 2021 en raison du cas de force majeure, la pandémie COVID19.

La monnaie ECO de la CEDEAO, n’est arrimée à aucune monnaie internationale, l’ECO de la CEDEAO aura un taux de change flottant, flexible, qui correspond le mieux à la nature des échanges commerciaux que les pays membres de la CEDEAO entretiennent avec le reste du monde, hors de la zone EURO. Cette monnaie sera frappée et gérée en Afrique sans aucune ingérence extérieure.

La monnaie ECO adoptée souverainement par les pays membres de la CEDEAO, est une monnaie souveraine, indépendante, flexible, seule instrument monétaire à même de sortir les pays de l’Afrique de l’Ouest des pillages des leurs ressources organisés par la France.

Par contre, le projet initié par le président français Emmanuel Macron et le président ivoirien Alassane Ouattara, a pour objectif de court-circuiter, de saboter, de disloquer la CEDEAO. C’est un projet qui a également pour but de maintenir la domination monétaire et économique de la France sur les pays francophone de la CEDEAO, ce qui serait inacceptable par la génération actuelle et la génération montante consciencieuse.

La CEDEAO se devrait de déposer une plainte contre le gouvernement français, pour vol et usurpation de sa monnaie commune africaine, créée par la CEDEAO le 29 juillet 2019, à Abuja, au Nigeria. Ici l’objectif de la France et de ses valets locaux, serait d’empêcher aux peuples souverains de la CEDEAO de disposer de d’eux-mêmes.

Nous saluons encore une fois cet élan de solidarité, d’entraide, des sénateurs communistes français en vers les peuples opprimés d’Afrique.

Par conséquent, il est du devoir impérieux, des intellectuels africains, des économistes, des monétaristes africains, des parlementaires africains, des panafricanistes africains, de la société civile et la jeunesse africaine, de se lever unis comme un seul homme pour se joindre concrètement à ce combat pour l’avènement de la souveraineté monétaire africaine, initié par les pères de l’indépendance, que se livrent actuellement , les vaillants sénateurs communistes français , certains intellectuels français et la société civile française, aux côtés de leurs amis africains .

L’Afrique doit rester : debout, unie, solidaire, ou périr !

A bon entendeur salut !

Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

s :

Les sénateurs communistes français ont déposé une motion de rejet du projet d’accord de coopération monétaire, intitulé sournoisement une réforme du franc CFA, le jeudi 28 janvier 2021.

Nous saluons cette décision très clairvoyante empreinte de courtoisie et de respect pour les peuples africains souverains de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO.

En effet, le sommet des chefs d’Etat des quinze pays membres de la CEDEAO, a adopté depuis le 29 juillet 2019, la réforme du franc CFA, c’est la seule reforme reconnue et adoptée par les africains, cette réforme a donné naissance à la monnaie commune unique africaine, l’ECO.

La mise en œuvre de l’ECO a été ajournée pour juillet 2021 en raison du cas de force majeure, la pandémie COVID19.

La monnaie ECO de la CEDEAO, n’est arrimée à aucune monnaie internationale, l’ECO de la CEDEAO aura un taux de change flottant, flexible, qui correspond le mieux à la nature des échanges commerciaux que les pays membres de la CEDEAO entretiennent avec le reste du monde, hors de la zone EURO. Cette monnaie sera frappée et gérée en Afrique sans aucune ingérence extérieure.

La monnaie ECO adoptée souverainement par les pays membres de la CEDEAO, est une monnaie souveraine, indépendante, flexible, seule instrument monétaire à même de sortir les pays de l’Afrique de l’Ouest des pillages des leurs ressources organisés par la France.

Par contre, le projet initié par le président français Emmanuel Macron et le président ivoirien Alassane Ouattara, a pour objectif de court-circuiter, de saboter, de disloquer la CEDEAO. C’est un projet qui a également pour but de maintenir la domination monétaire et économique de la France sur les pays francophone de la CEDEAO, ce qui serait inacceptable par la génération actuelle et la génération montante consciencieuse.

La CEDEAO se devrait de déposer une plainte contre le gouvernement français, pour vol et usurpation de sa monnaie commune africaine, créée par la CEDEAO le 29 juillet 2019, à Abuja, au Nigeria. Ici l’objectif de la France et de ses valets locaux, serait d’empêcher aux peuples souverains de la CEDEAO de disposer de d’eux-mêmes.

Nous saluons encore une fois cet élan de solidarité, d’entraide, des sénateurs communistes français en vers les peuples opprimés d’Afrique.

Par conséquent, il est du devoir impérieux, des intellectuels africains, des économistes, des monétaristes africains, des parlementaires africains, des panafricanistes africains, de la société civile et la jeunesse africaine, de se lever unis comme un seul homme pour se joindre concrètement à ce combat pour l’avènement de la souveraineté monétaire africaine, initié par les pères de l’indépendance, que se livrent actuellement , les vaillants sénateurs communistes français , certains intellectuels français et la société civile française, aux côtés de leurs amis africains .

L’Afrique doit rester : debout, unie, solidaire, ou périr !

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

Communiqué de presse du Ministère des Affaires Etrangères de la Fédération de Russie du 24 février 2021 relatif aux élections présidentielles au Niger

Le second tour des élections présidentielles s’est tenu en République du Niger le 21…