Accueil / ACTUALITE / Visite d’amitié et de travail du Président de la République du Mali à Niamey : Harmoniser des points de vue des Chefs d’Etat du G5 Sahel en prélude à l’Assemblée Générale des Nations Unies

Visite d’amitié et de travail du Président de la République du Mali à Niamey : Harmoniser des points de vue des Chefs d’Etat du G5 Sahel en prélude à l’Assemblée Générale des Nations Unies

Dans le cadre de l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel, le Président de la République du Mali, SE. Ibrahim Boubacar Keita, a entrepris depuis lundi dernier une mini-journée dans les autres pays qui composent cette organisation de cinq (5) Nations du Sahel confrontées à la menace terroriste.

C’est ainsi que le Président malien, à la tête d’une forte délégation a effectué, hier mercredi 13 septembre 2017, une visite d’amitié et de travail à Niamey. Cette visite qui intervient une semaine avant l’ouverture de l’Assemblée Générale des Nations Unies vise à harmoniser les points de vue de l’ensemble des Chefs Etat regroupés au sein du G5 Sahel en vue de mener le plaidoyer pour la mobilisation des ressources matérielles et financières nécessaires au déploiement de la force conjointe.

A sa descente de l’avion à l’aéroport International Diori Hamani de Niamey aux environs 13 heures, le Président malien a été chaleureusement accueilli par le Président de la République du Niger, Chef de l’Etat S.E Issoufou Mahamadou. Des accolades et poignées de mains au pied de la passerelle illustrent à suffisance l’excellence des relations entre les deux frères et amis. Le Chef de l’Etat malien a ensuite reçu les honneurs militaires avant d’être salué par les personnalités civiles et militaires. Les deux Chefs d’Etat ont eu un entretien en tête a tête au salon d’honneur de l’aéroport international Diori Hamani avant de se rendre au palais de la Présidence pour poursuivre les échanges autour d’un déjeuner officiel offert par le Président Issoufou à son hôte.

Peu après, les deux Présidents ont co-animé dans le hall de la présidence un point de presse au cours duquel S.E. Ibrahim Boubacar Keita a situé les raisons fondamentales de sa visite à Niamey.  » Je suis venu à Niamey pour échanger avec mon frère et ami du Niger SE Issoufou Mahamadou sur notre organisation commune qu’est le G 5 Sahel. Nous avons décidé d’unir nos forces face aux défis communs.

Par la grâce d’Allah, nous avons eu cette imagination, ce bonheur de concevoir un outil de mutualisation de nos moyens en constatant que chacun des cinq (5) Etats pris individuellement dans ce combat asymétrique contre le terrorisme ne dispose que des moyens dérisoires. En mutualisent nos éléments souverains de puissance, nous aurons plus de force, de vitalité et même de capacité d’imagination, de riposte et d’anticipation pour bien mener la guerre qui nous est imposée » a déclaré le Président Ibrahim Boubacar Keita.

conferencePar rapport à la force conjointe G 5 Sahel, le Chef de l’Etat du Mali a rappelé qu’il y a de cela deux 2 mois, une session extraordinaire s’est tenue à Bamako pour réfléchir sur les contours de l’opérationnalisation de cette force que le Président Issoufou a toujours réclamé comme solution pour le problème du Sahel. «Aujourd’hui, le G 5 Sahel est connu et il ne reste qu’à définir le cadre nécessaire à son opérationnalisation.

Le G 5 Sahel a achevé de convaincre de sa pertinence. Il est bon que dans la conduite de ses intérêts nous nous concertions souvent. Bientôt, il y aura l’Assemblée Générale des Nations Unies et nous pensons qu’il est toujours bon de faire le tour des pays regroupés au sein de cette organisation pour défendre avec une seule et forte voix, cette organisation au niveau de ce grand rendez-vous international » a précisé le président malien.

Pour sa part, le Président de la République, Chef de l’Etat SE. Issoufou Mahamadou a relevé qu’au-delà des relations personnelles qu’il entretient avec son homologue Ibrahim Boubacar Keita, les rapports de coopération entre le Mali et le Niger sont excellents. En plus des liens historiques et géographiques qui existent entre les deux pays, il se trouve aussi que ces deux Etats font face à des menaces communes.

« Ces menaces sont stratégiques en ce sens qu’elles peuvent porter atteinte à la survie de nos Etats. C’est pourquoi nous avons décidé d’unir nos efforts pour faire face à ces menaces communes qui veulent saper le fondement même de nos Etats. Il est heureux que nous ayons décidé au niveau de cinq (5) pays du Sahel à savoir le Tchad ; le Burkina Faso ; le Niger ; le Mali et la Mauritanie de mettre en place le G 5 Sahel à l’intérieur duquel il est envisagé une force conjointe. Le G 5 sahel couvre aussi bien des objectifs de développement que de sécurité » a déclaré le chef de l’Etat.

C’est ainsi qu’au niveau des objectifs de sécurité, il est prévu une force conjointe que les pays sont en train d’essayer de rendre opérationnelle. «Cette force conjointe est divisée en trois fuseaux en l’occurrence le fuseau Est, quasi opérationnel et est composé des contingents du Tchad et du Niger ; celui du centre qui regroupe des contingents du Burkina Faso, du Mali et du Niger, presque opérationnel et le fuseau Ouest composé des contingents du Mali et de la Mauritanie. Nous nous félicitons de ce que cette force est en train d’être opérationnelle petit à petit.

Mais il faut dire que les questions de sécurité constituent un bien public mondial.accueil Ce combat que nous menons contre le terrorisme et les organisations criminelles, nous le menons non seulement pour protéger nos peuples et nos pays, mais c’est le monde entier qui est concerné. Si jamais cette digue que nous sommes en train de construire cède, le terrorisme qui n’a pas de frontière ira en Europe ; aux Etats Unis, bref dans le monde entier.

Par conséquent, il est important que nos pays bénéficient de la solidarité internationale pour rendre opérationnelle cette force. Il ne faut pas que les gens croisent les bras pour nous observer. La communauté internationale doit se mobiliser pour venir en aide aux pays du G 5 Sahel afin que cette force conjointe ait les moyens d’accomplir sa mission. Nous avons déjà une expérience concluante, c’est celle de la Force Mixte Multinationale du Bassin du Lac Tchad qui fait du très bon travail en arrivant à affaiblir Boko Haram.

Mais cela a été possible parce que nous avons au sein de la Force Mixte Multinationale un pays qui finance. C’est le Nigeria pour dire les choses comme elles sont. Malheureusement au niveau du G 5 Sahel, on n’a pas l’équivalent du Nigeria. C’est pourquoi, il est important que la communauté internationale prenne conscience de cela et se mobilise pour donner les ressources qu’il faut pour que cette mission qui concerne aussi bien les pays du G 5 Sahel mais également le monde entier puisse être accomplie dans les meilleures conditions possibles.

C’est en ce sens que je me réjoui de la visite de mon frère et ami du Mali avec lequel on a beaucoup discuté des questions de sécurité et d’autres questions relatives aux relations bilatérales entre les deux pays et de la sous-région. Et comme d’habitude, nous avons, avec Ibrahim Boubacar Keita, une parfaite identité de vues sur toutes les questions abordées lors de cette visite», a conclu le président Issoufou avant de raccompagner son hôte qui a quitté Niamey dans l’après-midi.

À propos de l'Auteur

Hassane Daouda(onep)

À propos Administrateur