Accueil / ACTUALITE / Zinder : Les leaders religieux la région en Atelier de formation sur le dividende démographique

Zinder : Les leaders religieux la région en Atelier de formation sur le dividende démographique

Le Secrétaire Général de la Région de Zinder, M. Maman Harou a présidé le samedi 13 octobre dernier dans la matinée, la cérémonie inaugurale d’un Atelier de formation des leaders religieux de la région sur le dividende démographique. Organisé par le Ministère de la Population avec l’appui technique et financier du Royaume du Luxembourg et de l’UNFPA, cet atelier de formation qui durera trois jours permettra aux leaders religieux de renforcer leurs capacités en améliorant leur niveau de compréhension sur les questions de population et développement en vue de la capture du dividende démographique au Niger.

Il s’agira de faire connaitre aux leaders religieux régionaux les principaux concepts sur la maitrise de la croissance démographique, d’opérationnaliser le concept de dividende démographique, de présenter aux participants le projet SWEDD et ses composantes et de partager la stratégie nationale de communication pour un changement social de comportement pour la promotion de la transition démographique au Niger.

Pour le Secrétaire général de la région de Zinder, le Niger se caractérise par une croissance démographique très rapide car « en 1988, la population était de 7.220.089 habitants, elle a atteint 11.060.291 habitants en 2001 d’après le recensement général de la population et de l’Habitat de 2012. Puis on a recensé 17.138.707 habitants en 2016, mais cette population a été estimée à plus de 20 Millions d’habitants ». Dans cette population essentiellement jeune a-t-il dit (53% ont moins de 15 ans), le taux d’accroissement naturel est de 3,9% et celui de fécondité est de 7,6 enfants par femme. De ce fait, le poids démographique actuel du Niger constitue un handicap pour son développement socio-économique car selon les  »résultats de l’EDSN réalisée en 2012 ; 12 femmes sur 100 seulement utilisent une méthode contraceptive moderne, puis 16 % expriment des besoins non satisfaits en matière de planification familiale, a-t-il expliqué.

C’est pourquoi, dans la perspective de la maitrise de la croissance démographique et la capture du dividende démographique, le gouvernement multiplie les initiatives pour impliquer tous les acteurs concernés parmi lesquels les leaders religieux et traditionnels en vue d’aborder avec eux des questions relatives à la problématique sur la connaissance approfondie des prescriptions de l’Islam en la matière, sur la politique consensuelle en vue de la maitrise de la variable démographique, la promotion, le renforcement et le développement de la santé de la mère et de l’enfant et pour une meilleure association des autorités religieuses et traditionnelles au processus de la variable démographique.

Le Secrétaire général de la Région de Zinder a enfin exprimé, au nom de la population, sa profonde reconnaissance au Royaume du Luxembourg et au Fonds des Nations –Unies pour la population (UNFPA) qui ont bien voulu accompagner le Niger dans ce processus. Auparavant, le 1er Vice-maire de la Ville de Zinder, M. Abdoul Rahim Balarabé a pris la parole pour se réjouir de la tenue de ces assises dont les conclusions seront bénéfiques pour la communauté.

À propos de l'Auteur

Sido Yacouba ANP-ONEP/Zinder

À propos Administrateur

5 plusieurs commentaires

  1. Apres les politiciens, les « leaders » religieux sont le deuxième fléau qui gangrène ce pays. Qu’il faille bien mettre a jour s’impose…

  2. Un état d’esprit , un comportement, on ne les change pas avec une baguette magique. Un processus est nécessaire:
    1. commencer à sensibiliser les leaders: religieux, coutumiers, politiques, scolaires ,estudiantins, opérateurs économiques, société civile, élus locaux, régionaux, nationaux,les préfets et gouverneurs sur le vrai sens de la planification familiale tant en islam que pour gestion rationnelle de la famille sur le plan de la santé que sur le plan économique. Un argumentaire bien bâti et solide véhiculé par des personnes compétentes et convaincues sans qu’elles ne soient forcément et nécessairement « modèles » au niveau de l’ensembles des 265 communes que compte le Niger peut amorcer un changement de mentalité et de comportement dans ce domaine où malheureusement il manque de  » lumière et de lanterne » pour éclairer les 70% d’analphabètes que compte le pays ! c’est vrai, ça coûte, mais on doit pouvoir commencer par cette étape;
    2. Ensuite mettre l’accent sur la réglementation du mariage précoce et surtout son application et la sanction de ceux et celles qui ne respectent l’âge fixé, soyons raisonnable , au lieu de 18 ans, commençons par 16 ans pour une période de cinq ans. après évaluation on peut revoir cette disposition.
    3. Le maintien de la fille à l’école jusqu’au secondaire est une solution des plus efficaces;
    4. la promotion des écoles professionnelles et techniques en faveur des jeunes pour réduire la population des « bouches oisives à nourrir » par la promotion des activités génératrices de revenus (AGR).
    Un investissement important dans le capital humain est indispensable mais si les conditions de paix et de sécurité permettent à l’Etat, à ses partenaires, aux investisseurs privés et aux collectivités de le faire dans un esprit d’une planification et répartition équitables des ressources. Evidemment, une saine gestion des ressources publiques est exigée de tous, une dépolitisation progressive de l’administration, un esprit civique notamment en matière de paiement des impôts et taxes sont nécessaires. Mais sans brutalité et avec discernement, le rythme des réformes et des mesures doit être adapté à notre environnement cultuel, politique et au contexte dans lequel le Niger évolue (insécurité imposée par « les terroristes » du Nord, de l’est et de l’ouest; chute du prix de l’uranium et du pétrole).Nous sommes encore « dépendant » à presque 40 % du financement extérieur, ne l’oublions pas !
    Progressivement, il est possible de renverser cette tendance à occuper de manière récurrente le dernier de la classe « IDH « si on maîtrise notre démographie mais aussi notre comportement.

  3. ,😙😚 A commencer par ces dits leaders religieux ils ont combien d’enfants enfants en fois moyenne …????

    Encore une fois …. lorsqu’il est fait cas de concept sur une dite maitrise de la croissance démographique fait on référence a limitation de naissance ou espacement de naissance..?

    Un pays dit a majoritairement 99% musulman… Le Coran ou les hadiths n’ont ils pas déjà tranché sur la question ????

    Mais de quoi se mêle TOTO A DIT????

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.