Home ACTUALITE Arrêtons les intrigues politiciennes , tous unis, ensemble , regardons vers la direction des intérêts supérieurs du peuple souverain du Niger
ACTUALITE - Politique - 15 juillet 2021

Arrêtons les intrigues politiciennes , tous unis, ensemble , regardons vers la direction des intérêts supérieurs du peuple souverain du Niger

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

Il faudrait que certains de nos compatriotes arrêtent de créer des confusions inutiles dans l’esprit des nigériens lambdas. L’ ancien Président de la République du Niger, le frère, Issoufou Mahamadou, n’a pas des problèmes particuliers avec la majorité des nigériens.

La gestion d’un Etat comme le Niger, où tout est prioritaire, est très difficile et  délicate, c’est un sacerdoce.

Il avait fait ce qu’il pouvait faire pour le Niger en particulier et pour l’Afrique en général.
Aujourd’hui, toute l’Afrique lui est reconnaissante pour son investissement dans la création de la zone de Libre-Echange Continentale Africaine et la création de la monnaie commune unique africaine, l’ECO de la CEDEAO, malgré les crocs en jambes de certains chefs d’Etat africains .
En effet,  une statue à son effigie sera dévoilée à l’occasion d’une cérémonie d’hommage organisée au siège du secrétariat de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine , la ZLECAF, à Accra, en République du Ghana, en présence de plusieurs chefs d’Etat africains.

Le peuple souverain du Niger ne peut que se réjouir d’un tel exploit international et d’une telle grande reconnaissance à son ancien président de la République.

Les critiques internes de certains de nos compatriotes à son égard, participent de la vitalité de notre jeune  et fragile démocratie.

Acceptons  ces critiques,  avançons  , consolidons ,  corrigeons et rénovons.

Les dites critiques de certains activistes sur les réseaux sociaux à l’égard du Président Issoufou Mahamadou, participent des jeux démocratiques,  à notre connaissance durant les cent jours de l’exercice de pouvoir politique par le Président de la République,   Bazoum Mohamed, l’opposition politique n’a fait aucune déclaration tendant à dénigrer:  l’ancien Président de la République, Issoufou Mahamadou, ou le Président de la République en exercice , Bazoum Mohamed.
Le dites observations  sur la gestion du pouvoir au sein de l’hémicycle relèvent du jeux démocratiques, il faudrait bien qu’il existe une opposition politique  qui s’oppose et un pouvoir politique qui gouverne . C’est ça l’essence de la démocratie.

Les attaques que nous observons proviennent des certains acteurs, qui parlent souvent à leur nom personnel et d’autres au nom de leur association, à notre humble avis, ces critiques  qui font partie de l’ordre normal de l’exercice démocratique,  devraient  être capitalisées , permettent ainsi  d’avancer, de consolider et de corriger où cela s’avère nécessaire.

Un homme politique, un homme public, ne peut plaire à tout le monde dans un pays normal ,  « on ne peut pas faire les omelettes sans casser les œufs  » comme le disait le grand frère Mahamadou Tandja, à  l’époque commandant du camp Tanimoune de Zinder.

« Le peuple aime le changement »  disait l’empereur Jean Bodel Bokassa 1er , à l’occasion de sa chute organisée par le pouvoir politique français qui avait pourtant participé à l’organisation pompeuse de son  sacre.

Que ça soient : le premier Président de la République, père de l’indépendance, Diori Hamani, initiateur de la révision à la hausse du prix de l’uranium,  pour le bonheur du peuple souverain du Niger, ou le deuxième chef d’Etat, le général Seini Kountché, l’intègre,  le bâtisseur, le demandeur de départ des troupes militaires, françaises du  Niger,  au nom de notre souveraineté, ou  le  Président , le général Ali Chaibou, père du multipartisme intégral, l’homme de la décrispation, ou le président,  Mamane Ousmane, le democrate qui avait organisé les élections générales,  honnêtes et transparentes et accepté de les perdre , toujours dans l’arène politique, ou le président Ibrahim Barré Mainassara, un grand patriote, nationaliste,  grand arbitre des conflits politiques, qui avait renoué les relations internationales avec la Chine Populaire,  assassiné pour son intransigeance patriotique, ou le président Mamadou TANDJA,  le grand redresseur de l’économie nigérienne ,  le courageux patriote,  le père  de la fiscalité de l’uranium,  le père  du pétrole nigérien  , pour  ne citer que ceux qui avaient marqué les nigériens, vous trouverez toujours  des nigériens qui regrettent ces grandes personnalités et d’autres nigériens aussi qui les critiquent sévèrement malgré leur apport dans la gestion  politique de notre pays.

Aujourd’hui, il y a  même des oulémas qui se considèrent Cheik de l’islam mais qui portent des graves fausses accusations contre le prophète de l’islam, le prophète Mohamed, que la paix  et la miséricorde de Dieu le plus puissant soient  avec lui !

La vie est faite ainsi , un homme politique ne peut  plaire à tout le monde , au lieu de chercher à attiser les haines entre les nigériens , à notre humble avis chacun pourrait défendre son champion en présentant et défendant les grandes réalisations  faites par celui-ci,  pour le bonheur du peuple nigérien. Au peuple souverain du Niger de juger , les invectives ne font pas partie de nos valeurs socio-culturelles.

Tous ces anciens présidents que nous venons de citer avaient  apporté leurs contributions pour le rayonnement du Niger, chacun selon son  style, sa façon, sa manière, de gérer le affaires publiques, mais aussi ils avaient commis des erreurs de gestions politiques qu’on ne peut empêcher aux analystes de critiquer .

Le président Issoufou Mahamadou a fait son temps, il a fait beaucoup des réalisations pour le Niger,  il avait fait ce qu’il pouvait  faire , il est parti, il a créé une fondation pour se rendre encore utile au Niger.

Laissez les anciens présidents tranquilles , avec du recul , les histoiriens , les politologues , les spécialistes en sciences sociales , nous éclairont sur leurs  gouvernances  respectives.
Certes , comme tout être humain, ils  ne sont  pas parfaits , ils ont commis sans doute des erreurs, leurs successeurs, ne sont pas aussi exempts des erreurs.

Dans l’exercice du pouvoir politique, des erreurs sont toujours commises et seront commises,  prions pour que le président Bazoum Mohamed en commette moins d’erreurs, pour le bonheur du peuple souverain du Niger.

Evitons de créer la zizanie entre le style de gouvernance de Bazoum Mohamed et celui du président Issoufou Mahamadou.
Chacun à sa manière d’aborder les problèmes, ce qui importe pour le Niger, ces sont des résultats qui impacteront de manière positive sur le niveau de vie des citoyens nigériens lambdas.

Pour le moment, durant ces cent jours, une grande majorité des nigériens, sans distinction d’appartenance politique ou religieuse , ont  apprécié les premiers actes posés par le président , Bazoum Mohamed, à savoir:  le dialogue social, le rehaussement des crédits alloués au secteur de l’éducation,  la visite officielle dans la région de  Diffa ,le retour des  populations déplacées par fait  du terrorisme et du banditisme armé,  dans leurs villages respectifs, le soutien indéfectible aux forces de défense et de sécurité , et les bonnes intentions affichées pour la promotion de la bonne gouvernance, ect .

Comme nous disons tantôt, l’opposition politique nigérienne, officiellement, n’a rien dit sur les cent jours mais il faudrait reconnaître que certains de ses militants ont bien apprécié les actes posés par le président Bazoum Mohamed.
Cette appréciation ne devrait pas faire l’objet d’une polémique inutile ou de toute autre accusation qui n’a pas sa raison d’être en pareilles circonstances, où le pays a plus besoin de sa sérénité, de sa quiétude sociale, de son unité nationale pour faire face aux grands défis qui l’assaillent .

Nous croyons que nous devrions nous réjouir de ce climat apaisé, serein, et feliciter  la classe politique nigérienne et l’encourager dans la recherche d’un consensus national acceptable par tous, sur tout ce qui divise.

C’est le Niger qui gagne !

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI .

2 Comments

  1. Belle analyse mon frère Issoufou Kado.
    Chacun fait ce qu’il peut avec la bénédiction de Dieu.
    Merci à tous ceux qui se sont succédé à la tête du Niger depuis l’indépendance. Du courage à ceux qui viendront et qu’Allah bénisse le Niger et son peuple.
    Bonne mission au Président Bazoum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

L’HEURE EST A L’UNION SACREE DERRIERE LE MENA NATIONAL ET SES RESPONSABLES

Certes, les deux défaites du Mena national pourraient soulever un tollé et c’est légitime …