Home Diplomatie Fin De La Session De La Conférence Des Ministres De L’OCI : Le Tchadien Hissène Brahim Taha, Nouveau Secrétaire Général De L’organisation
Diplomatie - 30 novembre 2020

Fin De La Session De La Conférence Des Ministres De L’OCI : Le Tchadien Hissène Brahim Taha, Nouveau Secrétaire Général De L’organisation

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

Les travaux de la Conférence des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) tenue à Niamey le 27 et 28 novembre ont pris fin samedi dernier. La conférence des ministres dont la cérémonie d’ouverture a été parrainée par le Président de la République Issoufou Mahamadou a porté sur le thème «Unis contre le terrorisme, pour la paix et le développement». Elle s’est déroulée dans de bonnes conditions et a pris fin sur une note de satisfaction générale. Et pour cause, certains participants, dont le Secrétaire général sortant de l’OCI, ont tenu à souligner le succès éclatant de cette 47ème session du Conseil des ministres a permis de prendre d’importantes décisions dont la désignation du Niger à la présidence de la conférence des ministres, la nomination du nouveau Secrétaire général et du nouveau Secrétaire général adjoint du groupe Afrique mais aussi et surtout l’adoption de la déclaration dite «Déclaration de Niamey».

Pour la tenue de cette conférence des ministres de l’OCI, le Niger a réussi à réunir 54 pays participants à Niamey en dépit du contexte de la covid-19 qui, depuis près d’une année bouleverse la quasi-totalité des agendas internationaux. Après les deux jours des travaux, les pays membres étaient appelés à désigner un nouveau Secrétaire général pour conduire aux destinées de l’organisation pour une durée de cinq ans. A l’unanimité, le candidat présenté par la République du Tchad, l’ambassadeur Hissène Brahim Taha a été plébiscité et l’annonce en a été officiellement faite par le ministre des Affaires étrangères du Niger M Kalla Ankourao sous les applaudissements de la plénière. Désormais élu, le haut diplomate tchadien qui succédera ainsi au saoudien Dr Yussef Bin Al Utheimin à partir du 17 novembre 2021 a prêté serment séance tenante devant la conférence des ministres.

Quant au poste du Secrétaire général adjoint pour le groupe africain, c’est le camerounais Dr Ahmad Kawessa Sangando qui a été élu pour un mandat qui coure jusqu’en juin 2024. Comme son prédécesseur à la tribune, le nouveau le représentant des pays africains au sein de l’OCI a prêté serment dans la foulée. Le président de la Conférence des ministres a félicité les deux Secrétaires généraux et a exhorté les Etats membres à les soutenir dans l’accomplissement de leur mission, tout en demandant au Secrétaire général en exercice de mettre en œuvre la résolution portant nomination du SGA/groupe africain. Les deux nouveaux promus ont promis de servir l’organisation avec honnêteté, sincérité et loyauté.

Dans son propos clôturant la session, le ministre en charge des Affaires étrangères du Niger, hôte de la conférence des ministres dont il est désormais président pour une année a dit sa satisfaction du déroulement de ladite session assurant que le Niger est heureux d’avoir abrité cette rencontre dans les conditions acceptables que tous les participants s’accordent à reconnaitre. Le ministre Kalla Ankouraou n’a pas caché sa satisfaction également quant à la qualité des interventions et des documents mis à la disposition des ministres en ce sens qu’ils leur ont facilité la tâche. S’exprimant sur le thème, le ministre des affaires a souligné que les instances de l’OCI ont eu raison de retenir un thème d’une si brûlante actualité qu’est le terrorisme. Les intervenants ont tous relevé que le «mal principal  dans le monde entier, c’est le terrorisme et qu’il faut une mobilisation générale pour le vaincre et qu’un seul pays ne peut pas vaincre le terrorisme». Pour le ministre Kalla, c’est une prise de conscience qui est extrêmement importante pour l’avenir.

Il a par ailleurs noté que les intervenants ont souligné que la paix est indispensable au développement mais que le développement est aussi indispensable pour bloquer le terrorisme et que l’unité, la paix et la tolérance sont les éléments les plus souhaités par la Oummah islamique. Au sortir de cette conférence ayant porté essentiellement sur le terrorisme, le ministre des affaires a dit penser que «plus rien se sera comme avant» car, la prise de conscience est extrêmement  importante si l’on veut résoudre les problèmes et contraintes qui contrarient les efforts de développement des Nations qui doivent tout faire pour conserver leur unité si tant est vrai qu’elles veulent assurer le rayonnement et le respect de l’Islam. «Le rendez-vous de Niamey a été d’une grande utilité» a estimé le ministre Kalla Ankouraou promettant que les Etats vont s’atteler à la tâche, à mettre en œuvre les résolutions et à poursuivre la nouvelle dynamique de la garantie de l’unité et de la tolérance au sein du monde islamique. Il a assuré ses pairs que les résolutions et résultats obtenus à Niamey répondent aux attentes du Niger tout en se disant certain qu’ils répondent aussi aux attentes de toutes les délégations qu’il a remerciées pour leur participation, mais aussi pour les efforts en faveur de la compréhension mutuelle, la tolérance  et pour un débat sain tout au long des travaux.

Par  Zabeirou Moussa(onep)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

L’HEURE EST A L’UNION SACREE DERRIERE LE MENA NATIONAL ET SES RESPONSABLES

Certes, les deux défaites du Mena national pourraient soulever un tollé et c’est légitime …