Home ACTUALITE Les chinois de la CNPC bravent et piétinent une décision de la justice Nigerienne…
ACTUALITE - CONTRIBUTIONS - Economie - 9 octobre 2018

Les chinois de la CNPC bravent et piétinent une décision de la justice Nigerienne…

eabf7466-dfdc-4cdf-804d-6978bfc631fe

Des employés nigériens ont été illégalement licenciés par la cnpc. Ces travailleurs appuyés par la confédération nigérienne du travail ont saisi les juridictions nigériennes. 
Cette justice a tranché en dernier ressort pour la réintégration immédiate des travailleurs abusivement sanctionnés. Mais la cnpc qui se considère être dans un état conquis et sous domination chinoise refuse catégoriquement d’obtempérer et ignore de manière effrontee cette décision judiciaire.  L’heure selon l’auteur de l’article doit être à l’unisson pour démontrer à ces impérialistes chinois de la cnpc que le Niger n’est pas le Tibet.

Quelques corrections:

Le refus de la CNPC de respecter l’arrêt de la cour d’État , constitue un *afront* contre l’autorité judiciaire, une violation des lois et règlements de la République, par conséquent, il appartient à l’ensemble du mouvement syndical nigérien d’organiser la riposte appropriée,  si c’est  nécessaire les anciens  syndicalistes doivent  prêter main forte à la nouvelle génération.

L’ ensemble des syndicats nigériens se doivent de relever ce défi comme ce fut le cas dans les années 1980 lorsque  un responsable français des sociétés minières a défié le Syntramine, Allezi Soumaila dit le crocodile du désert et ses camarades avec l’appui de l’intraitable , le camarade Boureima Mainassara, à l’époque, secrétaire général de l’unique centrale syndicale, USTN, ont vigoureusement réagi et ont  obtenu son départ, en effet,  le Président Seini Kountché a été contraint par la pression syndicale de donner  à  l’expatrié français 48 h pour quitter le Niger.

Notre souveraineté nationale n’a pas  de prix !

Qu’est qui arrive au mouvement syndical nigérien pour  accepter un tel défi, une telle  humilation ?

Il faut carrément demander le départ *de* ces expatriés qui défient l’autorité judiciaire de notre pays, ce n’est pas acceptable !

[author ]Issoufou Boubacar Kado Magagi. (Contribution FB)[/author]

40 Comments

  1. Bonsoir Issoufou,
    Un camarade m’a informé que tu as écrit un article sur le problème des travailleurs de la CNPC et que je suis pris à partie par des internautes anonymes.
    L’article est bien orienté pour sensibiliser les responsables syndicaux d’aujourd’hui sur la nécessaire solidarité entre syndicats et entre dirigeants syndicaux.
    Je voudrais juste rectifier un point de ton article. Le responsable qui a été chassé par le Président Kountche était un sud-africain et non un français si ma mémoire est bonne.
    C’est lui qui a installé l’apartheid à Arlit avec la séparation des nigériens d’avec les blancs. C’est lui qui avait créé la cité des blancs et les cités des noirs, le restaurant des blancs et le restaurant des noirs, le cinéma des blancs et le cinéma des noirs .. ect… ect…
    S’agissant des négociations entre le gouvernement et le syntramin, elles ont commencé à Niamey au ministère de la fonction publique. La délégation syndicale était conduite par Boureima Mainassara (sg/ustn) et comprenait d’autres camarades dont moi ( 2e sga/ustn) et Naino (syntramin niamey ). Face à l’échec des négociations, le Général Kountche a décidé de dépêcher une délégation à Arlit pour négocier directement avec les travailleurs. L’USTN et le syntramin ont refusé toute négociation directe entre le gouvernement et les travailleurs. Le Général Kountche a décidé que la délégation du gouvernement allait se rendre à Arlit et a accepté que l’USTN soit présente à cette négociation. Boureima m’avait désigné pour représenter l’USTN et, en effet, j’ai présidé l’AG des travailleurs à Arlit et j’ai conduit ces négociations avec le camarade Alazi soumaila (sg/syntramin), grand syndicaliste et grand homme politique (paix à son âme ). La lutte était à la fois syndicale et politique. Syndicale parce qu’elle portait sur les revendications d’amélioration des conditions de travail (ex. impôts trop élevés, eau, électricité ect.. ) mais aussi politique avec l’apartheid infligé au grand jour à tous les nigériens y compris les grands cadres.
    En conclusion, l’USTN et le syntramin ont remporté une victoire historique et je suis fier d’avoir fait partie de cette lutte.
    J’ai lu tous les commentaires et je sais exactement qui se cache derrière ILLIASSOU, Camarade Sekou, Camarade Ali pour porter atteinte à mon engagement syndical. Ces trois internautes anonymes sont une seule et même personne qui n’a jamais oublié la correction, sans doute mémorable, infligée par mes poings un jours de 1964 et dont la haine me poursuit. Mais je peux lui assurer que je suis prêt à relever tous les défis, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui et de demain.
    La lutte continue .

  2. Bjr à tous les vrais ennemis des nigériens ce sont bien les nigériens eux même. Les chinois ont trouvé un terrain favorable. Et ils ne sont pas les seuls. Allez y voir ä la cominak et à solder. Un blanc est 10 fois plus qu’un nigérien même si il ne sert à rien et payer 10 fois plus qu’un ingénieur nigérien même si il ne sais que lire et écrire seulement. Et quand il parle c’est comme un Dieu qui à parlé même si c’est faux. Et cela est validé par les cadres nigériens très complexés qui défendent d’ailleurs les intérêts français plus que les eux même. Nous sommes complexés nous les nigériens face aux blancs. C’est très malheureux.

  3. Qui a dit que Mohamed Moussa est encore crédible? Les gens l’on Aider à devenir SG de l’asecna Et il a fait quoi d’autre pour reconnaître cela, bon cela n’est pas une obligation. Ici il faut savoir que il est un caméléon.
    L’affaire de Makuri dans laquelle il est fortement impliqué n’est pas fini. J’aurais voulu que la justice aille jusqu’au bout. Mais comme on est au Niger rien ne va se passer. Allons y seulement.

    Ici pour cette affaire le ministre de la justice doit intercéder pour régler tout ça.

    1. Haba illiassou !!! Mohamed est une figure syndicale et politique incontestable et une valeur sûre pour notre pays. Mais pour l’instant il est plus urgent de trouver des syndicalistes capables d’aider les travailleurs de la cnps. Les Mainassara, Mohamed, mayaki ont fait leur temps. Aujourd’hui qui est capable de prendre en charge le dossier des personnels de la cnps?

  4. Par rapport à crise d’Arlit, Alazi Soumaila et les membres de son syndicat Syntramine étaient à l’avant-garde.
    Certains membres du bureau exécutif de l’USTN ont mouchardé le camarade Boureima Mainassara auprès du Président Seini Kountché, il a été placé en garde à vue dans les cellules de la coordination, police secrète.
    Les camarades miniers soutenus par le camarade Boureima Mainassara depuis sa cellule, ont tenu bon, jusqu’à l’expulsion de l’expatrié minier. Le mérite de cette victoire revient au Syntramine et à Boureima. Mohamed Moussa n’a rien imposé. Les soutiens de Boureima quand il a été arrêté étaient : les Kadri Kalla , Adamou de Air Niger, les Dioga , Ali Moussa , Sabo Saidou, issoufou KADO ect . Les autres travaient pour sa liquidation, quand Kountché a compris que Boureima tenait le bon bout, il a été contraint de le libérer avec tous les respect.

    1. Apparemment camarade sekou n’a jamais connu Mohamed dans le syndicat. En tout cas la situation d’arlit à été totalement gérée par lui. Les sabou Saidou, Ibrahim mayaki, Issoufou kado ne sont venus au bureau de l’USTN qu’après la lutte héroïque du syntramin. Vous pouvez avoir votre opinion sur Mohamed mais ne falsifiez pas l’histoire syndicale. La délégation qui est allée à Arlit dans un avion militaire était composée des colonels Beidari ( ministre de la fonction publique ) et bagnou beidou (préfet d’agadez) pour la partie gouvernementale et Mohamed (2e SGA ustn) seul représentant de l’ustn.
      Je crois que camarade sekou fait un amalgame en confondant les générations de syndicalistes.
      Et que sekou le veuille ou pas, c’est Mohamed qui a présidée L’AG des travailleurs à Arlit.

    2. Ali tu es un faux historien du syndicalisme. D’abord quand Kountche à fait détenir Mainassara à la coordination en 1982, l’USTN était dirigée par Mohamed Abdoulaye, laouali moutari et Rabiou Daouda. Les Kadri kalla, sabo Saidou, Ali Moussa, Issoufou kado, Mohamed Moussa ect.. n’étaient pas dans le bureau de l’USTN entre 1982 et 1986.
      Il vaut mieux parler de ce qu’on sait.

  5. Il faut trouver des syndicalistes de la trempe de Mohamed Moussa qui est allé à Arlit au nom de l’ustn pour imposer des solutions radicales et non négociables. Maintenant où va-t-on trouver des syndicalistes qui peuvent se comparer à Alazi soumaila et Mohamed ? Quand on ajoute à ces deux là le soutient déterminant de Mainassara, la victoire est certaine.

  6. Ce n’est pas une question de territorialité (Tibet)
    C’est avant tout une question de moralité avant de s’interroger sur la justice.
    Si nos hommes sont corrompus, nos frères nigériens ne vont jlamais rejoindre le CNPC.
    Et la justice ne fera rien

  7. Il trouver des syndicalistes de la trempe de Mohamed Moussa qui est allé à Arlit au nom de l’ustn pour imposer des solutions radicales et non négociables. Maintenant où va-t-on trouver des syndicalistes qui peuvent se comparer à Amazon et Mohamed ? Quand on ajoute à ces là le soutient déterminant de Mainassara, la victoire est certaine.

    1. Les syndicalistes de valeur existent .
      Mohamed Moussa est un caméléon. C’est un beau parleur qui change de parole au gré de ses intérêts.
      Les bons syndicalistes de l’époque : Boureima Mainassara, Sabo Saidou, Kadri Kalla, Jafarou Dodo, puis est arrivé la clique des laouali Moutari, ibrahim Mayaki, ibrahim Boubacar, ibrahim laouali , Issoufou Boubacar Kado , ibro Ayouba, Hassoumi Djibo, Laouli Ali, Issa Saleye, Harouna El Hadji Garba, Namata dit bonnet rouge, Nomao Gohé, Touré le forestier.

      1. Sekou tu confonds tout. Tu peux faire l’apologie de qui tu veux et détester qui tu veux mais tous les syndicalistes des années 70/80 savent que Mainassara et Mohamed sont indissociables et très valeureux..

  8. Ce n’est pas parce par le passé certains gouvernants ont violé les arrêts du conseil d’État que nous avons nous taire !
    Rappelez vous ce que le non respect de la décision du conseil d’État a coûté à l’Etat du Niger dans l’affaire État du Niger contre AFRICARD. Ce sont des milliards perdus pour rien !
    Alors nous avons des raisons de nous mobiliser pour dire non au non respect de la chose jugée.

  9. Hum c’est le Niger qui est ainsi je suis sur que cette affaire sera classé sans suite . même les problème entre un employé nigérien et un employeur nigérien l’inspection du travail donne raison a l’employeur a plus forte raison employeur étrangers et surexploitées nigérien .

  10. Comme l’a dit déjà quelqu’un dans ce forum ce n’est pas la première fois que les sociétés étrangères licencient abusivement des travailleurs nigeriens avec la complicité des « inspecteurs du business  » en tout ils sont d’êtres de vrais inspecteurs du travail. Le plus souvent ces responsables étrangers passent aussi par la corruption à l’intérieur au sein des staffs nigériens soit avec de l’argent ou via les promesse de promotion et comme nous sommes un peuple sans espoir dépourvu même d’un petit grain de patriotisme ces genres de choses passent évidemment dans les entreprises privées. Solution : nous sommes obligés de nous unir malgré la corruption des élites pour lutter car on a pas d’autres alternatives.

  11. Je suis entièrement d’accord avec IBKM, tous les responsables chinois doivent être renvoyés et on doit demander à la Chine de les remplacer par d’autres travailleurs qui respecteront l’autorité judiciaire du Niger.

  12. La lutte est légitime. Mais elle sera encore plus grande si vous appelez à lutter contre l’occupation de notre territoire par les puissances étrangères et surtout pour la restauration de la démocratie car elle seule peut aider à sauvegarder les libertés individuelles par la justice. Les chinois savent que la justice n’a pas de poids au Niger, ils savent aussi que les dirigeant sont des « copains ». Ils savent enfin que les auteurs de la société civile comme vous Monsieur Kado, on vous jette en prison pour vos opinions. Heureusement que vous, vous savez placer vos mots, vous les soupesez, tant mieux. Sachez seulement qu’il faut résoudre le problème à sa racine.

  13. Cela ne pas la première en ce qui concerne le licenciement des employés nigériens illégalement dans les sociétés surtout que cas ne peut jamais aboutir sans une main mise des nigériens, une façon de vous dire que l’ennemi des nigériens c’est le nigérien lui même.

    1. Merci camarade ceux que vous venez de dire englobent tout. Ceux sont les mauvais lideurs politiques qui se rabaissent en face des blancs que nous avons en tête et on en a marre de cette mauvaise justice Nigerienne très corrompue

  14. Merci Camarade KADO de nous rappeler la période glorieuse des syndicalistes de valeur , j’ai nommé Boureima Mainassara, Allezi Soumaila dit le crocodile désert, Sabo Saidou, Ali Moussa, Sahabi Barmo, Adamou, ect.
    La situation ainsi créée par la CNPC exige de tous un sursaut national. Les centrales syndicales jouent leur crédibilité !

    1. Mais Mr le journaliste ce du Niger que tu parle. Dans un pays ou l’autorité même je parle des hommes qui animent le régime ne respectent pas la justice brave les jugement rendus tu pense que d’autre le ferais car ils savent ce qui se passe dans le pays. Tu verra que rien ne va se pas ce qui est sûr ce que ces travailleurs ne seront jamais réintégrer.

    2. Assalamou aleykoum Mr Issa, nous devons faire ce sursaut national contre nos dirigeants .
      _contre toute personne qui soutient la présence étrangère que ça soit civile ou militaire dans notre pays

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

L’HEURE EST A L’UNION SACREE DERRIERE LE MENA NATIONAL ET SES RESPONSABLES

Certes, les deux défaites du Mena national pourraient soulever un tollé et c’est légitime …