Home ACTUALITE Point de presse du président du parti MPR-Jamhuriya à Tahoua: M. Albadé Abouba tire un bilan satisfaisant de sa campagne électorale…

Point de presse du président du parti MPR-Jamhuriya à Tahoua: M. Albadé Abouba tire un bilan satisfaisant de sa campagne électorale…

Le candidat du parti Mouvement Patriotique pour la République (MPR-Jamhuriya), M. Albadé Abouba a animé hier à Tahoua un point de presse relativement à sa campagne électorale. Au cours de cette sortie médiatique, le leader charismatique a fait à partir de son fief à Tahoua, le point de sa campagne électorale qu’il a écourtée suite à la disparition subite du gouverneur de la région de Niamey, feu Issaka Hassane Karanta et le président du parti NGN Hallal, feu Hamani Harouna, le premier est militant de taille et le deuxième allié de marque.

 A l’issue des différentes étapes effectuées, le président Albadé Abouba tire un satisfécit dans l’ensemble des régions visitées et appelle les populations à voter massivement les candidats du MPR-Jamhuriya aux élections législatives, sa candidature aux présidentielles  du 27 décembre 2020.
Selon le candidat du MPR-Jamhuriya, il avait effectué un certain nombre d’étapes dans le cadre de la campagne électorale en commençant par la région de Tillabéri, puis Maradi, Zinder, Diffa, Agadez et Tahoua.

« Nous aurions dû continuer sur Dosso et Niamey pour clôturer la campagne, mais compte tenu de l’épreuve que traverse le parti, nous avons suspendu le périple. C’est vraiment très difficile pour un parti politique de vivre ce genre d’épreuve en ce moment. Mais, nous prions le tout puissant afin qu’il accorde sa miséricorde et son paradis éternel aux défunts », a-t-il prié.

En ce qui concerne les étapes des départements de la région de Tahoua, le président Albadé Abouba s’est réjoui de ce qu’il a constaté sur le terrain. Au-delà des résultats assez honorables que son parti a enregistrés à l’issue des élections municipales (Keïta, Bouza, Madaoua, Malbaza, Konni etc.), il a été impressionné par l’engagement des militantes et militants du PMR-Jamhuriya et ses alliés à soutenir les candidats aux élections législatives et présidentielles.

« C’est un grand honneur pour moi, de constater la ferveur exceptionnelle des militants à soutenir le parti. Nous connaissons parfaitement l’évolution de notre parti et les défis auxquels, il a été confronté jusqu’à cette date. Dieu merci, aujourd’hui, le MPR-Jamhuriya est devenu une force sur l’échiquier politique nationale », a dit le président du MPR-Jamhuriya.
Il a décliné les grandes lignes de son programme politique, dénommé, ‘’Programme de l’Emergence du Niger’’ (EDN).

Il est convaincu que la mise en  œuvre de ce programme va permettre au Niger d’être à l’abri de la dépendance et le positionnera en bonne place sur le classement de l’indice du développement humain. Pour lui, avec ce programme, le Niger connaitra une véritable émergence et un développement durable.

Le programme politique de M. Albadé Abouba s’articule autour de sept principaux axes à savoir ; la sécurité, l’autosuffisance alimentaire, l’éducation, la santé, la promotion des jeunes et l’autonomisation de la femme, la revalorisation de nos ressources naturelles, la bonne gouvernance et le respect des droits humains.

 En ce qui concerne la sécurité, le candidat Albadé Abouba dit que notre pays nécessite la restauration de la sécurité à l’intérieur de nos frontières en partenariat avec les pays limitrophes et les autres partenaires. Mais, « Nous allons mettre l’accent sur notre propre capacité à faire face à tous les défis sécuritaires. Cela demande la mise en œuvre de loi de programmation en faveur de nos Forces de Défense et de Sécurité à travers l’acquisition de moyens conséquents,  la formation de qualité, les équipements adéquats afin de les rendre opérationnel sur le terrain.

Nous savons que ce travail exige de ressources conséquentes, mais nous sommes véritablement engagés à mobiliser les ressources et les mettre à leur disposition pour qu’on ait véritablement des forces professionnelles, spécialisées dans tous les domaines pour régler le problème d’insécurité chronique au Sahel », a-t-il insisté.

Il en est de même du programme de l’autosuffisance alimentaire, selon lui, le Niger ne doit plus quémander à boire et à manger auprès de la générosité extérieure. « Nous allons exploiter nos potentialités pour produire et au besoin transformer et exporter comme les autres pays du monde. Nous disposons de toutes les ressources nécessaires pour y parvenir, il suffit juste d’une véritable volonté politique et la mobilisation de ressources à cet effet », a-t-il martelé.

Avec un programme sur l’éducation et la valorisation de la profession de l’enseignant. Pour lui, l’école nigérienne est malade, il faut créer toutes les conditions pour remédier  à sa souffrance chronique. A travers les états généraux que son programme propose d’organiser, la situation du secteur de l’éducation dans sa globalité sera évaluée, de la maternelle à l’université.

Pour ce faire, « nous allons revoir l’encadrement des enseignants pour les redéployer dans les centres de formation afin qu’ils dispensent de formation de qualité à nos enfants. Nous ne devrons plus former ou redéployer du personnel enseignant non qualifié. Nous allons revaloriser la profession de l’enseignant et trouver une solution définitive à la base », a dit Albadé Abouba.

En ce qui concerne, le domaine de la santé, il a expliqué que, les vastes pays comme le nôtre ont des difficultés à garantir une couverture sanitaire efficiente sur toute l’étendue du  territoire. Il n’en demeure pas moins  qu’on peut mettre l’accent sur la qualité des infrastructures, des équipements de pointe et de la ressource humaine bien formée. Selon lui, le Niger dispose des Centres de Santé Intégrés bien construits, mais très mal exploités.

Il faut corriger ces défaillances en suscitant les jeunes du secteur de la santé à travailler partout dans le pays tout en les garantissant les conditions idoines de travail pour garantir une meilleure couverture sanitaire universelle. « Nous allons réaliser des véritables hôpitaux de référence au niveau de chaque région du Pays afin d’atténuer les souffrances de nos compatriotes face aux évacuations sanitaires », a-t-il rassuré.

Le projet de l’emploi des jeunes et l’autonomisation de la femme lui tient à cœur. Il a expliqué quecle Niger a deux catégories de jeunes. Les jeunes scolarisés, diplômés sans emploi et ceux qui sont dans le secteur rural. Hors la population du Niger est composée à plus de 60% des jeunes. Ils ne vont pas continuer à les observer sans les assurer un espoir meilleur. Le plus gros problème des pays africains repose sur l’emploi des jeunes.

Le problème de la croissance démographique agit sur la capacité de répondre aux besoins des populations. Mais cette jeunesse a-t-il continué doit être occupée par des activités surtout dans le secteur rural et un accompagnement pour la création de l’emploi. La jeunesse nigérienne n’est pas un handicap, au contraire, c’est un atout qu’il faut exploiter.

Le programme de revalorisation des ressources pétrolières et minières exige selon lui, des financements. Ainsi, la bonne gestion de nos ressources minières comme l’or qui fait face à l’orpaillage anarchique, il y a également les gisements du charbon où on peut avoir une centrale électrique qui sera un véritable projet structurant. « Nous avons revisité toutes nos politiques internes en termes de ressources pétrolières et minières. Le moment venu, nous allons proposer les stratégies pour capitaliser les ressources minières afin qu’elles profitent aux citoyens à travers des investissements dans les secteurs sociaux de base », a-t-il informé.

Le projet de société du MPR-Jamhuriya prévoit en termes de gouvernance, la structuration et le fonctionnement des institutions de la République. Il est prévu au pouvoir exécutif de supprimer un certain nombre d’institutions par exemple, le Conseil Economique et Social et dec créer deux autres à savoir, le Haut Conseil Islamique et le Haut Conseil de la Chefferie Traditionnelle qui permettront de régler le problème de gestion courante de l’administration et le problème de sécurité et la création du sénat.

La première institution va prendre en charge la problématique de la religion de façon à accompagner l’Etat dans la mise en œuvre de certains programmes et décisions susceptibles de mieux les orienter. « Nous avons vu ailleurs que certains pays ont pu valablement concilier le temporel du spirituel ce n’est pas ce que nous voulons, mais si, on parle de l’islam au Niger il faut une bonne organisation. Le président Albadé Abouba a enfin insisté que son projet de gouvernance n’est pas une démagogie, mais il se repose sur la réalité et le besoin des populations du Niger et que l’avenir, c’est maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

Hommage à ma sœur Abdoulaye Diori Kadidiatou Ly dite KADJA LY

    « Penser aux morts, c’est assurer la survie des gens qu&rsqu…