Home ACTUALITE Zoubairou Maman Issa n’est plus : Adieu l’artiste

Zoubairou Maman Issa n’est plus : Adieu l’artiste

SONY DSC

« Kullu nafsin zaikat il maoute  » toute âme goûtera à la mort.  Ainsi va le cycle immuable de la vie sur terre. Notre confrère,  frère et ami, Zoubairou Maman Issa, infographe à l’office national d’édition et de presse, ONEP vient de nous quitter des suites d’une longue maladie. 

Tres affable, généreux,  serviable et professionnel jusqu’au bout des ongles, Zoubairou était un passionné de son travail.  

Un génie créatif et inventif.  Il aimait son travail et il s’y donnait corps et âme. En effet,  malgré la maladie qui l’avait handicapé, une AVC, zoubairou n’a jamais cessé d’honorer ses engagements de travailleur acharné,  doué d’un sens artistique hors du commun. Il aimait la mise en page,  c’était sa vie, sa passion. 

Tous les jours il était concentré sur les pages du quotidien national le sahel ou de l’hebdo sahel dimanche.  Il n’hésitait pas à partager son savoir-faire avec les autres. Trop patient,  calme et pondéré,  Zoubairou dominait ce travail harassant,  exigeant et stressant. 

Il avait tout donné à sa passion.  Dans ses rares moments de repos,  il avait accompagné le groupe Tam-Tam Info dans l’édition de certains numéros de son magazine,  Tam-Tam Mag. Marié et père de 3 enfants, il laisse à tous ses amis,  collègues et connaissances,  l’image d’un homme simple qui a consacré sa vie à son travail. 

Puisse Dieu le tout miséricordieux lui accorder son pardon et le gratifier de sa djannat firdaouss. Amine

Par Tamtam Info News

8 Comments

  1. L’ ami , je viens d’apprendre ta disparution. Que ton âme repose en paix et que Dieu t’acceuille dans ton paradis éternel.

    Nasser

  2. Allah Akbar. Paix à son âme. Toutes mes condoléances à sa famille éplorée. C’était un Petit. Grandi ensemble au quartier Banizoumbou., il était tout sourire, joyeux. Je me rappelle du thé qu’on prenait ensemble, de son frère Hamisou, de ses soeurs, de sa maman, qui travaillait à la voix du sahel et de ton Papa, calme. Ce quartier de Niamey collé au grand marché était un lieu où on a grandi ensemble. Lui au collège, moi au lycée Kassai puis l’Université. La vie à fait que chacun a pris son chemin par la suite.
    Je pense à toute sa famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Check Also

La CENI invite les acteurs politiques à enlever leurs supports de propagande électorale encore visibles dans les lieux publics

Dans un communiqué publié, le mardi 12 janvier 2021, la commission électorale nationale in…